JMJ dans le diocèse : c’est lancé !

Samedi 6 novembre, tous les jeunes du diocèse ont été invités à une grande soirée pour préparer les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) qui se dérouleront en Espagne du 11 au 21 août prochain.

Intervention du P. Roger Hébert

Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi Col 2,7

Introduction : quand le look envahit tout l’espace !

Il y a quelques jours, j’ai changé de lunettes ! Je suis donc allé chez un opticien qui m’a demandé quel style de montures je souhaitais. Je lui ai répondu et ça l’a beaucoup étonné : c’est la dernière de mes préoccupations, je veux juste des montures solides et pas cher ! Il m’en a fait essayer une première paire qui m’allait parfaitement bien, je lui ai dit : je les prends ! Il m’a dit : attendez, on va en essayer d’autres ! Mais pourquoi en essayer d’autres puisque celle-là correspondait aux critères que je lui avais donnés. Devant son insistance, j’en ai essayé d’autres et à chaque fois, il faisait un commentaire sur cette monture qui convenait bien ou moins bien à mon visage. J’ai été obligé de lui redire que tout cela n’avait pas beaucoup d’importance pour moi. Alors, intrigué, il me demande : mais que faites-vous pour vous soucier aussi peu de votre apparence ? Je lui explique que je suis prêtre, il ne l’avait pas vu car j’avais ma parka qui cachait ma veste avec ma croix, alors il me dit : je comprends tout ! Pour la petite histoire, je peux quand même vous dire qu’on a bien ri car à ce moment-là, il me dit : vous savez comment je m’appelle ? Evidemment, je ne le savais pas ! Il me dit : Jésus ! Je suis d’origine espagnol. En partant, je lui ai serré chaleureusement la main en lui disant : je me rappellerai que Jésus m’a aidé à voir clair !

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Eh bien, parce qu’en choisissant le thème de ces prochaines JMJ, je crois que le Pape nous invite à sortir de toutes ces préoccupations concernant le look. C’est vrai que ces préoccupations peuvent devenir envahissantes : que de temps passé devant un miroir, que d’argent dépensé pour acheter des vêtements ou des chaussures de marques censés améliorer notre look, que de traitements essayés pour faire disparaître tel bouton ou tel autre détail qui nous semble disgracieux. Le plus terrible là-dedans, c’est que nous avons l’impression que les autres ne regardent que ça chez nous ; du coup, plus nous en sommes persuadés et plus nous allons encore passer de temps et d’argent à soigner notre look. Et fatalement, nous en viendrons à nous comparer aux autres, regrettant de pas être aussi beau, aussi bien foutu aussi bien habillé que tel ou telle autre ! Et si parfois nous savons nous contenter de ce que nous sommes, ce n’est pas forcément parce que nous serons devenus enfin raisonnables, c’est souvent parce que nous avons trouvé quelqu’un de plus moche, qui trimballe plus de problème que nous ! Dictature du look, surtout à votre âge ! Alors, merci Benoît XVI de nous aider à en sortir et je vous propose que nous regardions ensemble comment le Pape nous aide à sortir de cette dictature du look qui nous fait perdre toute liberté.

1. Trois images qui invitent à soigner ce qui ne se voit pas
En méditant ce verset de l’épître aux Colossiens que Benoît XVI a donné comme thème pour ces JMJ, ce qui m’a frappé, c’est justement que le Pape désirait mettre le projecteur sur ce qui ne se voyait pas. Ce verset de l’épître aux Colossiens développe trois images qui, toutes les trois, parlent de l’invisible :
– Enracinés : les racines d’un arbre, d’une plante, c’est ce qui ne se voit pas.
– Fondés : les fondations d’une maison, c’est encore ce qui ne se voit pas.
– Affermis : ce qui rend ferme, fort, ce qui fait grandir, ça ne se voit pas.

En choisissant ce verset, c’est un peu comme si le Pape vous disait : chers jeunes, le jour où vous passerez autant de temps à soigner ce qui ne se voit pas en vous que vous en passez à soigner votre look, le jour où vous passerez autant d’argent pour entretenir ce qui ne se voit pas en vous que vous en passez pour votre look, le jour où vous serez autant préoccupés de ce qui ne se voit pas en vous que de votre look, ce jour-là vous serez devenus de vrais chrétiens !

Et dans le message qu’il a écrit pour développer ce thème, le Pape explique que cette citation de l’épître aux Colossiens est à remettre dans son contexte. Si Paul donne autant d’importance à l’enracinement, aux fondations, à ce qui rend fort, c’est que le chrétiens auxquels il s’adresse sont confrontés à des idées qui pourraient les déstabiliser profondément. Je ne développe pas trop cela pour ne pas entrer dans un commentaire de l’épître aux Colossiens qui deviendrait trop technique et qui vous lasserait vite ! Mais reconnaissons que le Pape a eu du nez en choisissant ce verset parce que nous sommes bien, vous êtes bien dans la même situation : la société d’aujourd’hui, les idées ambiantes ne vous aident pas à grandir dans la foi. Ceux qui font de la philo rencontrent des profs qui ne sont pas tendres avec la religion, les copains d’études sont parfois durs, l’actualité souligne avec un malin plaisir tous les dérapages qui sont constatables dans l’Église, bref, ce n’est pas simple d’être et de rester chrétien dans ce contexte. Et vous croyez que c’est une paire de Nike, des leggings ou des slims , un parfum Kalvin Klein, un sac Longchamp ou Vanessa Bruno qui vont vous aider à résister à ces tsunamis permanents qui voudraient anéantir votre foi ? Vous avez beau avoir les plus belles fringues, n’avoir aucun bouton sur le visage et utiliser les meilleurs parfums, tout cela ne vous sera d’aucun secours pour résister ! Et c’est ainsi que l’on voit des tas de jeunes chrétiens disparaître, ils ont vécu de belles choses dans leurs aumôneries ou dans leurs mouvements, ils ont vécu une belle confirmation, très émouvante et puis le tsunami est arrivé qui les a noyés. Ce tsunami, c’est la rencontre d’une opposition vive à l’Église, à la foi dans un milieu hostile mais ça peut être aussi la rencontre d’un copain, d’une copine qui n’est pas du tout catho et peu à peu, pour passer du temps avec lui, avec elle, on fait une croix sur toutes les activités chrétiennes.

Ce qui vous aidera à ne pas couler, c’est ce qui ne se voit pas : ce sont les racines, les fondations, ce qui affermit. Mais alors, une question se pose : est-ce que vous êtres prêts à donner du temps pour cultiver, entretenir ce qui ne se voit pas ? Est-ce que vous êtes prêts à passer autant de temps à l’église que dans votre salle de bain ? Est-ce que vous êtes prêts à dépenser autant d’argent pour entretenir ce qui ne se voit pas que vous en passez pour soigner votre look ? Parfois, on entend dire : je ne vais pas à tel temps fort, voire aux JMJ, ça coûte trop cher et dans le même temps, vous avez passé l’essentiel de l’argent gagné dans vos jobs d’été pour soigner votre look !

En disant cela, je ne cherche pas à vous culpabiliser mais à vous réveiller ! A la limite, si vous continuez à passer une heure chaque jour dans votre salle de bain pour vous pomponner mais qu’à la suite de ce que je vous dis vous comprenez qu’il faut passer autant de temps devant le Seigneur et que vous prenez une heure de prière par jour, moi je suis content, ça me va très bien. Si vous faites ce qu’il faut pour que votre beauté intérieure soit hissée au niveau de votre beauté extérieure, c’est parfait ! Si je vous dis tout cela, c’est aussi parce que j’ai conscience que c’est de ma responsabilité et le Pape le rappelle dans son message, je le cite : « Comme l’apôtre Paul l’écrivait aux chrétiens de la ville de Colosse, il est vital d’avoir des racines, des fondements solides! Et cela est particulièrement vrai aujourd’hui, quand beaucoup de jeunes n’ont pas de repères stables pour construire leur vie, ce qui engendre en eux une grande insécurité. Le relativisme ambiant, qui consiste à dire que tout se vaut et qu’il n’y a aucune vérité ni aucun repère absolu, n’engendre pas la vraie liberté mais instabilité, déception, conformisme aux modes du moment. Vous, les jeunes, vous avez le droit de recevoir des générations qui vous précèdent des repères clairs pour faire vos choix et construire votre vie, comme une jeune plante a besoin d’un tuteur, durant le temps nécessaire pour pousser des racines, pour devenir un arbre solide, capable de donner du fruit. »

2. Trois images à méditer
Après avoir souligné ce point qui me semble si important, je voudrais maintenant reprendre rapidement dans une deuxième partie chacune des trois images.

2.1 Enracinés en Christ

Vous avez tous envie d’être de belle plante, le Pape avec St Paul ne cherche pas à vous décourager, car autant que vous soyez attirants, mais il vous redit que c’est dans la mesure où vous plongerez vos racines en Christ que vous serez vraiment attirants.

Le pape cite un très bel extrait du prophète Jérémie Le prophète Jérémie qui écrit : « Béni soit l’homme qui se confie dans le Seigneur, dont le Seigneur est la foi. Il ressemble à un arbre planté au bord des eaux, qui tend ses racines vers le courant: il ne redoute rien quand arrive la chaleur, son feuillage reste vert; dans une année de sécheresse, il est sans inquiétude et ne cesse de porter du fruit. » (Jr 17, 7-8). Si vous plongez vos racines en Christ, vous ne serez jamais secs, jamais à secs. Moi, j’aimerais aussi vous citer un autre texte de l’Ecriture que j’aime beaucoup, il est du prophète Ezéchiel et on le trouve au chapitre 47. Le prophète a une vision qui le conduit au Temple et il voit une source qui jaillit du côté du Temple, cette source est tellement vive qu’elle devient vite un torrent qui va aller se jeter dans la mer morte. Vous savez que l’eau de la mer morte est 7 fois plus salée que l’eau des autres mers, cette salinité si importante rend impossible la présence de toute vie. Eh bien, le prophète voit une source jaillie du Temple qui devient un torrent qui va aller assainir les eaux de la mer morte ; ce torrent va donc lutter contre la mort pour que la vie puisse enfin s’installer. Et il y a un très beau verset, c’est le verset 12, voilà ce qu’il dit : « Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. »

Vous savez qu’à la mort de Jésus, on lui a mis un coup de lance sur le côté et St Jean qui était présent à la Croix dit qu’il est sorti du côté du Christ de l’eau et du sang. Du sang, on comprend, quand on met un coup de lance, ça saigne, mais de l’eau, c’est bizarre, non ? Evidemment, les chrétiens qui liront cela et qui connaissent la Bible par coeur n’auront pas de mal à faire le parallèle entre cette eau qui jaillit du côté ouvert de Jésus et l’eau qui sort du côté du Temple. Chers amis, si vous avez vos racines en Christ, alors vous deviendrez comme ces arbres dont parle Ezéchiel, je vous rappelle ce qu’il disait parce que ça vaut vraiment le coup, il annonce 3 miracles et ces miracles sont pour vous, si vos racines sont en Christ.

1/Votre feuillage ne se flétrira pas, ce n’est pas telle ou telle crème de beauté qui vous empêchera de vous faner, c’est les racines plongées en Christ. Regardez la mère Térésa, elle avait un visage tout plissé, mais vous vous rappelez comme il était beau. Elle n’a pas dû dépenser beaucoup d’argent dans les crèmes de soin, mais elle était belle d’une grande beauté intérieure et du coup, elle en a attiré du monde !

2/ Le 2° miracle, il concerne les fruits. Il y a tant de jeunes qui sont déprimés, découragés, suicidaires parce qu’ils se demandent à quoi ça sert de vivre. Avec des racines en Christ, on a une vie qui porte du fruit. Et vous avez entendu, c’est vraiment inouï : chaque mois des fruits nouveaux. Il y a une telle puissance de vie en Christ qu’il vous la communique.

3/ Le 3° miracle, en fait, il n’est pas pour vous, mais pour tous ceux qui vous approcheront. Les deux premiers miracles nous disent que ceux qui ont plongé leurs racines en Christ seront beaux avec un beau feuillage jamais flétri et des fruits attirants, le 3° nous annonce qu’ils seront capables de faire du bien. Vos fruits seront une vraie nourriture et les feuilles un remède. On viendra à vous parce que ce que vous direz, ce que vous ferez, ça fera du bien à ceux qui vous approchent. Non, mais vous vous rendez compte !

Voilà c’était la première image : enracinés en Christ. Venons en maintenant à la 2° image.

2.2 Fondés en Christ

Vous connaissez tous Nif Nif, Naf Naf et Nouf Nouf, les trois petits cochons de l’histoire qu’on nous racontait quand on était petits ! Pour ceux qui auraient un trou de mémoire, je vous la résume ! Ces 3 petits cochons décident de quitter la maison familiale et de se construire chacun une maison. Nif-Nif qui aime s’amuser ne veut pas passer trop de temps à construire à sa maison, alors en deux coups, trois mouvements, il fait une maison en paille . Le deuxième, Naf-Naf, est un peu plus prévoyant, mais ne veut quand même pas passer tout son temps à construire, alors il fait une maison en bois. Enfin, le troisième, Nouf-Nouf, lui, fait une grosse maison avec des briques. Il la construit de cette manière pour deux raisons : il est courageux, il n’a donc pas peur du travail et en même temps, c’est le seul qui a peur du loup ! Les deux autres cochons, ils rigolent parce qu’ils disent que le loup ça n’existe pas, et que c’est bête de passer tout son temps à travailler alors qu’on peut profiter de la vie ! Et vous savez ce qui arrive, le grand méchant loup vient, il commence d’abord par Nif-Nif et souffle sur sa maison en paille qui disparaît aussitôt. Celui-ci a très peur et va se réfugier dans la maison en bois de Naf-Naf. Mais là encore, le loup vient et détruit la maison. Les deux petits cochons n’ont qu’une solution aller dans la maison de Nouf-Nouf qui est en dur. Nif-Nif, Naf-Naf, ces deux petits cochons écervelés découvriront alors qu’ils ont commis une double bêtise : ne pas croire au loup et n’avoir pas accordé de l’importance à ce qui en méritait vraiment.

Fondés en Christ, ça veut dire prendre exemple sur Nouf Nouf. C’est une invitation à nous méfier du loup qui existe vraiment et qui dans nos vies prend bien des visages pour démolir cette vie chrétienne que nous avons essayée de construire. Seules résisteront les constructions qui ont de vraies fondations qui sont fondées en Christ. Jésus a raconté une petite histoire pas très loin des trois petits cochons pour nous le faire comprendre, mais après tout peut-être que Marie lui avait raconté les trois petits cochons ! C’est cette histoire que le Pape qui est quand même plus sérieux que moi rapporte dans son message. Je vous lis l’extrait de son message : «  Etre fondé en Christ, c’est répondre concrètement à l’appel de Dieu, en mettant notre confiance en Lui et en mettant en pratique sa Parole. Jésus lui-même met en garde ses disciples : « Pourquoi m’appelez-vous: ‘Seigneur! Seigneur!’ et ne faites-vous pas ce que je dis ? » (Lc 6, 46). Et, faisant alors appel à l’image de la construction de la maison, il ajoute : « Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il est comparable. Il est comparable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profond, et posé les fondations sur le roc. La crue survenant, le torrent s’est rué sur cette maison, mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien bâtie. Mais celui au contraire qui a écouté et n’a pas mis en pratique est comparable à un homme qui aurait bâti sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est rué sur elle, et aussitôt elle s’est écroulée ; et le désastre survenu à cette maison a été grand!» (Lc 6, 46-49). »

2.3 Affermis dans la foi

Cette troisième image évoque donc la croissance, qu’est-ce qui va vous rendre forts ? Je suis frappé en prison de voir le nombre de détenus qui font de la musculation. Quand je les visite dans leurs cellules, je remarque maintenant, parce qu’il y en a un qui me l’a expliqué, ces packs de bouteilles d’eau qui leur servent d’altères. Et de fait, quand ils sont en T.Shirts, on voit que certains ont de beaux biceps. Mais même avec ces beaux biceps, ils restent extrêmement fragiles sous leurs apparences de gros durs. Et je vois bien que ce qui va les aider à résister à cette épreuve terrible de la détention (même si elle est méritée) ce ne sont pas des gros biceps, mais c’est la foi. Et je suis émerveillé de voir le chemin de foi que font un certain nombre de détenus, pas tous, loin de là, mais j’ose dire que je rencontre de véritables saints en prison, souvent des jeunes qui ont fait une telle rencontre du Christ qu’ils sont affermis par la foi. Et ils se mettent à lire la Bible en totalité, à aller à la messe, à dire le chapelet. Bref, leur vie est transformée car ils sont affermis par la foi, il y a une sève nouvelle qui coule en eux grâce à cette rencontre qu’ils ont faite du Christ vivant, du Christ miséricordieux.

Pour être affermis dans la foi, nous avons besoin, nous aussi de faire cette rencontre avec le Christ. Alors surtout n’attendez pas d’être en prison pour faire cette rencontre ! Le Pape dans son message vous invite à faire cette rencontre et il vous dit comment vous pouvez la faire et donc comment vous pourrez votre vie affermie par la foi. Je le cite en disant juste qu’il se réfère à l’expérience de St Thomas qui veut toucher Jésus : « Nous aussi nous pouvons avoir un contact sensible avec Jésus, mettre, pour ainsi dire, la main sur les signes de sa Passion, les signes de son amour : dans les Sacrements, Il se fait particulièrement proche de nous, Il se donne à nous. Chers jeunes, apprenez à «voir», à «rencontrer» Jésus dans l’Eucharistie, là où Il est présent et proche jusqu’à se faire nourriture pour notre chemin; dans le Sacrement de la Pénitence, dans lequel le Seigneur manifeste sa miséricorde en offrant son pardon. Reconnaissez et servez Jésus aussi dans les pauvres, les malades, les frères qui sont en difficulté et ont besoin d’aide. Ouvrez et cultivez un dialogue personnel avec Jésus Christ, dans la foi. Connaissez-le par la lecture des Evangiles et du Catéchisme de l’Eglise Catholique. Entrez dans un dialogue avec Lui par la prière, donnez-lui votre confiance: il ne la trahira jamais ! … Ainsi vous pourrez acquérir une foi mûre, solide, qui ne sera pas fondée uniquement sur un sentiment religieux ou sur un vague souvenir du catéchisme de votre enfance. Vous pourrez connaître Dieu et véritablement vivre de lui, comme l’apôtre Thomas quand il manifeste sa foi en Jésus en s’exclamant avec force: «Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Conclusion : L’Église a besoin de chrétiens enracinés, fondés en Christ et affermis par la foi !

Nous devons bien le reconnaître la situation de l’Église n’est pas bien brillante. Il y a eu tous les scandales liés à la pédophilie qui l’ont sâlie et qui ont fait dire au Pape cette parole terrible : les pires ennemis de l’Église ne sont pas à l’extérieur mais à l’intérieur ! Toutefois le plus grand drame n’est pas là. Depuis quelques temps on m’a trouvé du diabète et je dois donc marcher une heure par jour, j’essaie donc de faire à pieds le trajet entre la maison que j’habite et l’évêché. Je passe donc chaque jour au milieu des lycées et je me dis en côtoyant tous ces jeunes : combien ont été chrétiens dans cette foule et combien le sont encore ? Ce n’est pas le drame de la pédophilie qui les a éloignés de la foi. Comme je dis le chapelet pendant que je fais ce trajet, je les porte tous dans ma prière en me demandant comment on pourrait les rejoindre, comment on pourrait leur redonner le goût de Dieu. De plus en plus, j’ai la conviction que ce n’est pas moi qui pourrai le faire, mais vous. Moi, je suis trop vieux maintenant, c’est vous qui êtes en lien naturels avec eux, pas moi. C’est donc vous qui pourrez être témoins pour eux. Vous avez entendu les trois miracles promis à ceux qui sont enracinés en Christ, vous avez entendu que la maison de Nouf Nouf résiste à tout, vous avez compris que mieux que la gonflette, ce qui rend fort, c’est la foi, alors si vous donnez ce témoignage, je suis sûr que vous deviendrez attirants. Parce que des jeunes flétris avant l’âge, on en voit tous ; des jeunes démolis, on en rencontre tous ; des jeunes qui cherchent comment retrouver la pêche, on en connaît tous. Si vous, vous êtes enracinés, fondés en Christ et affermis dans la foi, je suis sûr qu’on finira par vous demander votre secret et vous leur répondrez simplement : « Vamos à Madrid ! »


——

Depuis le mois de juillet 2010, quelques « ambassadeurs », nommés par leur curé, sont au travail. Ils cogitent pour que ces JMJ à Madrid soient un signe de l’évangélisation dans notre diocèse de Belley-Ars.

Ayant vu et entendu leurs aînés parler des JMJ précédentes, ils reprennent le flambeau avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme pour organiser Madrid 2011.

Autres soirées :

Soirées de zone : 17h-23h

4 dates au choix… Avoir 18 ans au moment des JMJ.

Samedi 4 décembre 2010 à MONTREVEL EN BRESSE
Pour les jeunes de la zone Bresse-Revermont et zone de Bourg

Samedi 8 janvier 2011 à la cure d’AMBERIEU EN BUGEY
Pour les jeunes de Belley à Ambérieu en Bugey

Samedi 22 janvier 2011 à la salle des fêtes de NEUVILLE LES DAMES
Pour les jeunes de zone Dombes Bords de Saône et Zone de Montluel et Meximieux

Samedi 5 février 2011 à BELLEGARDE, salle Musinens
Pour les jeunes de la zone Pays de Gex Haut Bugey (de Gex à Nantua)

Dernières lignes droites :

Samedi 17 avril 2011 (Rameaux) : Journée Mondiale de la Jeunesse en paroisse

9 et 10 avril 2011 : Puy en Velay pour les majeurs.

JMJ : Journées en diocèse dans le diocèse de Vic du 12 au 16 août puis Madrid

Accès direct au site internet JMJ du diocèse !