Quelques notes sur le temps du Carême

 

Seigneur notre Dieu, toi qui aimes pardonner à ceux qui s’humilient et veulent réparer leurs torts, prête l’oreille à nos prières ; en ta bonté, répands sur tes serviteurs qui vont recevoir les Cendres la grâce de ta bénédiction : par leur fidélité à ce temps de pénitence, qu’ils parviennent avec une âme purifiée à la célébration de la Pâques de ton fils. (Prière de bénédiction des cendres)

 

Avec le Mercredi des Cendres s’ouvre le Carême. Une décision s’impose : il s’agit d’avancer ensemble vers Dieu pour préparer Pâques, en faisant dans nos vies une place plus large à la prière, à la réflexion, au service des autres. Cependant, il est bon de donner quelques consignes.

 

Le jeûne et l’abstinence : pour le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint

L’abstinence : les vendredis (et pas seulement de carême) (cf Code de droit Canon, n° 1251).

Le jeûne consiste à ne prendre qu’un repas complet, pris à midi ou le soir. Pour les deux autres (petit déjeuner et dîner par exemple), on prend un minimum (café ou lait sans sucre, pain sec, soupe le soir par exemple), étant sauves les prescriptions médicales.

Y sont soumis les baptisés de 18 à 60 ans. Les autres peuvent le suivre librement.

L’abstinence consiste à s’abstenir de viande, à partir de 14 ans (cf Code, n° 1252).

 

 

Le partage : par l’aumône, les fidèles s’efforcent de témoigner de plus d’amour et de solidarité envers leur prochain dans leurs besoins matérielsn humains et spirituels.

 

La prière : on sera attentifs à prier fidèlement (le matin, le soir, l’angélus trois fois par jour, le chapelet par exemple…), à rendre visite au Saint Sacrement dans les églises ou les chapelles, les heures saintes, l’adoration, la confession fréquente, etc.

 

En matière de sacrifices (pour mortifier sa volonté propre), on a l’embarras du choix ! D’abord, les addictions : tabac, alcool, abus d’internet et du portable, télévision… La conduite automobile et les limitations de vitesse, la ponctualité (arriver à l’heure, ou avant l’heure de la messe…)… Pardonner à ceux qui nous ont offensés au lieu d’entretenir l’esprit de vengeance…

 

Et maintenant – oracle du Seigneur – revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment.

Joël 2, 12-13

 

 

Notes liturgiques

Le violet remplace le vert du temps ordinaire. Le Gloria et l’alleluia disparaissent, sauf pour le Gloria, aux solennités de St Joseph le 19 mars, et de l’Annonciation le 25 mars. (Mais cette année, le 25 mars est le jour du dimanche des Rameaux – l’annonciation sera donc fêtée le premier jour disponible liturgiquement, c’est-à-dire le lundi après l’octave de Pâques, le 9 avril).

 

Comme au milieu du temps de l’avent (le dimanche Gaudete), le temps du carême a son dimanche rose : le 4e dimanche, dit Laetare. Le célébrant peut ce jour là déposer les ornements violets pour en choisir des roses (Présentation générale du missel romain, 2000, n° 346 f).

 

 

L’accompagnement de l’orgue n’est autorisé que pour soutenir le chant, à l’exception du dimanche Laetare, des solennités et des fêtes (PGMR, n° 313 c).

 

Si, pendant l’avent, l’autel peut être orné de fleurs (avec modération), pendant le Carême, “la décoration de fleurs à l’autel est interdite, à l’exception du dimanche Laetare, des solennités et des fêtes” (PGMR n° 305).

 

L’Ave Regina Caelorum remplace le Salve Regina.

 

Paroisse Notre-Dame de Bourg