Pourquoi fête-t-on la Toussaint ?

Le premier novembre, l’Eglise célèbre tous le saints du ciel, connus ou inconnus. C’est une grande fête célébrée dans la joie, qui nous invite à réaliser que nous sommes, nous aussi, destinés à devenir saints. Le 2 novembre, chaque famille est invitée à prier pour ses morts. Pourquoi fleurir et faire bénir les tombes ? Quel est le sens des veilleuses ?

 

Toussaint

 

La Toussaint

Le 1er novembre, l’Eglise célèbre tous les saints du Ciel, connus et inconnus. Beaucoup ont leur fête au calendrier, mais les saints sont bien plus nombreux que les milliers dont nous connaissons la vie et les vertus. Les saints sont tous ceux qui sont désormais auprès de Dieu en Paradis. L’objet de cette fête est double. Premièrement, se rendre compte que la sainteté est notre vocation commune. Personne sur cette terre n’est destiné à autre chose. C’est notre but à tous, même si nous avons à emprunter des chemins différents pour l’atteindre. Deuxièmement, demander l’intercession de tous ces bienheureux pour nous qui avons encore à marcher sur cette terre, qu’ils prient Dieu de nous aider à les rejoindre auprès de lui. C’est une grande fête célébrée dans la joie, une anticipation du bonheur du Ciel.

 

 

cimetière toussaint

 

La commémoraison de tous les fidèles défunts

Le 2 novembre, l’Eglise prie pour tous les baptisés décédés qui se préparent à entrer en Paradis. Ce sont les âmes du Purgatoire. En effet, si notre vocation est la sainteté, nous nous rendons compte quotidiennement que nous n’agissons pas toujours en conséquence, que nous ne suivons pas toujours l’enseignement du Christ pour y parvenir. Nos péchés font des dégâts que nous n’arrivons pas toujours à réparer. Mais le Seigneur nous donne encore la possibilité de le faire après notre mort. Cela consiste en un temps de purification avant d’être introduit en sa présence et vivre parfaitement heureux auprès de lui. Notre prière sur la terre est très efficace pour la libération de ces frères défunts.

 

messeToussaint2

 

Les messes pour les morts

Avec ces célébrations du début de novembre, chaque famille pense à ses membres disparus et c’est l’occasion de prier pour eux. Une forme de prière très féconde est l’offrande de la messe à l’intention de ces défunts. Les chrétiens confient à leurs prêtres les noms de ces personnes pour qu’ils prient pour elles à l’autel. L’usage est de faire à cette occasion un don au prêtre. Cela ne correspond pas à l’achat de la messe, c’est impossible, mais ces dons constituent la moitié de son revenu, l’autre étant assurée par le Denier de l’Église.

 

cimetière toussaint

 

 

La prière pour les défunts

Outre la messe, chacun peu prier pour les défunts qu’il a connu, mais aussi pour ceux à qui personne ne pense jamais. Parmi les prières, le chapelet a une place particulière, mais aussi les bonnes actions et les renoncements. Le psaume 129 est aussi très adapté à cette intention.

 

Psaume 129 De profundis
Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
Seigneur, écoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !
Si tu retiens les fautes, Seigneur
Seigneur, qui subsistera ?
Mais près de toi se trouve le pardon
pour que l’homme te craigne.
J’espère le Seigneur de toute mon âme ;
je l’espère, et j’attends sa parole.
Mon âme attend le Seigneur
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.
Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,
attends le Seigneur, Israël.
Oui, près du Seigneur, est l’amour ;
près de lui, abonde le rachat.
C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

DSC07652

 

Prière pour le veuvage (Maurice Hidoux)
_ (Sanctuaire ND de Montligeon, Prions pour nos défunts, Nouvelle Cité 2004, p. 201)

Seigneur, en souvenir de mon conjoint (de ma conjointe) qui m’a quitté(e), je viens me confier à toi.
Que ta miséricorde se manifeste sur lui (elle). Que ton amour soit présent sur nous deux : Lui (elle) dans l’éternité, moi-même à tout moment, particulièrement dans les périodes difficiles de la vie. Que ta providence nous réunisse en jour, avec toute la famille, pour jouir ensemble de cette félicité que tu as promise et à laquelle nous croyons.
Que la Vierge Marie intercède pour nous, spécialement pour les membres de notre famille qui nous ont quittés.
Ramène dans la bonne voie, Seigneur, tous ceux qui l’ont abandonnée.
Pour nous tous, enfin, augmente notre foi et fais-nous témoins de ton amour.
Amen

 

 

Cimetière Croix

 

La visite au cimetière

La visite au cimetière est également l’occasion propice pour prier pour les défunts qui y reposent. Dans la tombe ne repose que la dépouille du défunt, la personne n’est plus là. Mais c’est pour nous un signe sensible dont nous avons souvent besoin, de ce qu’a été celle-ci pour nous. Devant ces restes, nous faisons mémoire et nous nous tournons vers le Seigneur. Notre visage ne reste pas baissé vers la terre, mais nous le relevons vers le Ciel, plein d’Espérance.

 

Pendant les vacances de la Toussaint, beaucoup d’entre nous vont se rendre sur la tombe de nos disparus. Pour vous aider dans cette démarche et poser un acte de foi après avoir fleuri et nettoyé les tombes, je vous propose cette brève liturgie à célébrer, seul ou en famille, sur la tombe de ceux et celles qui nous ont quittés. Il est bon d’associer les enfants à cette prière, en leur expliquant peut-être qui sont ceux pour qui nous prions et pourquoi nous prions pour eux.

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen!

Nous sommes venus aujourd’hui pour rendre hommage à ceux qui nous ont quittés, et nous voulons les confier, encore une fois, à la tendresse de Dieu.
Ici reposent: (citer les prénoms, éventuellement le lien de parenté pour expliquer aux enfants, l’année de leur décès)

Nous pensons aussi à ceux qui ne reposent pas ici mais qui sont présents dans notre prière. (même démarche) On peut partager un temps de silence, ou relever telle ou telle qualité ou trait marquant des personnes que l’on cite.

Ensemble prions:

Seigneur Jésus-Christ, avant de ressusciter, Tu as reposé trois jours en terre, et depuis ce jour-là, la tombe des hommes est devenue, pour les croyants, signe d’espérance en la Résurrection. Nous Te prions, Toi qui es la Résurrection et la Vie: donne aux défunts de reposer en paix dans ce tombeau jusqu’au jour où Tu les réveilleras, pour qu’ils voient, de leurs yeux, dans la clarté de Ta face, la lumière sans déclin. Toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen!

Notre Père …

Sainte Marie, toi qui es notre douce mère sur cette terre et qui nous attires vers ton Fils, reçois notre prière et veille avec l’amour d’une mère sur nos défunts maintenant qu’ils sont partis. Et donne-nous, nous qui sommes encore en marche sur terre, d’être fidèles à l’Amour de Dieu qui veut que nous ayons la Vie, et la Vie éternelle.

Je vous salue, Marie, …

Que le Seigneur nous bénisse, qu’il nous garde de tout mal et nous conduise à la vie éternelle.

Amen!

Copie_de_DSC09807

 

La bénédiction des tombes

Le rituel prévoit la bénédiction des tombes. Dans certaines paroisses, autour de la Toussaint, le prêtre prévoit de se tenir à tel moment dans tel cimetière pour accompagner les familles qui le lui demande pour un temps de prière et de bénédiction. _ Il est rare qu’il puisse faire une célébration commune par délicatesse pour les familles d’autres religions ou confessions ayant leur tombe dans le cimetière communal.

DSC07657

 

L’ornementation des tombes

 

Le mois de novembre voit les cimetières se couvrir de fleurs, et parfois aussi de lampes votives. Pour les catholiques, ce sont deux symboles de vie plus forte que la mort.

 

Saint Paul, dans le 1ère lettre aux Corinthiens, chapitre 15 nous dit en effet : « L’un de vous peut demander : « Comment les morts ressuscitent-ils ? avec quelle sorte de corps reviennent-ils ? » – Réfléchis donc ! Quand tu sèmes une graine, elle ne peut pas donner vie sans mourir d’abord ; et tu ne sèmes pas le corps de la plante qui va pousser, tu sèmes une graine toute nue : du blé ou autre chose. (…) Et Dieu, lui, donne un corps comme il le veut : à chaque semence un corps particulier. Il en sera de même quand les morts ressusciteront. Ce qui est semé dans la terre est périssable, ce qui ressuscite est impérissable ; ce qui est semé n’a plus de valeur, ce qui ressuscite est plein de gloire ; ce qui est semé est faible, ce qui ressuscite est puissant ; ce qui est semé est un corps humain, ce qui ressuscite est un corps spirituel ; puisqu’il existe un corps humain, il existe aussi un corps spirituel. » La fleur nous parle donc de la résurrection des corps.

 

Quant à la lumière, elle manifeste l’espérance de la résurrection, car elle triomphe des ténèbres de la mort. C’est une petite lueur annonciatrice.

Père Roch Valentin,
responsable du Service diocésain de pastorale sacramentelle et liturgique (SDPLS)

 

Comment devenir saint ?