Décès du Père René Vuillod

 

Jeudi 26 juillet 2018, fête de Ste Anne et de St Joachim

Mgr Pascal Roland, évêque de Belley-Ars,

et la famille Vuillod recommandent à vos prières

l’Abbé René Vuillod

 

décédé à l’hôpital Fleyriat, le 26 juillet 2018, à l’âge de 82 ans.

Son corps est exposé dans la Chambre funéraire Bertrand, à St-Etienne-du-Bois (8h-21h, 125 rue de l’église).

 

Les funérailles seront célébrées le lundi 30 juillet 2018, à 14h30, en l’église de Verjon.

L’inhumation se fera dans le cimetière de Verjon.

 

Né le 18 novembre 1935 à Verjon, il fit ses études secondaires au petit Séminaire de Meximieux d’octobre 1947 à juillet 1954, puis ses études théologiques au Grand Séminaire de Belley d’octobre 1954 à décembre 1961, avec une interruption de 27 mois pour effectuer le service militaire (dont 13 mois en Algérie).

Ordonné prêtre à Notre-Dame de Bourg le 17 décembre 1961 par Mgr René Fourrey, il est professeur au petit séminaire de Meximieux pendant un an, avant d’exercer son ministère comme vicaire à la cathédrale de Belley pendant 15 ans, de 1963 à 1978.

Il s’occupe également de la Mutuelle St-Martin à l’évêché de Belley, et quand l’évêché déménage à Bourg-en-Bresse, il y poursuit son travail : notaire à la chancellerie diocésaine de 1978 à 1992, il a en charge les assurances maladie, vieillesse, auto, les registres de catholicité et les archives de catholicité. Il obtient une licence de droit canonique, devient notaire, juge puis official régional de seconde instance à l’officialité de Lyon, entre 1981 et 2014. Il est enfin nommé chancelier du diocèse (1992-2009) et délégué diocésain à la protection sociale (1998-2009).

Il fut aussi prêtre auxiliaire ou administrateur paroissial (Villars, Grièges, Cormoranche-sur-Saône, Foissiat). Il résidait à Seillon Repos depuis 2009.

Ses obsèques ont été célébrées le lundi 30 juillet 2018, en l’église de Verjon. Il a été inhumé au cimetière de Verjon.

 

En 2011, pour ses 50 ans de sacerdoce, le P. Vuillod témoignait de ses années de ministère : « Mon ministère n’a pas été forcément celui que je pouvais envisager en 1961 ; j’ai servi comme j’ai pu, selon ce qui m’a été demandé. C’est pour cette raison que ce jour est action de grâce. »

 

 

En communion de prières pour le défunt et ses proches.