Paroisse Pont-de-Veyle

La spiritualité de Notre Dame qui défait les noeuds.

 

Nous avons été nombreux, très nombreux à nous réunir ce samedi 27 octobre 2018 en l’église de Pont de Veyle pour écouter Monsieur Denis Bourgerie et pour introniser le tableau de Notre Dame qui défait les noeuds dans notre église de Pont de Veyle. Il y a avait les pélerins – plus de 200 personnes – présents dans l’église mais aussi les nombreux auditeurs de Radio Espérance qui nous rejoint par les Ondes depuis la France entière. Pour information, à 22 h 30 Radio-Espérance enregistrait plus de 300 noeuds confiés à la Sainte Vierge via le site internet de la radio.

 

Depuis, ce tableau a pris place dans la chapelle du St Curé d’Ars de Pont de Veyle. Le tableau original est vénéré depuis trois siècles dans une église en Allemagne. Peut-être le peintre s’est inspiré d’un texte de Saint Irénée (évêque de Lyon, martyrisé vers 202) qui déclare : « Par sa désobéissance, Eve a noué pour l’humanité un noeud de malheur que Marie a dénoué par son obéissance ». La Vierge Marie est représentée avec les symboles de la vision de Saint Jean dans l’Apocalypse (« revêtue du soleil, couronnée d’étoiles, la lune sous ses pieds » Ap 12,1). De son pied gauche, elle écrase la tête du serpent de la Genèse (« l’antique Serpent, le Diable » Ap 12,9). Et au-dessus d’elle, la colombe, symbole de l’Esprit dont Marie a été comblée pour être la Mère du Sauveur : l’Esprit Saint, vainqueur de tous les mauvais esprits qui nous empoisonnent la vie.

 

Marie est concentrée dans un minutieux et patient travail : elle dénoue avec application les noeuds complexes d’un ruban qui lui est présenté sur sa gauche par un ange, tandis qu’un autre à sa droite reçoit ce ruban parfaitement lisse, libéré de tout noeud. Ce ruban symbolise les situations, plus ou moins compliquées et pénibles, dont nos vies sont encombrées, et ce sont les mains délicates et maternelles de notre Mère qui travaillent à y remettre ordre et clarté. Et l’ange nous regarde, comme pour nous dire : « Toi aussi, fais confiance, regarde l’Etoile, invoque Marie ! ». Dans le bas sombre du tableau, on peut reconnaître l’ange gardien qui prend par la main son protégé, pour le conduire des ténèbres vers la Lumière et vers les eaux bleues de la Source de la Vie. Tout cela pour nous encourager à la confiance et à la prière persévérante, afin d’obtenir l’heureux dénouement de nos problèmes et des épreuves qui nous affligent, en nous tournant vers le seul Sauveur – et non vers des superstitions de pacotille (ce qui ne fait qu’embrouiller nos problèmes en faisant encore le jeu de l’Adversaire). Sous les pieds de Marie, le plus gros noeud, c’est le Diable que Marie écrase parce qu’elle est la Mère du SAUVEUR !

 

Nous sommes désormais invités de manière permanente à venir déposer nos « noeuds » dans une corbeille qui se trouve au pied de ce tableau. Que ce soient de gros sacs de noeuds ou des liens qui nous entravent, nous demandons à « Marie qui défait les noeuds » d’intervenir maternellement dans les paquets d’intentions embrouillées que nous pouvons remettre entre ses mains attentives, patientes et efficaces. Il n’y a pas de situation trop difficile qu’avec l’Esprit de son Fils, et par l’intercession des Saints Anges, elle ne puisse finalement dénouer ! Un petit coupon est à découper, à remplir puis à enrouler et entourer d’un ruban noué. Chaque semaine, cette « corbeille de noeuds » sera déposée au pied de l’Autel au moment de l’offertoire de la grand-Messe du dimanche. Ces « noeuds » seront ensuite déposés dans l’Oratoire de la Cure au pied du Tabernacle. Ils seront conservés 1 mois, puis brûlés.

 

Tous les 8 du mois (en écho au 8 décembre, Solennité de l’Immaculée Conception de Marie), une Messe sera célébrée en l’honneur de Notre Dame qui défait les noeuds. A l’issue de cette Messe et le dimanche qui suit, vous seront proposés à la vente des Neuvaines, des livres, des médailles, des statues de Notre Dame qui défait les noeuds. Tout cela est disponible quand vous le voulez à la Cure entre temps. Plus qu’une dévotion supplémentaire, il s’agit d’une véritable spiritualité dans laquelle nous sommes invités à entrer. Marie est médiatrice de toutes grâces, Elle notre Mère et veut notre bonheur. Elle est en attente de pouvoir nous libérer des liens qui nous empêchent d’aimer Son Fils. Alors, profitons largement et abondement de cette grâce qui nous est offerte dans notre groupement paroissial. Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ! Aimer Marie et la faire aimer !

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +

 

« Face au désespoir, il est indispensable de se confier à la Vierge Marie.
Les fruits de la prière à « Marie qui défait les noeuds » sont innombrables. »

Pape François