Le Père Jean Venard

Mgr Guy Bagnard, évêque de Belley-Ars, les prêtres et les diacres du diocèse recommandent à vos prières le père Jean Venard, aumônier des Clarisses de Champfromier, décédé à Champfromier, le 6 février 2010, à l’âge de 84 ans. La Messe de funérailles a été célébrée en l’église de Champfromier, le mercredi 10  février 20Il avait fait don de son corps à la science.
 Le père Jean Venard était né à Oyonnax, le 20 décembre 1925. Il fit une partie de sa formation à Rome où il obtint une licence de théologie.  Ordonné prêtre le 11 juillet 1954 à Oyonnax, il fut d’abord économe du Grand Séminaire de Belley pendant trois ans, avant de devenir professeur et directeur de l’lnstitution Lamartine à Belley de 1958 à 1967. Il assura la direction de ce même établissement de 1967 à 1987. Nommé curé de Dagneux en 1987, il ajouta à sa charge dès l’année suivante l’ensemble du groupement paroissial de Montluel. C’est en 2003 qu’il fut nommé aumônier de la Communauté des Clarisses de Champfromier où il est décédé.

Extraits du témoignage du père Thierry Blot, l’un de ses fils dans le sacerdoce
L’abbé Jean VENARD  était un homme de prière : chaque jour, il priait l’office divin, célébrait la sainte Messe avec fidélité et ferveur, méditait le chapelet, priait l’Angelus et passait de longues heures à adorer le Saint-Sacrement. L’une de ses grandes joies était d’emmener des paroissiens à l’abbaye de Chambarand, pour une retraite spirituelle, ou en pèlerinage à Lourdes, en Terre sainte, et en bien d’autres lieux saints…
La fidélité  sans faille aux promesses de son sacerdoce et aux devoirs de sa charge, fidélité indéfectible à l’Eglise et obéissance à son enseignement, d’où l’engagement du Père Vénard dans l’association sacerdotale « Lumen Gentium », dont il avait été l’un des pionniers dans l’Ain. Fidélité, par conséquent, au Pape et à son évêque, celui de Belley-Ars, même s’il fallait pour cela subir les critiques, voire des sarcasmes. 
Sens du devoir et abnégation : l’abbé Jean Vénard a donné sa vie, sans réserve, jusqu’à l’épuisement. Il ne se plaignait jamais du poids de la charge qui pesait sur ses épaules, et qu’attestaient, pourtant, à certaines heures, les traits émaciés de son visage. Les S?urs clarisses de Champfromier l’ont retrouvé mort à sa table, préparant son sermon…
Il était d’une bonté « à toute épreuve », et montrait une grande patience, y compris dans les situations les plus délicates.
Esprit de pauvreté et simplicité : il a vécu comme un « curé d’Ars » : tout était simple et frugal, sans ostentation.
Intelligence, finesse et culture : il était un homme très équilibré dans ses jugements et ses prises de position. C’était un érudit.
Droiture, honnêteté, franchise. Cet homme très sensible s’emportait très rarement, car il était doux et humble . S’il s’emportait, c’était toujours pour exprimer sa souffrance face à une grande injustice, une opinion malhonnête… puis il se taisait et priait pour cette personne.
L’abbé Jean Vénard été appelé par le Seigneur à être « son » prêtre. Il vivait de cette grâce insigne, de ce mystère, intensément, chaque jour.
Abbé Thierry BLOT

Dans_la_famille_diocesaine_P.Venard_1

Homélie de la messe d’adieu du Père Jean Vénard

C’est en préparant son homélie sur les lectures que nous venons d’entendre que le Père Jean Vénard est passé de ce monde à son Père. « Venez à l’écart dans un lieu désert et reposez vous un peu ». Telles sont les dernières paroles de Jésus à son frère prêtre Jean Vénard.
Comme les Apôtres, Jean Vénard a été envoyé en mission par le Christ dans son Église. De cette Église qu’il a toujours aimée et servie dans la joie et la simplicité de soeur. Il a été envoyé pour gouverner sanctifier et enseigner le Peuple de Dieu tout en vivant la pauvreté, la chasteté et l’obéissance. Nous savons combien le Père Jean Vénard aimait enseigner. Il était professeur et historien. Un de ses fils spirituel dira « Il était une encyclopédie vivante »… Aux différents appels du Seigneur le père Jean Vénard a toujours répondu « Me voici ! ». Depuis son ordination sacerdotale jusqu’à sa nomination comme aumônier des soeurs clarisses de Champfromier en 2003… Voilà ce que nous pouvons retenir de la vie du père Jean Vénard :
C’était un prêtre qui a vécu son ministère jusqu’au bout
Un prêtre attachant, bon, fidèle et patient
Un homme de foi et de prière qui inspire confiance
Un prêtre qui vivait de l’eucharistie adorée et célébrée …
Le père Jean Venard a bien incarné la paternité de Dieu dans le secteur bellegardien, par son écoute, sa générosité et son sens de la proximité. Une belle figure de prêtre, à méditer en cette année sacerdotale.
Sa disparition va laisser un grand vide dans le secteur… Mais nous croyons que le Seigneur qui l’a rappelé auprès de Lui comblera nos soeurs, Lui, le Consolateur des soeurs brisés, Lui qui nous a dit par son fils Jésus : « Ne soyez donc pas bouleversés. Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la Maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure…».(Jn 14, 1 à 3) … Nous savons que son souvenir restera gravé dans la mémoire collective, comme nous dit un psaume : «  On fera toujours mémoire du juste ».
Avec le départ du père Jean Vénard, nous avons perdu un prêtre dans le diocèse, mais nous avons gagné un intercesseur pour le diocèse.
Rendons grâce à Dieu pour la vie donnée du père Jean Vénard, pour tout ce qu’il nous a enseigné et transmis de Dieu.
Merci aux soeurs clarisses de Champfromier, aux paroissiens du secteur bellegardien, à tous ses anciens paroissiens, à ses amis prêtres et à sa famille d’avoir entouré le père Jean Vénard dans les derniers instants de sa vie.
Que la Vierge Marie, Mère des prêtres, accompagne par sa prière l’âme du père Jean Vénard auprès de Jésus, prêtre éternel. Amen
Père Dieudonné Mvuatu