Une retraite pour les prêtres

Du dimanche 12 au vendredi 17 février, une trentaine de prêtres du diocèse se réunira, autour de Mgr Guy-Marie Bagnard, pour une retraite au Foyer de Charité de Châteauneuf-de-Galaure (Drôme).

 

Entretien avec le père Frédéric Pelletier, curé de Saint-Denis-lès-Bourg, qui participe régulièrement à ces retraites.

 

Père, à quoi sert une retraite pour les prêtres ?

On pourrait penser que les prêtres n’ont pas besoin de faire une retraite spirituelle : les gens pensent en général que nous passons notre temps à prier. Mais en fait, nous sommes très pris par la vie de nos paroisses… C’est pour cela qu’il est important de pouvoir faire un « break » chaque année, de ne consacrer du temps qu’à Dieu pendant quelques jours, d’être disponible tout entier pour L’écouter.

 

Alors vous êtes obligé de faire cette retraite ?

Le droit canon prévoit que les prêtres doivent suivre régulièrement une retraite. Ce n’est pas une obligation stricte, mais cela montre bien que participer à une retraite est quelque chose d’essentiel pour un prêtre, et qu’il serait dommage de s’en passer. Dans ces conditions, il est normal que notre diocèse propose une retraite à ses prêtres. Mais nous pouvons choisir la retraite à laquelle nous souhaitons participer !

 

 

Que se passe-t-il lors d’une retraite diocésaine ?

La retraite des prêtres du diocèse a lieu à Châteauneuf-de-Galaure depuis une dizaine d’années, au sein du Foyer de Charité. Chaque jour, nous écoutons deux enseignements qui nous sont donnés par un prédicateur pour nous guider dans notre prière. Le reste du temps, nous le passons en silence, ce qui nous permet d’être plus disponibles pour Dieu. Nous prions aussi, bien sûr : chaque jour, nous célébrons la Messe ensemble, et nous récitons ensemble les différents offices de la journée. Mais le silence a une part très importante, même les repas sont pris en silence !

 

Qui sera le prédicateur de la retraite cette année ?

C’est le père Jean-Miguel Garrigues, un théologien dominicain, qui nous livrera des réflexions qui nourriront nos prières.

 

Mais, ce n’est pas trop dur de rester en silence pendant 5 jours ?

C’est assez reposant au contraire, par rapport à la vie en paroisse où nous enchaînons les réunions… Et même si nous ne nous parlons pas, ces retraites sont des moments de réelle fraternité entre les prêtres : nous sommes membres d’un même presbytérium, et nous sommes réellement unis lorsque nous nous trouvons ensemble ainsi, même en silence. Grâce au silence et à la prière, nous pouvons tous ensemble reprendre souffle devant Dieu.

 

Bonne retraite Père !