Le Cardinal Emile BIAYENDA

RCF Parole aux Eglises, Mercredi 26 avril 2017

 

cardinal Biayenda

 

 

Aujourd’hui je vous propose de faire un petit tour en Afrique, en vous parlant d’Emile Biayenda. Car il y a tout juste un mois, je me suis rendu à Brazzaville, avec quelques pèlerins de mon diocèse, pour présider la célébration du 40° anniversaire du martyre du cardinal Emile Biayenda.

 

La raison de ma démarche était double. La première, c’est l’affinité spirituelle existant entre saint Jean-Marie Vianney et Emile Biayenda, qui avait trouvé dans le saint curé d’Ars son modèle et son inspirateur. Certains, dont je suis, affirment volontiers qu’Emile Biayenda est « le curé d’Ars Africain ». En tant qu’évêque du diocèse de Belley-Ars, je ne peux pas ne pas m’intéresser au rayonnement spirituel du saint curé d’Ars, patron de tous les curés du monde, d’autant plus que nous bénéficions de belles grâces, venues en retour par Emile Biayenda.

 

La deuxième raison, c’est le désir, en tant que membre du collège épiscopal, que chaque Eglise particulière puisse avoir ses modèles propres de sainteté. Le Concile Vatican II nous a enseigné que nous étions tous appelés à la sainteté, c’est-à-dire à la perfection de l’amour. Nous avons donc besoin d’avoir des modèles de sainteté, non seulement d’autres temps historiques et d’autres lieux géographiques, mais également de notre époque, de notre territoire et de notre culture propres.

 

Lorsque des frères prêtres africains m’ont fait découvrir Emile Biayenda ; lorsque j’ai réalisé qu’il s’agissait là d’un beau témoin de notre temps, pour le Congo et pour toute l’Eglise ; lorsque j’ai vu mes frères attachés à faire avancer la cause de béatification et de canonisation, je me suis rapidement senti appelé à les soutenir dans leur démarche. J’ai hâte avec eux que soit reconnu officiellement le premier saint du Congo et le premier saint cardinal africain ! Voilà donc la deuxième raison de mon déplacement à Brazzaville !

 

Comme saint Jean-Marie Vianney, Emile Biayenda avait conscience d’être un pauvre et de ne rien pouvoir donner aux autres, si ce n’est ce qu’il recevait de Dieu. Juste avant son ordination presbytérale, il écrivait : « Mes misères, mes incapacités, pourront servir, Seigneur, si je sais tout attendre de vous (…) Jésus vous êtes mon ami. Je vous appartiens avec tout ce que je suis et possède (…) Ce que je vous demande, c’est cette grâce de me sentir toujours pauvre et néant pour m’appuyer sur vous et ne jamais rien risquer sans vous (…) Je me donne à vous, je me consacre à vous pour toujours, jusqu’à ma mort ».

 

Profondément uni à Jésus qui a livré sa vie par amour pour nous sur la croix, Emile Biayenda a été conduit à donner sa vie, lui aussi, jusqu’à mourir martyr, en 1977.  

 

Alors, prions pour que, par l’intercession du cardinal Emile Biayenda, le Congo reçoive de bons pasteurs qui l’aideront à grandir dans la fraternité et dans la paix. Prions pour que les saints d’hier et d’aujourd’hui continuent de faire rayonner la Bonne Nouvelle en Afrique et dans le monde !

 

+ Pascal ROLAND