Que fêtons-nous à l’Ascension ?

Nous pouvons bien résider sous les nuages, soumis à toutes les tempêtes, mais déjà « notre cité se trouve dans les cieux… ». La fête de l’Ascension nous aide à le comprendre.

Remontée dans la gloire

Pendant quarante jours après Pâques, le Christ ressuscité est apparu à ses disciples dans son corps glorieux, encore marqué par la Passion. Durant cette période, il leur a permis de réaliser la véracité de cet évènement capital et ses conséquences. Après cela, il a disparu à leurs yeux et est monté au Ciel, non sans leur avoir donné la mission d’annoncer l’Evangile à toute la terre. D’après le Nouveau Testament, on peut estimer que l’Ascension a eu lieu devant plus de cinq cents témoins.

L’absence du Christ

Parfois non regrettons cette absence apparente, mais nous oublions que les apparitions du Ressuscité ne pouvaient être utiles qu’à ceux qui l’avaient connu avant sa mort et pouvaient le reconnaître. Ce qui n’est pas notre cas. C’est oublier aussi que, d’après la parole du Christ lui-même, sans l’Ascension il ne peut y avoir de Pentecôte. Le Seigneur retourne auprès du Père pour nous envoyer l’Esprit. Or c’est l’envoi de cet Esprit sur l’Eglise qui lui permet de rendre Jésus partout présent sur la terre, alors même que l’Incarnation demeurait un fait très localisé.

Corps et âme au Ciel

L’Ascension, c’est aussi l’introduction de notre humanité, que le Fils de Dieu a assumée, dans la gloire du Ciel où elle siège « à la droite du Père ». C’est un mystère qui nous rempli d’espérance pour l’avenir de notre propre corps et sa destinée éternelle. Ce qui a été à la peine et au labeur, sera en son temps à la gloire et aux honneurs.

P. Roch Valentin,
Responsable du SDPLS

Pour aller plus loin