Le P. Pierre Kafando, chapelain à Ars

 

L’abbé Pierre Koudaogo Kafando est arrivé dans notre diocèse, comme prêtre fidei donum, au début de l’année pastorale 2018-2019.

Le Père Pierre est né en 1953. Son père, pratiquant de la religion traditionnelle, ne veut pas qu’il devienne chrétien. « Mais moi, je suivais en cachette le catéchisme, explique le P. Pierre, d’abord par curiosité, et petit à petit séduit et attiré par la gentillesse du prêtre, toujours en soutane, j’ai découvert, l’importance et la nécessité d’être chrétien. »

Après son baptême en 1962, il fait part à sa famille de son désir de devenir prêtre. Pour le faire renoncer, on tente par deux fois de le marier, et il doit fuir en Côte d’Ivoire, où il travaille comme manoeuvre dans les plantations de café et cacao, et comme ouvrier du bâtiment. Il devient ensuite planteur, puis couturier. Revenu dans son pays, il rejoint l’Abbaye Saint-Benoît de Koubri, près de Ouagadougou, avant d’entrer au grand séminaire.

 

La Cathédrale Notre-Dame de Ouagadougou

Ordonné le 3 juillet 1999 pour le diocèse de diocèse de Ouagadougou (Burkina Faso), le P. Pierre est envoyé comme prêtre fidei donum dans le diocèse de Manga (Burkina Faso), où il passe 6 ans : il y est vicaire, puis curé-fondateur de paroisse; il préside en même temps la commission de catéchèse pour l’enfance. En 2005, il est envoyé étudier la catéchèse et la pastorale en Belgique, au Centre Lumen Vitae. De retour à Ouagadougou, il devient responsable de la Commission Diocésaine de catéchèse ainsi qu’aumônier des chefs coutumiers chrétiens et directeur adjoint du Centre de Formation des Catéchistes.

 

Depuis le 1er septembre 2018, il a rejoint le Sanctuaire d’Ars, pour une année sabbatique et un service pastoral. « J’ai déjà fait à plusieurs reprises, des expériences pastorales dans les paroisses en Europe et en France. Mais je n’avais jamais fait cette expérience dans un sanctuaire. C’est un temps de découverte et de partage d’expériences pastorales très enrichissantes. »

Au Sanctuaire, le P. Pierre est marqué par la bonne collaboration entre les différents acteurs pastoraux, et surtout par l’esprit du saint curé, Jean Marie Vianney, toujours vif et présent : pénitence, confession et Eucharistie. « L’assiduité des fidèles au sacrement de la réconciliation et le sérieux avec lequel ils se confessent… Tout cela est très interpellant pour nous prêtres, pasteurs et ministres de ce sacrement de la miséricorde divine ! »

 

Le P. Pierre Kafando (à droite) lors de la retraite internationale à Ars en septembre 2018

 

« Je pense que mon évêque ne pouvait pas trouver mieux pour moi pour cette année. Je le remercie, et merci à Mgr Pascal Roland qui m’a accueilli dans son diocèse, merci à vous tous et toutes pour la bonne collaboration, merci au saint curé d’Ars. Tout le merci est à Dieu ! »