Paroisse Feillens

Au revoir et merci du père Léandre

       « Je pars avec de tous vos visages, le cœur rempli. »

 

Au revoir et merci

 

« Comment rendrai-je au Seigneur tout le Bien qu’il m’a fait ?

J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur. »

(PS 115, 12-13)

Telle est ma parole de vie d’ordination sacerdotale.

 

C’est avec beaucoup d’émotion, et j’espère peu de larmes, que je vous dis non pas « adieu » mais « au revoir ».

Cela va faire quatre ans que je suis revenu dans le diocèse de Belley-Ars et c’est depuis près de deux ans que j’ai reçu la responsabilité du groupement paroissial de Feillens.

Avec vous, j’ai appris à être d’avantage prêtre et à exercer la charge de responsabilité d’un groupement paroissial.

Vous m’avez beaucoup appris, beaucoup aidé. Il me semble même que c’est vous qui avez fait le principal, mon rôle consistant à soutenir, encourager ou accompagner vos initiatives. J’ai eu beaucoup de joie à vous servir. Ma plus grande joie fut celle d’accompagner la pastorale des jeunes et des enfants à travers notre jeune aumônerie et l’organisation de la catéchèse, l’éveil à la foi, la collaboration avec nos trois écoles primaires catholiques et le collège Saint-Charles de Feillens. Les anciens n’ont pas baissé les bras, avec toutes ces rencontres du MCR, le travail de beaucoup de bénévoles auprès des maisons de retraite, des familles éprouvées et le mouvement Handicap et Joie : c’est tout un élan de charité fraternelle dans notre groupement paroissial.

Au cœur de cette belle responsabilité, j’ai participé dans la mesure du possible à vos joies et à vos peines, déjà à travers la célébration de la sainte eucharistie, des autres sacrements, tels les baptêmes, les mariages, le sacrement de la réconciliation, surtout la célébration des funérailles et l’accompagnement des personnes éprouvées par le deuil et la maladie.

En tout cela, il me semble que j’ai reçu plus que j’ai donné. J’ai essayé de faire de mon mieux. Je vous demande pardon pour tout ce que j’ai mal fait ou ce que je n’ai pas fait.

Maintenant, je pars et je réponds à l’appel du Seigneur qui m’appelle, à travers mon évêque, dans un diocèse où les conditions ne seront pas les mêmes qu’ici. Ainsi, j’invite chacune et chacun à avoir une attention particulière à cet égard. Nous savons, nous les prêtres, que nous ne sommes pas propriétaires de ce qui nous est confié. Il nous faut un jour partir et remettre à d’autres ce que nous aimons. C’est l’occasion de nous rappeler que nous ne sommes que des serviteurs, et que, ce qui compte, c’est ce que Dieu fait.

Le Christ doit être au centre de tout ce que nous construisons, de tout ce que nous vivons. « Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain . »(PS 126,1) rappelle le psaume 126.

Pour chacun, ces changements qui nous sont donnés de vivre peuvent être une chance.

Un grand merci à monseigneur Pascal Roland qui m’a accueilli dans ce diocèse ; un grand merci au père Marcel Contet qui, auprès de moi, a témoigné de son expérience sacerdotale. Merci au Conseil Pastoral pour sa disponibilité, aux catéchistes, et à toutes les bonnes volontés qui, à mes côtés, ont servi la paroisse.

Je pars avec le souvenir de tous vos visages et le cœur rempli de tous ces moments passés ensemble. Je continuerai à porter chacune et chacun dans la prière. Il est certain qu’un lien vital, essentiel, ne cessera de toujours nous unir : le Christ, qui est notre vie

Encore merci pour tout ce que vous m’avez donné, je compte sur vos prières.

 

Père Léandre Ngouabi Elenga