Vivre la Semaine Sainte

La paroisse de Reyrieux nous propose une catéchèse sur la Semaine Sainte en nous indiquant, chaque jour, une manière particulière de vivre les célébrations, en méditant sur un objet, un geste ou une attitude.

 

Rameaux

 

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur.

La messe des Rameaux est précédée d’une bénédiction des Rameaux, d’une procession vers l’église et d’une entrée solennelle dans celle-ci.

Que se passe-t-il ?

Un rassemblement extérieur (on est plus proche de la place publique, lieu de la vie quotidienne). C’est une procession qui nous fait passer de notre quotidien à la suite du Christ en l’acclamant avec nos rameaux : nous sommes les disciples d’un roi glorifié.

Un rite à vivre :

La procession des rameaux comporte toujours une dimension populaire et le déplacement même n’aide pas au recueillement. Mais le déplacement et la marche nous font entrer dans l’attitude intérieure de disciples.
Dans l’Eglise, nous sommes invités à accueillir la Parole de Dieu qui ouvre la Semaine Sainte avec ce message annonçant la victoire du Christ : « Je sais que je ne serai pas confondu. » (Isaïe 50,7)

 

 

Jeudi Saint

 

Jeudi Saint la Cène du Seigneur.

L’Autel est au coeur de la célébration comme la table dressée pour nos repas de famille.

Que se passe-t-il ?

C’est un signe fort qui nous rappelle, en cette nuit, que nous sommes les invités au repas du Seigneur.

Un rite à vivre :

Une table festive nous rassemble, elle donne un caractère fraternel à notre célébration nocturne. La suite de la célébration nous conduira vers la gravité du mystère pascal, célébré par le dernier repas de Jésus : Il se donne en nourriture parce qu’il va donner sa vie sur la croix. Après la communion, c’est progressivement le silence qui nous unit : gardons le silence pour un temps de méditation qui nous introduit à la procession vers le reposoir. La liturgie fait place à un moment d’adoration. En réponse à l’invitation du Seigneur :
« Veillez et priez. »

 

Vendredi_Saint_2

 

Vendredi Saint nous suivons Jésus dans sa Passion.

Le Silence qui s’est installé au soir du Jeudi Saint se poursuit dans l’entrée silencieuse du célébrant. C’est l’exception parmi toutes les célébrations de l’année liturgique.

Que se passe t-il ?

La gravité de l’évènement que nous célébrons, la mort du Seigneur Jésus Christ, mérite cette atmosphère de silence. On perçoit immédiatement que ce n’est pas un silence vide mais qu’il rejoint ce que nous vivons dans les moments dramatiques de nos existences.

Un rite à vivre :

Le silence, à plusieurs reprises, donne avec les chants, la grande prière universelle et la vénération de la croix un équilibre dans la célébration. Il vient ponctuer les moments forts de la célébration : entrée, présentation de la croix qui parcourt l’église, communion. Ces silences ont ainsi toute leur portée et n’apparaissent pas lourds et vides, mais nous conduisent au coeur du mystère.

 

 

Veillee-3

 

Samedi Saint La grande Veillée Pascale.

Les chrétiens on veillé symboliquement auprès du tombeau du Seigneur depuis la veille au soir. A la nuit tombée, ils se rassemblent à nouveau pour accueillir la lumière du ressuscité. L’office de l
a lumière, avec le rassemblement autour du feu, nous guide jusqu’à l’église ; il s’achève par la proclamation de l’exultet qui rompt définitivement le silence. Désormais, le chant de l’Alléluia pourra à nouveau s’élever pour manifester la joie de notre salut.

Que se passe t-il ?

La liturgie de la lumière donne le sens de la veillée pascale : la lumière triomphe dans la nuit, le Christ rend la vie au monde par sa résurrection et nous sommes le peuple qui marche à sa suite ; puis nous recevons personnellement la lumière. Quand chacun a pris place dans l’église et que le silence se fait, le chant de l’Exultet annonce la bonne nouvelle de la résurrection du Christ et en donne sa signification.

Un rite à vivre :

Cette première des quatre parties de la Veillée pascale nous fait vivre la Pâque qui est le passage de la nuit à la lumière, de la mort à la vie.
Les lectures bibliques ont pour fonction de nous faire relire des passages de l’Ancien Testament à la lumière du Christ ressuscité que nous venons de chanter : « Nous te louons splendeur du Père, Jésus Fils de Dieu. » Dieu fait alliance avec les hommes en les créant, Isaac est une préfiguration d’un fils qui échappe à la mort, le peuple hébreu est libéré de l’esclavage d’Egypte, etc. Une petite explication ou monition est prévue avant chaque lecture pour signifier qu’elle va nous rappeler comment Dieu a sauvé son peuple par le
passé, et comment le salut de Dieu nous rejoint aujourd’hui.
Au cours de ces jours saints, nous faisons mémoire du mystère pascal du Christ : Pâques célèbre le coeur de notre foi, le coeur même de la vie de l’Eglise. C’est la Grande Semaine, modèle de toute semaine pour la vie chrétienne, c’est le Dimanche des Dimanches, car chaque dimanche célèbre la résurrection du Christ. C’est, comme le dit la tradition, le Premier et le Huitième jour, jour de la Nouvelle création. : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. »

 

Paroisse de Reyrieux

 

Découvrez les usages en vigueur au cours de la Semaine Sainte avec le père Roch Valentin, responsable du Service diocésain de pastorale liturgique et sacramentelle.