Promouvoir le mariage et la famille

À partir du 31 octobre 2012, la proposition de loi sur le mariage des personnes de même sexe et l’adoption des enfants, sera discutée en Conseil des Ministres puis, dans un deuxième temps, à l’Assemblée Nationale. Cette proposition de loi est grave pour notre société. Elle touche à ses fondements, la fragilise et la déstructure.

Voici un texte proposé par les paroisses Notre-Dame, Saint-Pierre Chanel et du Sacré-Coeur à Bourg-en-Bresse.

À partir du 31 octobre 2012, la proposition de loi sur le mariage des personnes de même sexe et l’adoption des enfants, sera discutée en Conseil des Ministres puis, dans un deuxième temps, à l’Assemblée Nationale. Cette proposition de loi est grave pour notre société. Elle touche à ses fondements, la fragilise et la déstructure.

Voici un texte proposé par les paroisses Notre-Dame, Saint-Pierre Chanel et du Sacré-Coeur à Bourg-en-Bresse.

Notre_Dame_2St_Pierre_Chanel_2Sacra_Coeur_2

DES BONNES RAISON DE REFUSER LE MARIAGE ET L’ADOPTION PAR DES PARTENAIRES DE MEME SEXE…

Certains affirment que notre législation actuelle du mariage et de l’adoption serait liée à une conception religieuse de la société. On notera qu’en fait, aucun des arguments ici énumérés n’a de connotation religieuse. En revanche, on voit que s’affrontent une vision strictement individualiste et une approche sociale.

1. Le mariage : une forme de vie précise mais pas exclusive
Le mariage est une forme particulière de vie commune. C’est le nom et l’institution juridique correspondant à l’engagement durable d’un homme et d’une femme qui souhaitent fonder une famille. Mais le mariage n’est pas un modèle universel. Il y a des célibataires, des concubins. Respecter vraiment les personnes homosexuelles, c’est les respecter aussi dans le fait de ne pas se plier au seul modèle du mariage, présenté ou perçu comme universel ou dominant.

2. Le mariage n’est pas la reconnaissance publique des sentiments
C’est se tromper sur la nature et la définition du mariage que de le considérer comme la reconnaissance sociale de l’amour, à laquelle pourraient aspirer tous ceux qui s’aiment sincèrement. Le mariage est en fait l’inscription de la filiation dans une institution stable, notamment pour protéger la mère (matri-monium).

3. Conséquences logiques d’une déstructuration du mariage
Pourquoi le mariage unit-il deux personnes ? Parce qu’il s’agit d’un homme et d’une femme, en vue notamment de la procréation. Si l’on sort de ce modèle, pourquoi limiter à deux le nombre de partenaires ? C’est ainsi qu’un mariage à trois a été célébré au Danemark récemment. Dans le contexte français, la polygamie est devenue une question sociale sensible.

4. Le mariage entre personnes de même sexe concernerait une minorité.

Le mariage homosexuel ne concernera qu’une minorité. Depuis l’an 2000, seuls 64 000 PACS homosexuels environ ont été contracté (source INSEE). Les associations homosexuelles revendiquent 3 500 000 personnes homosexuelles. Par conséquent seul 1,8% des personnes homosexuelles ont montré par les actes, leur intérêt pour une forme d’union sociale. On ne peut laisser une ultra minorité changer une institution multi-séculaire.

5. Privilégier les droits ?de? l’enfant plutôt que le droit ?à? l’enfant.

L’adoption consiste fondamentalement à donner des parents à des enfants qui en sont dépourvus et non l’inverse. Ce qui est premier dans ce processus n’est donc pas le désir des parents mais le besoin des enfants. Faire en sorte que leurs parents adoptifs remplacent au plus près leurs parents biologiques est donc une priorité.

6. Le mariage entre personnes de même sexe fragiliserait l’adoption internationale

On dira souvent qu’il vaut mieux qu’un enfant soit adopté par des partenaires de même sexe plutôt que de ne pas être adopté du tout. Chacun sait qu’en réalité cette question ne se pose pas puisque le nombre d’enfants adoptables est moins important que les demandes de parents adoptifs. En revanche, un certain nombre de pays refusent que leurs ressortissants soient adoptés par des parents provenant de pays où l’adoption par des partenaires de même sexe est autorisée. S’il y avait une légalisation en France, un grand nombre de pays interrompraient l’adoption internationale vers notre pays, ce qui diminuerait considérablement les possibilités d’adoption pour les familles françaises.

7. L’enfant est constitué génétiquement du masculin et du féminin

Dire à un enfant qu’il a ?deux papas? ou ?deux mamans? est un mensonge absolu. L’enfant porte génétiquement le patrimoine de son père et de sa mère. Il a donc un droit absolu d’être éduqué par un couple constitué d’un homme et d’une femme. Il est déraisonnable que la loi décide le contraire.

8. L’Etat n’a pas à créer un cadre discriminatoire

L’enfant, au nom de l’égalité doit avoir un papa et une maman ou en tout cas doit pouvoir s’identifier à ce fait fondateur. Si les accidents de la vie font que cela n’est pas toujours possible, ce n’est pas au législateur d’ouvrir la voie à la transgression. La noblesse d’un État dit de droit est de protéger les plus faibles de ses membres en leur offrant un cadre dans lequel ils ont a priori le plus de chance de recevoir les biens dont ils ont besoin pour se développer.

9. Une double injustice

L’adoption d’un enfant par un couple de même sexe ajoute volontairement une injustice à cette souffrance d’avoir été abandonné. L’enfant adopté a en fait le droit d’être doublement accueilli et protégé par un papa et une maman.

CHACUN DE NOUS PEUT AGIR SIMPLEMENT :

-* Prier et jeûner à cette intention, offrir un temps d’Adoration, une épreuve… supplier le Seigneur d’éclairer les consciences… Le Seigneur écoute notre prière et celle-ci nous ouvre à Sa grâce et aux autres. En ce mois du rosaire, le chapelet est aussi une belle prière pour la vie et pour la famille…

-* S’informer et se former sur la position de l’Église (Catéchisme de l’Église Catholique, positions du Saint-Siège, textes des évêques de France (www.vatican.va ; www.cef.fr)), soutenir ceux qui s’engagent (www.tous-pour-le-mariage.fr ; www.alliancevita.org ; www.mariageetverite.fr ; www.collectifpourlenfant.fr …).

-* Écrire à nos élus pour manifester notre position et demander un débat public ; ils prennent au sérieux un mouvement d’opinion manifesté par 15 lettres ou plus : notre député (M. X. Breton / 27 Rue du Docteur Hudellet / 01000 Bourg-en-Bresse), le maire de Bourg (M. JF. Debat / Hôtel de ville / BP 90419 / 01012 Bourg-en Bresse), le Président de l’Association des Maires de France (M. Jacques Pelissard / Hôtel de Ville / BP 70 340 / 39015 Lons-le-Saunier Cedex), le Premier Ministre (M. JM. Ayrault / Hôtel Matignon / 57 rue de Varenne / 75700 Paris)).

Faisons à notre échelle ce qui est possible pour empêcher que la loi soit votée. Témoignons ainsi de notre vision de l’homme et du mariage, éclairée par notre Foi et notre espérance chrétienne.

P. Jean-Philippe Nault,
Curé de Notre Dame
P. Pierre-Yves Monnoyeur,
Curé de S. Pierre-Chanel
P. François Rineau,
Curé du Sacré-Coeur

Promouvoir-mariage