Paroisse Saint-Denis-lès-Bourg - Péronnas

La première guérison est la conversion

Le chrétien doit apprendre la «sagesse des caresses de Dieu» : avoir l’humilité d’«ouvrir son cœur pour être guéri par le Seigneur» et tout autant d’humilité et de délicatesse pour guérir le frère qui est à ses côtés, qui a besoin de son aide, d’«un conseil», d’une «bonne parole». Et c’est précisément ainsi que se construit une «communauté chrétienne».

 

Telle est la réflexion que le Pape a développée, en commentant le passage de l’Evangile de Marc (6, 7-13) dans lequel Jésus «envoie ses disciples pour guérir». Cette guérison de Jésus, est un «recréer». Le maître envoie donc les douze «pour guérir». Mais tout d’abord, il donna un commandement: «Il leur ordonna […] et ils proclamèrent que les gens se convertissent». C’est un détail sur lequel François s’est immédiatement arrêté: «La première guérison est la conversion, au sens d’ouvrir son cœur pour qu’entre la Parole de Dieu».

 

En poursuivant sa méditation, il est passé de l’attitude que chaque chrétien doit avoir à l’égard de lui-même — la disponibilité à «ouvrir son cœur» — à celle qu’il doit avoir à l’égard des autres. Et il l’a fait en reprenant la lecture du passage évangélique, dans lequel on raconte que les douze, «une fois partis, proclamèrent que les gens se convertissent». Une mission pour laquelle il fallait de l’«autorité». Et c’est Jésus lui-même qui a indiqué comment ils auraient gagné cette autorité : «Ne prends pas pour le voyage autre chose qu’un bâton : ni pain, ni sac, ni argent…”. Rien, la pauvreté».        

 

Pape François