Un entretien avec le Pape François

La revue Etudes, dirigée par les Jésuites, publie une longue interview avec le Pape François. Le Saint-Père y raconte son histoire, ses goûts, sa vision de l’Eglise et de l’homme.

Le Pape y livre en particulier de très belles images de l’Eglise :

L’image de l’Église qui me plaît est celle du peuple de
Dieu, saint et fidèle. C’est la définition que j’utilise souvent,
et c’est celle de (la constitution conciliaire) Lumen gentium
au numéro 12. L’appartenance à un peuple a une forte valeur
théologique : Dieu dans l’histoire du salut a sauvé un peuple.
Il n’y a pas d’identité pleine et entière sans appartenance à un
peuple. Personne ne se sauve tout seul, en individu isolé, mais
Dieu nous attire en considérant la trame complexe des relations interpersonnelles qui se réalisent dans la communauté
humaine. Dieu entre dans cette dynamique populaire.(…)

Je vois la sainteté du peuple de Dieu dans sa patience :
une femme qui fait grandir ses enfants, un homme qui
travaille pour apporter le pain à la maison, les malades, les
vieux prêtres qui ont tant de blessures mais qui ont le sourire
parce qu’ils ont servi le Seigneur, les soeurs qui travaillent
tellement et qui vivent une sainteté cachée. Cela est pour moi
la sainteté commune. (…)

Je vois avec clarté que la chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le soeur des fidèles, la proximité, la convivialité. Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille. Il est inutile de demander à un blessé grave s’il a du cholestérol et un taux de sucre trop haut ! Nous devons soigner les blessures. Ensuite nous pourrons parler de tout le reste. Soigner les blessures, soigner les blessures…

Découvrez ce texte sur le site de la revue Etudes.