Appel décisif pour 23 catéchumènes

Mgr Roland et les catéchumènes du diocèse

 

Notes de l’homélie pour l’appel décisif des catéchumènes à la co-cathédrale Notre-Dame de Bourg-en-Bresse, le 18 février 2018, 1° Dimanche du Carême

 

Depuis mercredi, nous sommes entrés dans le temps du Carême. Comme vous le savez, ce temps qui nous est offert par la liturgie est un temps de préparation : c’est le temps de préparation à la fête de Pâques. Aussi, pour comprendre le sens du Carême, devons-nous commencer par nous demander ce qu’est Pâques.

 

Pâques, selon une formule ancienne, c’est « la fête des fêtes « . Car à Pâques nous célébrons la Résurrection de Jésus d’entre les morts. Et cette Résurrection de Jésus, c’est la victoire de l’Amour sur la mort et toutes les puissances des ténèbres. Puisque Jésus, le Fils de Dieu, a livré sa vie pour nous sur la croix par amour, ce n’est pas la mort qui l’emporte, mais l’amour !

 

Pâques, constitue le fondement de notre foi et de notre vie chrétienne. St Paul le déclare, quand il s’adresse aux chrétiens de Corinthe :  » Si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés. Et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus. Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. » (1 Cor. 15, 17-19).

 

Pâques, c’est la manifestation de la fidélité de Dieu à son Alliance. Nous avons entendu dans la 1° lecture la promesse divine : comment Dieu s’est engagé de manière irrévocable avec l’humanité. Il nous est enseigné que le Créateur a établi avec sa création une Alliance que rien ne pourra annuler. Il a promis que jamais l’homme ne serait englouti dans la mort. Il a promis que l’homme ne serait pas détruit, malgré son péché. Il a promis de préserver la vie, tout simplement parce qu’il est bienveillant et ne veut pas que son œuvre d’amour soit détruite.

 

Pâques, c’est par conséquence la fête du Baptême, puisque le baptême est le sacrement de l’Alliance ; le sacrement qui fait naître à la vie divine. Dans la 2° lecture, l’apôtre Pierre, établissant le rapprochement avec l’Arche de Noé, nous rappelle que c’est par le baptême que nous sommes sauvés de l’anéantissement et rendus participants de la Résurrection du Christ. Par ce baptême, nous sommes engagés envers Dieu : désormais nous vivons pour Dieu et toute notre existence est appelée à manifester l’Alliance nouvelle et éternelle scellée dans le sang du Christ.  » le baptême –déclare-t-il – ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la Résurrection de Jésus Christ, lui qui est à la droite de Dieu, après s’en être allé au ciel, lui à qui sont soumis les anges, ainsi que les souverainetés et puissances. « 

 

L’Evangile, quant à lui, nous révèle comment le Christ réalise la nouvelle Alliance. Après son baptême dans les eaux du Jourdain, nous le voyons expulsé dans le désert. Comme autrefois Adam et Eve ont été chassés du Paradis. Car Jésus est le Nouvel Adam qui va restaurer l’harmonie paradisiaque. De fait, nous le voyons vivre en harmonie au milieu des bêtes sauvages et des anges.

 

Ses 40 jours dans le désert nous rappellent aussi les 40 ans du peuple hébreu dans le désert du Sinaï à la suite de Moïse. Ce peuple n’a alors pas su vivre dans la fidélité à l’Alliance du Sinaï.

Le peuple hébreu a douté, il s’est révolté, il a adoré le veau d’or. Mais lui, Jésus, est tout à la fois le Nouveau Moïse et le Nouvel Israël : il résiste aux tentations et sort victorieux de l’épreuve du désert. En sa personne, les temps sont accomplis, le règne de Dieu est là : l’humanité est définitivement réconciliée avec Dieu.

 

Le temps du Carême est un temps de décision. « Choisis la vie ! » nous commandait le Seigneur dans la 1° lecture de Jeudi. C’est au début du Carême que les catéchumènes sont appelés et qu’en réponse à cet appel ils se déterminent définitivement pour la vie avec le Christ. Nous accueillons donc aujourd’hui 23 personnes venues de toutes les régions des Pays de l’Ain, qui vont opérer cette démarche au milieu de nous.

 

Chers amis, vous avez rencontré Jésus sur votre chemin. Aujourd’hui, après un certain temps de maturation, vous avez décidé d’entrer pleinement dans la vie chrétienne et vous vous rendez disponibles pour recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, confirmation et Eucharistie. Soyez donc les bienvenus !

 

Quant à ceux et celles qui vous entourent et sont déjà baptisés, ils sont invités à renouveler leur adhésion au Christ, car on n’est pas chrétien de manière passive. Etre chrétien c’est s’engager sur un chemin avec Jésus et se laisser entraîner toujours plus loin dans l’amour vrai avec lui.

 

Les uns et les autres, nous sommes donc interpellés : voulons-nous vraiment suivre le Christ ? Voulons-nous marcher à sa suite pour vivre dans l’alliance avec Dieu et pour être victorieux, avec lui, de toutes les puissances de mort ? Voulons-nous combattre avec lui tout ce qui abîme l’être humain ? Tout ce qui va à l’encontre du bien commun ?

 

Que notre oui soit oui ! Que notre confiance en Dieu soit plus vive ! Car si nous sommes appelés, ce n’est pas pour nous exclusivement, mais c’est pour être témoins de la Bonne Nouvelle au service de tous ceux et celles qui nous entourent.

 

+ Pascal ROLAND

***

 

 

Dimanche 18 février 2018 a eu lieu l’appel décisif des catéchumènes : les 25 adultes du diocèse qui se préparent à recevoir le baptême dans la nuit de Pâques ont été appelés par Mgr Roland et ont ainsi manifesté leur désir de devenir enfants de Dieu.

 

Explications de Daniel Revaud, diacre permanent.