Premier août

1er août : Fête nationale suisse (mais tout le monde s’en fiche)

T° : 25 °C, il ne plut pas,( it was incredibleu !!!) ce fut le plus beau jour du camp.

Réveil à 8h00, petit déjeuner à 8h30, 8h43 : le père Laurent découvrit qu’il avait laissé son portable dans sa tente qui était désormais pliée. La journée commença bien …

9h30 : départ. Nous fûmes accompagnés par le iench ianch, qui ne nous quitta plus depuis notre arrivée à la ferme. Nous nous rendîmes vite compte que ce iench était le représentant d’une espèce exclusivement représentative des Pyrénées : les chiens chasseurs de belettes. En efffffetbnnrndkefj….. pardon, en effet à 50 m du départ, une belette se fit accrocher violemment par le iench ianch, qui se révèla très doué pour laisser les belettes agonisantes dans le fossé.

Nous continuâmes notre chemin, et à 10h23, le chien fut renvoyé chez lui. Nous continuâmes donc notre route sans ce dangereux guide, et remerciâmes le ciel de rester clair.

Nous arrivâmes dans la forêt, lieu dont nous profitâmes pour azimuter tout azimut en direction du hameau où nous avions rendez-vous pour le déjeuner.

Après un délicieux repas, nous fîmes une sieste, puis repartîmes en direction de Gan (vous pouvez maintenant faire un mauvais jeu de mot sur le nom de cette ville). 

Après une marche aussi agréable que courte (6,5 km, quelle rigolade ! … ça, un camp de marche ?) nous arrivâmes chez nos hôtes, une famille très agréable qui nous prêta un jet d’eau et un morceau de terrain.

Nous vous quittons désormais avec regrets pour partager un dîner digne de ce nom (sur de vraies chaises!)

A demain.