Des Jours Saints

Nous entrons dans la semaine sainte qui nous mènera à la victoire du Christ sur la mort. Chaque jour de cette grande semaine de l’année liturgique revêt une signification particulière qui nous conduit à approfondir notre foi.

 

Icone_Rameaux_Frat-_Jerusalem_

 

Les Rameaux

 

La Semaine Sainte s’ouvre par le dimanche des Rameaux et de la Passion dont la célébration réunit une procession joyeuse et une messe au ton grave.

En effet, l’office de ce jour commence par rappeler l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem qui, venant de Béthanie sur une route jonchée de vêtements étendus sur le sol en guise de tapis, monté sur un ânon, à été acclamé par une foule en liesse agitant des palmes et chant : « Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ». Chez nous, ces palmes sont remplacées par des rameaux de buis qui sont bénis et ensuite emportés dans les maisons pour en orner les crucifix, pour y rappeler la victoire du Christ.

La seconde partie de la célébration consiste en l’eucharistie au cours de laquelle sera proclamé le récit d’un des évangiles de synoptiques (saint Matthieu, saint Marc ou saint Luc suivant l’année) de la Passion du Seigneur. C’est une narration longue et dépouillée qui nous fait percevoir jusqu’où est allé la folie de l’amour de Dieu pour nous.

 

Copie de IMG_6173

 

La Messe chrismale

 

Au cours de la semaine Sainte a lieu la Messe chrismale. Elle se tiendra cette année le mardi 15 avril à 17 h à la co-cathédrale Notre-Dame de Bourg-en-Bresse. Découvrez ici le sens de cette célébration.

 

4_Jeudi_Saint_lav_pieds

 

Jeudi Saint

 

La messe en mémoire de la Cène du Seigneur

Le soir du Jeudi Saint, l’Eglise fait mémoire de l’institution par le Christ des sacrements de l’ordre et de l’eucharistie. En effet, à la veille de mourir, Jésus a transformé le repas pascal juif pour y donner son corps livré et son sang versé, et donner à ses Apôtres de pouvoir refaire ce qu’il venait de faire. C’était la première messe et les premières ordinations de l’histoire du monde ! Ce soir là, la liturgie eucharistique est particulièrement déployée, en particulier la présentation des offrandes qui sont portées en procession, où on peut apporter en particulier, en plus du pain et du vin, le produit de la collecte de carême de la communauté.

Mais auparavant, à l’issue de l’homélie, nous vivrons un moment très intense par la célébration du lavement des pieds. Comme le Christ à commandé à ses apôtres de célébrer l’Eucharistie – le Sacrement de l’Amour – jusqu’à son retour, il leur a aussi lavé les pieds en leur donnant le commandement de l’amour fraternel. Le prêtre, ce soir-là, accomplit ce même geste pour douze hommes de sa communauté.

Enfin, à la fin de la messe, nous entrons gravement dans la nuit au cours de laquelle le Christ à ressenti l’angoisse mortelle, à été livré et condamné. Pour ce fait, on porte le Saint Sacrement en procession jusqu’à un reposoir où il sera adoré une partie de la nuit, en relisant silencieusement le récit évangélique de cette nuit tragique. Les cloches se taisent jusqu’à la Résurrection.

 

Jésus Croix

 

Vendredi Saint

 

L’Office de la Passion du Seigneur

C’est une des célébrations les plus impressionnantes de la liturgique catholique latine, de par sa gravité et son dépouillement. Elle s’ouvre par une procession silencieuse et la prostration sur le sol du célébrant, implorant le pardon pour la haine qui s’est déchaîné sur le Seigneur et dont nous sommes tous complices ou acteurs. La liturgie de la Parole nous fera entendre un autre récit de la Passion, celui de saint Jean, et ensuite la grande prière universelle, solennelle, dialoguée, portant toutes les intentions majeures.

L’office se poursuit par la vénération de la Croix : chaque fidèle pourra l’embrasser et l’adorer afin de manifester son amour pour son Rédempteur endolori. Ensuite, après avoir récité le Notre Père, la communion sera distribuée aux fidèles avec les hosties consacrées la veille. En effet, le Vendredi Saint, tout comme le Samedi Saint, la célébration de la messe est interdite. Ce jour-là, le récit de la Passion remplace la liturgie eucharistique. Il nous invite à comprendre l’impact, dans la vie du Messie, de ce que nous célébrons sacramentellement dans la messe : sa Passion et sa mort en sacrifice. Après quoi, chacun repart en silence chez soi.

 

Office Croix

 

Le chemin de Croix

 

Le Chemin de Croix est la pédagogie de l’Eglise pour faire entrer les fidèles dans le mystère et le sens de la Passion du Seigneur. Il est vécu habituellement chaque vendredi, en particulier en Carême. Quatorze stations font cheminer les participants de la condamnation à la Mort du Christ et à sa mise au tombeau, dans l’espérance de la Résurrection. Ces stations sont matérialisées dans les églises par des croix ou des tableaux pour que l’on se déplace de l’une à l’autre. La méditation de chaque station relie ce que Jésus à vécu à ce que nous vivons. Le Vendredi Saint est un jour de jeûne et d’abstinence, qui peut se prolonger le samedi.

 

DSC00329

 

Le Samedi Saint

 

L’Office des Ténèbres

Les vendredi et samedi de la Semaine Sainte, il est recommandé de célébrer publiquement et conjointement les offices des Laudes et des Lectures tirés de la Liturgie des Heures de ce jour (bréviaire des prêtres). C’est ce qu’on appelle l’office des Ténèbres. Les lectures qui y sont faites nous aident à vivre ce grand samedi en méditant sur la descente aux Enfers de l’âme du Christ, tandis que son corps repose dans le tombeau.

Le jour le la Vierge Marie

Ce « sabbat », durant lequel le Seigneur Jésus reposait au Saint Sépulcre, à égaré bien des disciples qui avaient vu l’anéantissement de toutes leurs attentes dans la mort du Sauveur. Seule la Vierge Marie est restée ferme dans la foi, concentrant en elle toute l’espérance de l’Eglise naissante. C’est pourquoi le samedi lui reste à jamais consacré dans l’Eglise Catholique.

Homélie pour le grand et saint samedi.

IMG_3616-2

 

Pâques

 

La Vigile Pascale

A la nuit tombée, les chrétiens entrent dans la nuit de la Résurrection, en célébrant le Troisième Jour après la mort du Christ. Cette veillée commence par la bénédiction du feu nouveau et du cierge pascal qui symbolisera durant toute l’année, lors des baptêmes et des funérailles, la victoire du Christ sur la mort. Ensuite, après l’annonce de la Résurrection par le chant de l’Exultet, une veillée, rythmée de lectures et de chants des psaumes, nous fait revivre l’histoire sainte du Salut. Puis, nous chantons le Gloria au rythme dont on s’était abstenu durant tout le Carême, et les cloches sonnent à la volée avant d’entendre, dans l’évangile, le récit historique de la Résurrection du Seigneur introduit par l’Alléluia. Puis, nous entrons dans la liturgie baptismale, durant laquelle seront éventuellement baptisés les adultes de la communauté. Mais tous renouvelleront les promesses de leurs baptêmes et seront aspergés d’eau. Et enfin, on célèbre la messe pour communier au Pain de Vie, le Christ ressuscité, vivant, et qui donne la vie éternelle qu’il a acquise pour nous.

 

Baptême Mgr Roland

 

 

 

Cette année, ce sont 41 catéchumènes, jeunes et adultes, qui seront baptisés au cours de la veillée pascale dans les paroisses du diocèse. Ils se préparent à cette nouvelle naissance depuis plusieurs années, et ils ont vécu au début du carême leur appel décisif. Prions pour eux et entourons de notre amitié ces nouveaux enfants de Dieu !

 

Icone de la Résurrection - Villars-les-Dombes

Icone de la Résurrection – Villars-les-Dombes

 

Le jour de Pâques

Le matin de la Résurrection, c’est, dans l’histoire, le souvenir de la découverte du tombeau du Christ vide et de sa rencontre avec les saintes femmes, puis les Apôtres. Le soir de ce même jour, c’est le souvenir des disciples d’Emmaüs qui ont reconnus le Seigneur à la fraction du pain.

Pour les enfants, c’est la chasse aux oeufs qui sont sensés avoir été semés par les cloches de retour de Rome. Tout comme l’agneau pascal, ce sont les signes de réjouissances après les austérités du carême. C’est la joie exubérante de la victoire du Christ sur la mort qui rempli toute notre existence.

 

P. Roch Valentin, responsable du Service diocésain de pastorale liturgique et sacramentelle

 

Découvrir quelques conseils pour vivre la Semaine Sainte
 
Semaine Sainte : le saviez-vous ?