Incendie de Notre-Dame de Paris : le diocèse en union de prière

Tristesse et prière

Comme tous les Français, tous les catholiques (et certainement bien au delà), nous sommes très touchés par l’incendie de Notre-Dame de Paris. En plus de sa beauté, des trésors qu’elle renferme – les reliques de la couronne d’épine du Christ… -, de son importance historique, elle est importante pour nous car elle montre la foi de ceux qui l’ont bâtie : ils ont construit cette cathédrale pour Dieu, pour comme un écrin pour abriter le Corps du Christ, le Corps de Jésus, que nous croyons être présent dans les hosties, ce pain que le prêtre consacre pendant la messe. Mais nous savons aussi que le plus important, ce ne sont pas les pierres, aussi belles soient-elles, mais les personnes, les « pierres vivantes » de l’Eglise. Et on voit depuis hier soir l’union de tout un peuple, la prière des fidèles, et cela apaise la douleur.

Nombreux sont ceux qui ont prié toute la soirée de lundi, avant tout pour les pompiers et tous ceux qui défendaient la cathédrale : au mois de septembre, une messe en l’honneur de Sainte Barbe, patronne des pompiers, avait été célébrée à Bourg, à l’occasion du congrès national des Sapeurs Pompiers, et nous rendons grâce pour le courage et le dévouement de ceux qui ont lutté toute la nuit pour sauver la cathédrale de Paris. Nous prions aussi pour les chrétiens de Paris, avec leurs prêtres et leur archevêque, et pour tous ceux qui sont attristés par ce dramatique incendie.

Photo Michel Pourny - Fondation Avenir du Patrimoine à Paris

Réactions en France et dans le diocèse

Pour montrer cette union spirituelle, les cloches de Notre-Dame de Bourg ont sonné le glas dès lundi soir à 20h15, les portes de la co-cathédrale ont été ouvertes pour ceux qui voulaient prier. Une trentaine de personnes a répondu présent, spontanément. Les cloches de nos deux cathédrales, à Bourg et Belley, ainsi que celles de nombreuses églises, devraient sonner aussi mercredi soir, à 18h50, comme l’ont demandé les évêques de France.

Ce mardi soir, les chrétiens et les prêtres du diocèse ont participé à la messe chrismale, à Notre Dame de Bourg, autour de notre évêque, Mgr Pascal Roland. Les fidèles présents étaient bien sûr unis aux chrétiens de Paris, qui devaient célébrer mercredi cette même messe à Notre-Dame de Paris. Le P. Marc Martial, curé de Notre-Dame de Bourg, a d’ailleurs commencé la célébration en disant notre profonde communion avec le diocèse de Paris.

Au début de la Semaine Sainte, pendant laquelle nous nous souvenons de la mort de Jésus, voir Notre-Dame brûler est assez frappant, troublant. D’autant plus que nous connaissons la crise que traverse l’Eglise, à cause des péchés de plusieurs de ses membres. Le futur président de la Conférence des Evêques de France, Mgr de Moulins-Beaufort, a d’ailleurs eu des mots très justes à ce propos« Méditant sur cela, je pense aux temples vivants, ceux où Dieu veut habiter pour de vrai depuis la Pâque de Jésus et qui ont été profanés. Nous devons les pleurer plus encore. La cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée par l’incendie est devenue, au seuil de la Semaine Sainte, leur image. Puisse-t-elle être pour eux un gage de relèvement. »

 

Et après l’incendie, en découvrant les premières photos de l’intérieur de Notre-Dame, la première chose que nous voyons, c’est la Croix, dorée, qui brille au fond. Pour nous, c’est évidemment une image très forte : si l’Eglise traverse une crise, la réponse à cette crise est là, dans la Croix, avec Jésus. Dans cette optique, voici ce que disait Mgr Roland, à la fin de son homélie de dimanche dernier, pour la fête des Rameaux : « Mais, comme vous le savez, l’Eglise ne sera transformée, rajeunie et embellie, qu’à la condition de notre conversion à chacun. Ces événements dramatiques et ô combien douloureux nous confirment, s’il en est besoin, que la conversion personnelle et communautaire est la priorité absolue. Si nous souhaitons que les autres puissent découvrir la Bonne Nouvelle, nous devons tous commencer par nous convertir nous-mêmes et manifester comment l’amitié avec Dieu transforme positivement nos vies. Tous, à commencer par les évêques, les prêtres et les religieux ! »
 

Comment aider à reconstruire Notre-Dame de Paris ?

Depuis 2016, le Fonds Notre-Dame de Paris, sous égide de la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris, œuvre pour collecter des fonds afin de sauver la Cathédrale de Paris des dégradations provoquées par l’usure du temps. La Fondation Notre Dame travaille en étroite collaboration avec l’État qui s’est engagé à abonder chaque euro versé.

Le dramatique incendie qui s’est abattu sur la cathédrale dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, modifie la donne. C’est désormais une restauration de l’envergure de celle entreprise par Viollet-le-Duc entre 1844 et 1864 qui est nécessaire. Nous avons besoin de tous. Nous avons besoin de vous.

Je soutiens la reconstruction
de la Cathédrale Notre-Dame de Paris

Message du Pape François à Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris, le mardi 16 avril 2019.

 

Suite à l’incendie qui a ravagé une grande partie de la cathédrale Notre Dame, je m’associe à votre tristesse, ainsi qu’à celle des fidèles de votre diocèse, des habitants de Paris et de tous les Français. En ces Jours Saints où nous faisons mémoire de la passion de Jésus, de sa mort et de sa résurrection, je vous assure de ma proximité spirituelle et de ma prière.

 

Cette catastrophe a gravement endommagé un édifice historique. Mais j’ai conscience qu’elle a aussi affecté un symbole national cher au cœur des Parisiens et des Français dans la diversité de leurs convictions. Car Notre Dame est le joyau architectural d’une mémoire collective, le lieu de rassemblement pour nombre de grands évènements, le témoin de la foi et de la prière des catholiques au sein de la cité.

 

En saluant le courage et le travail des pompiers qui sont intervenus pour circonscrire l’incendie, je forme le vœu que la cathédrale Notre Dame puisse redevenir, grâce aux travaux de reconstruction et à la mobilisation de tous, ce bel écrin au cœur de la cité, signe de la foi de ceux qui l’ont édifié, église-mère de votre diocèse, patrimoine architectural et spirituel de Paris, de la France et de l’humanité.

 

Avec cette espérance, je vous accorde de grand cœur la bénédiction apostolique, ainsi qu’aux Évêques de France et aux fidèles de votre diocèse, et j’appelle la bénédiction de Dieu sur les habitants de Paris et sur tous les Français.

 

Pape François