Comment sait-on que les morts vont au ciel ?

Tout d’abord, il faut savoir ce que nous disons par le mot « Ciel ». Il ne s’agit pas de celui que nous voyons tout bleu ou tout étoilé, même si son immensité nous parle de Dieu. Quand ici nous parlons de « Ciel », nous voulons parler de là où sont Dieu et tous ses amis. Nous ne pouvons pas du tout imaginer où c’est, comment c’est… Mais nous savons par la parole de Jésus, rapportée dans les évangiles, que Dieu veut que nous vivions avec lui après notre mort : « Oui, telle est la volonté de mon Père, que quiconque voit le Fils (c’est-à-dire Jésus) et croit en Lui ait la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour » (Jn 6, 40). C’est pour cela que nous disons que les morts vont au Ciel.

 

 

 

-Pourquoi va-t-on au cimetière puisque le mort est au ciel ?

Tu sais sans doute que nous sommes un corps et une âme. Tu en fais l’expérience quand tu prends une décision. Rien dans ton corps ne bouge et pourtant tu as changé, tu as décidé en ton âme, en ton esprit. Et bien cette âme est immortelle, elle t’a été donnée immédiatement par Dieu au tout début de ta vie, alors que ton corps vient de tes parents. Et bien, la mort, c’est l’âme qui quitte le corps. L’âme, qui est le coeur de la personne, va à la rencontre de Dieu. Quant au corps, c’est lui qui est déposé au cimetière et qui peu à peu devient poussière. En allant là où a été déposé le corps, je pense à la personne qui est au Ciel.

 

-Pourquoi prie-t-on pour les morts ?

Ceux qui sont morts mais qui n’étaient des saints sur la terre, tout en gardant de l’amour pour Dieu et pour le prochain, ont besoin d’être préparés pour entrer au Ciel où il n’y a que des saints. En priant pour eux, ou en faisant des bonnes actions dont on offre les mérites pour eux, nous contribuons à les faire changer en bien. Et quand ils seront au Ciel, ils prieront pour nous.

 

-A quoi ça sert de fêter tous les saints ?

C’est pour ne pas en oublier ! Nous ne connaissons que les saints extraordinaires, ceux que l’Eglise nous a donnés pour modèle. Mais il y en a bien d’autres dont la sainteté a été plus cachée, peut-être même dans notre entourage. Les fêter à la Toussaint, c’est se rappeler que la sainteté est notre vocation commune à tous, ce n’est pas réservé aux Mère Térésa.

 

 

Fra-Angelico-La-Toussaint

 

– Combien y a-t-il de saints ?

Beaucoup plus que nous ne l’imaginons. Il faudra le demander au bon Dieu en arrivant au Ciel, il les connaît chacun par leur nom.

 

-Pourquoi décore t-on les tombes ?

C’est, tout d’abord, pour marquer le lieu où le corps a été déposé et qu’on puisse le retrouver. C’est aussi un moyen de transmettre la foi de la personne à tous ceux qui viendront sur sa tombe, par exemple en inscrivant une Parole de Dieu, en fixant une croix… C’est encore une manière de manifester son amour pour la personne disparue.

 

-Pourquoi fête t-on la Toussaint et pas Halloween ?

Halloween est une trace du temps où on ne connaissait pas encore le Christ et où on avait peur que les morts viennent faire du mal aux vivants. Pour chasser cette peur, on joue à se faire peur. Mais quand on sait que le Seigneur est vainqueur de la mort et qu’il est notre protecteur, on n’a plus de raison de fêter cette païenne.

 

Père Roch Valentin, responsable diocésain de la Pastorale liturgique et sacramentelle