Indulgences accordées à l’occasion de l’Année de la foi

« Proclamez la Bonne Nouvelle » Mc 16, 15

Pascal ROLAND
Par la grâce de Dieu et l’autorité apostolique du Saint-Siège
ÉVEQUE DE BELLEY-ARS EN FRANCE

Vu le Motu Proprio Porta Fidei, du Pape Benoît XVI (11 octobre 2011) ;
Vu la Note relative aux indications pastorales de l’Année de la foi
de la Congrégation de la Doctrine de la foi (6 janvier 2012) ;
Vu les dispositions prises par le Décret de la Pénitencerie apostolique
sur Les Indulgences à l’occasion de l’Année de la foi (14 septembre 2012) ;

Détermine que, dans le diocèse, pendant l’Année de la foi,
les fidèles pourront obtenir une indulgence plénière
en accomplissant l’une des oeuvres suivantes :

-# Formations : en participant à 3 réunions sur les Actes du Concile Vatican II ou sur les articles du Catéchisme de l’Église catholique ;
-# Pèlerinages :
-## soit en participant à la célébration de l’Eucharistie et en concluant leur démarche par la récitation du Je crois en Dieu dans l’un des cinq lieux suivants : Cathédrale St-Jean-Baptiste de Belley, Co-cathédrale Notre-Dame de Bourg, sanctuaire d’Ars, sanctuaire de Cuet, église Notre-Dame de Bellegarde ;
-## soit en renouvelant les promesses baptismales sous la forme employée lors de la Vigile pascale dans le lieu où ils ont reçu le baptême, à proximité de la date anniversaire ;
-# Solennités ou fêtes particulières : en participant à la Messe solennelle (ou à la célébration des Vêpres) en ajoutant la récitation du Je crois en Dieu, à l’occasion de l’une des fêtes suivantes : l’Immaculée conception (8 décembre), l’Epiphanie du Seigneur (6 janvier), la Chaire de st-Pierre (22 février), st-Pierre-Chanel (28 avril), st-Jean-Baptiste (24 juin), st-Jean-Marie Vianney (4 août), L’Assomption de Notre Dame (15 août), Le Christ-Roi (24 novembre).

L’indulgence plénière sera obtenue selon les normes établies par la Constitution apostolique Indulgentiarum doctrina (Paul VI, 1er janvier 1967) et les canons 992-997 du C.I.C. (Jean-Paul II, 25 janvier 1983). Ces normes demandent une disposition du coeur, le détachement de tout péché même véniel, et trois conditions : une confession sacramentelle qui peut être accomplie dans la semaine qui précède ou qui suit, la communion eucharistique et une prière aux intentions du Souverain Pontife.

Donné à l’Évêché de Belley-Ars, le 22 octobre 2012,
En la mémoire du Bienheureux Jean-Paul II

+ Pascal ROLAND
Evêque de Belley-Ars

Père Christian JOSSELIN
Chancelier

Qu’est-ce qu’une indulgence ?