Une porte de la Miséricorde ?

Mardi 8 décembre, le Pape François a solennellement ouvert le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde en ouvrant la Porte Sainte de la Basilique Saint-Pierre de Rome

 

Porte Sainte Jubilé Pape François Une

 

Voici ce que le Saint-Père expliquait au sujet de cette Porte Sainte en avril 2015 : 

 

En cette fête de l’Immaculée Conception, j’aurai la joie d’ouvrir la Porte Sainte. En cette occasion, ce sera une Porte de la Miséricorde, où quiconque entrera pourra faire l’expérience de l’amour de Dieu qui console, pardonne, et donne l’espérance.

Le dimanche suivant, troisième de l’Avent, la Porte Sainte sera ouverte dans la cathédrale de Rome, la Basilique Saint Jean de Latran. Ensuite seront ouvertes les Portes Saintes dans les autres Basiliques papales. Ce même dimanche, je désire que dans chaque Eglise particulière, dans la cathédrale qui est l’Eglise-mère pour tous les fidèles, ou bien dans la co-cathédrale ou dans une église d’importance particulière, une Porte de la Miséricorde soit également ouverte pendant toute l’Année Sainte. Au choix de l’Ordinaire du lieu, elle pourra aussi être ouverte dans les Sanctuaires où affluent tant de pèlerins qui, dans ces lieux ont le cœur touché par la grâce et trouvent le chemin de la conversion. 

 

Ouverture de la porte sainte à Ars Jubilé 2015

 

Pour répondre à la demande du Saint-Père, Mgr Pascal Roland a décidé qu’une Porte Sainte serait ouverte dans le Sanctuaire d’Ars, le 13 décembre. Cette porte sainte a déjà été ouverte tout au long du jubilé des 200 ans des ordinations de Saint Jean-Marie Vianney, et renommée à cette occasion Porte de la Miséricorde. C’est une porte que le Saint Curé d’Ars avait fait percer pour que les grands pécheurs puissent entrer discrètement dans l’église pour s’y confesser et se réconcilier avec le Père. Elle manifeste la délicatesse du pasteur qui fait tout pour accueillir chaque homme, pour lui faire connaître la Miséricorde infinie de Dieu.

 

Tout au long de l’année, cette Porte restera ouverte. Les chrétiens du diocèse et les pèlerins pourront faire le choix de venir passer cette porte. Entrer dans l’église par cette porte, c’est reconnaître que le Christ est la Porte :  « Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé » (Jean 10, 9). Passer cette porte, c’est professer que le Christ est le Seigneur, c’est s’engager à se convertir et à marcher à sa suite vers la sainteté. Passer cette porte, pour tout chrétien, c’est un choix libre, un choix courageux pour aller à la rencontre du Christ qui nous offre sa miséricorde.

 

Tout au long de cette année, une indulgence peut être obtenue en se rendant en pèlerinage à Ars, et en accomplissant une démarche jubilaire : confession, communion eucharistique et prière aux intentions du Saint-Père (voir EPA de novembre 2015, p. 4). Cette indulgence peut également être obtenue en participant à une journée du pardon organisée en doyenné ou, pour les fidèles qui seraient dans l’impossibilité de se déplacer, en accomplissant l’une des autres démarches proposées par le pape François.

 

En effet, pour que personne ne soit exclu de ce jubilé, le Pape François a déclaré

 

 Je pense, en outre, à ceux qui, pour divers motifs, n’auront pas la possibilité de se rendre à la Porte Sainte, en premier lieu les malades et les personnes âgées et seules, que leurs conditions empêchent souvent de sortir de chez eux. Pour ces personnes, il sera d’une grande aide de vivre la maladie et la souffrance comme expérience de proximité au Seigneur qui, dans le mystère de sa passion, mort et résurrection, indique la voie maîtresse pour donner un sens à la douleur et à la solitude. Vivre avec foi et espérance joyeuse ce moment d’épreuve, en recevant la communion ou en participant à la Messe et à la prière communautaire, également à travers les divers moyens de communication, sera pour elles la façon d’obtenir l’indulgence jubilaire. Ma pensée va aussi aux détenus, qui font l’expérience de la restriction de leur liberté. Le Jubilé a toujours constitué l’opportunité d’une grande amnistie, destinée à toucher de nombreuses personnes qui, bien que méritant une peine, ont toutefois pris conscience de l’injustice qu’elles ont commise, et désirent sincèrement s’insérer à nouveau dans la société  en apportant leur contribution honnête. Qu’à toutes ces personnes parvienne de façon concrète la miséricorde du Père qui désire être proche de ceux qui ont le plus besoin de son pardon. Dans les chapelles des prisons, elles pourront obtenir l’indulgence et, chaque fois qu’elles passeront par la porte de leur cellule, en adressant leur pensée et leur prière au Père, puisse ce geste signifier pour elles le passage de la Porte Sainte, car la miséricorde de Dieu, capable de transformer les cœurs, est également en mesure de transformer les barreaux en expérience de liberté.

 

Puissent ces portes Saintes, à Rome, à Ars, ou au plus près de chez nous, nous rappeler que la Miséricorde de Dieu est pour tous : que chacun fasse « l’expérience de l’amour de Dieu qui console, pardonne, et donne l’espérance » !

 

2015-02-08 - Porte de la Miséricorde à Ars