Paroisse Pont-d'Ain

Patrimoine spirituel

« Et pour vous, qui suis-je ? » L’interrogation est essentielle pour la foi des disciples qui suivent Jésus. Elle ne l’est pas moins pour nous, ses disciples d’aujourd’hui, car il nous revient de formuler notre propre réponse. Les saints, très connus ou pas du tout, ont répondu bien avant nous à cette question de Jésus.

Aujourd’hui, l’Église d’Afrique du Nord célèbre la mémoire de saint Cyprien. Né à Carthage, au III siècle, il se convertit au christianisme à l’âge de 35 ans. Peu après son baptême, et comme cela se pratiquait à l’époque, Cyprien est élu et ordonné prêtre et évêque. Il meurt martyre treize ans plus tard. Alors, qui est Jésus pour saint Cyprien de Carthage ? Ses écrits et ses biographes nous laissent penser que, pour Cyprien, Jésus est d’abord le Sauveur. Nous lui devons la mémorable expression : « Hors de l’Église, point de salut » à comprendre exclusivement dans son contexte, c’est-à- dire, adressée à des fidèles chrétiens de son époque tentés de se rassembler dans une église parallèle à l’unique Église du Christ. C’est aussi cette foi en Jésus Sauveur qui le conduit à « sauver sa vie » mourant martyrisé pendant la persécution de Valérien en 258. Pour Cyprien, Jésus est aussi le Dieu miséricordieux. Le saint l’expérimente lors de sa conversion. C’est surtout dans sa position pastorale envers les chrétiens qui ont renié la foi pour échapper à la persécution (les lapsi) qu’on retrouve la foi de Cyprien en un Dieu miséricordieux. L’accueil de ces chrétiens repentis est l’un des débats de l’Église de l’époque. L’évêque se montre sévère tout en faisant preuve de miséricorde et accueille ces repentis. Comme Cyprien, ils sont nombreux celles et ceux qui nous donnent des mots pour répondre au Christ.

Alors que la plupart de nos communes sont mobilisées autour des Journées européennes du patrimoine, ne nous lassons pas de revisiter notre patrimoine spirituel !  

(prions en Eglise)