Que fêtons-nous le 2 février ?

La Fête de la Présentation du Seigneur

La Présentation est l’ultime célébration du cycle de Noël. Et ce bien qu’elle intervienne alors que le temps ordinaire a débuté depuis quelques semaines.

En effet, le 2 février correspond au 40e jour après la Nativité, c’est-à-dire, selon la loi de Moïse, au jour où les fils premier-nés doivent être rachetés (le 8e jour, c’est la circoncision pour tous les garçons. Pour le Christ, elle est fêtée de nos jours le 3 janvier, au lieu du 1er, où nous célébrons maintenant Sainte Marie, Mère de Dieu), et celui où doit être fait les rites de la purification de la mère d’un garçon. Nous trouvons le récit de cet évènement de la vie du Messie dans l’évangile selon saint Luc (2, 22-38). La célébration de cette fête est attestée dés avant le IVe siècle à Jérusalem.

Copie_de_Presentation_de_Jesus_Fra_Angelico

La Présentation

La fête commémore tout d’abord la consécration à Dieu de l’Enfant Jésus, en tant que premier-né de la Vierge Marie. Au livre de l’Exode (13, 2), nous apprenons que « tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur », c’est-à-dire destiné à être sacrifié à Dieu dans son Temple, mais en même temps qu’il faut racheter son enfant à Dieu , c’est-à-dire offrir quelque chose d’autre à la place (Ex 13, 13). Pour le Christ, cela signifie qu’il est conduit pour la première fois dans la maison de son Père, comme s’il avait besoin de lui être présenté. Mais il a voulu se soumettre en tout à la Loi. Cette consécration faite pour tant d’enfants ne sera jamais aussi réelle que pour lui : il habité comme personne de l’Esprit Saint, il s’offrira en sacrifice à son Père pour nous racheter de la mort et du péché, lui qui n’avait pas besoin d’être racheté.

La Purification

Cette consécration de l’enfant correspond dans la liturgie juive à la purification de sa mère selon la Loi de Dieu (livre du Lévitique 12, 6-8). Purification qui consiste en l’offrande, pour une famille pauvre comme celle du Seigneur, d’un couple de tourterelles ou de deux jeunes colombes. Pour Marie non plus, ce rite n’était pas nécessaire, vu qu’elle a été conçue sans aucun péché et qu’elle est demeurée vierge même dans la naissance de son fils. Mais elle a voulu elle aussi se soumettre en tout à la Loi.

Un écho de cette étape de la vie de la Mère du Christ existe dans la vie des jeunes femmes chrétiennes dans une bénédiction qu’elles peuvent demander avant le baptême ou pendant celui-ci, ou encore après, si elles n’ont pu participer à celui-ci. C’est ce qu’on appelait les relevailles, et qui consiste aujourd’hui en une brève célébration pour rendre grâce pour la nouveau-né et demander les grâces nécessaire pour être bonne mère.

w24h_89

La Chandeleur

Cette fête est aussi appelée Chandeleur, ou fête de la lumière car elle est toute illuminée de ce verset de l’évangile de la messe prophétisant Jésus « lumière pour éclairer les nations » (Lc 2, 32). C’est la prière du vieillard Syméon, le Nunc dimittis. Depuis le VIIe siècle à Rome (basilique Sainte-Marie-Majeure), dans la célébration pontificale, le 2 février est marqué par une procession avec des chandelles. A l’origine pénitentielle, en réparation pour les excès des lupercales, festivités païennes de cette époque, elle symbolise maintenant, tant la venue du Seigneur dans son Temple, que Syméon et Anne conduits par la lumière de l’Esprit à la rencontre du Christ. Cette procession va si possible d’une église à une autre. Ou bien part de l’extérieur ou du fond de l’église, souvent près de la crèche si elle a été conservée jusque là, pour se rendre à l’autel où la messe sera célébrée.

Les cierges sont bénis au départ de la procession et seront rallumés pour écouter l’évangile. Ils seront ensuite emportés dans les maisons comme les rameaux bénis. On pourra s’en servir pour la prière familiale, pour l’allumer près d’un défunt pour la veillée… En Sicile et ailleurs, pour la Saint-Blaise, qui est le 3 février, les prêtres bénissent les personnes à la gorge avec deux cierges de la Chandeleur tenus en forme de croix, demandant qu’elles soient délivrées des maux de gorges.

La tradition conserve l’habitude de faire des crêpes lors des cette fêtes, en souvenir, dit-on, de celles que le Pape Gélase offrait aux pèlerins venus célébrer la Chandeleur.

Copie_de_DSC07246

Vie consacrée

Le Pape Jean-Paul II a institué le 2 février comme journée mondiale de la vie consacrée à la suite de son exhortation Vita consecrata. La première a eu lieu en 1997. En ce jour où Jésus a été consacré à Dieu pour sa mission dans le monde, le Saint-Père a voulu que l’on prie tout particulièrement pour les personnes consacrées (religieux, moines…).

P. Roch Valentin
Responsable du Service Diocésain de Pastorale Liturgique et Sacramentelle

A l’occasion de la journée de la vie consacrée, découvrez le texte de Mgr Roland, ou le message du Frère Jean-Pierre Longeat, abbé de Ligugé