Avec Jésus, renonçons à exister par le regard des autres, apprenons à vivre pour les autres !

Homélie de Mgr roland pour le Mercredi des Cendres, le 5 mars 2014, en l’église Saint-Pierre Chanel de Bourg.

Evangile selon saint Matthieu 6, 1-6. 16-18

Avez-vous bien entendu ce que Jésus nous demande pour le temps de carême ? Assez spontanément, beaucoup me répondront certainement : Jésus nous recommande trois choses : faire l’aumône, prier et jeûner ! Pourtant ce n’est pas ce que Jésus vient de nous dire ! Ce n’est certes pas la pointe de l’enseignement qui vient de nous être donné !

Comme ceux qui se donnent en spectacle

Si vous avez bien prêté attention, en effet, Jésus nous parle plus précisément de la manière dont nous devons faire l’aumône, prier, et jeûner. Jésus présuppose, en quelque sorte, qu’il est acquis que ces pratiques font déjà partie de ce que nous vivons ou entendons vivre. Mais il insiste sur la façon dont nous devons exercer ces pratiques religieuses, qui concernent notre rapport à Dieu, au prochain et à nous-mêmes.

Il ne vous aura certainement pas échappé qu’il y a comme un double leitmotiv qui scande les propos tenus par Jésus. D’un côté, par trois fois, revient l’expression : Comme ceux qui se donnent en spectacle. De l’autre côté, par six fois, donc deux fois plus, revient en opposition l’expression : Dans le secret. Voilà donc la pointe de l’enseignement de Jésus : il faut agir dans le secret et non pas se donner en spectacle !

Cet enseignement de Jésus met le doigt sur un comportement de l’être humain qui traverse les siècles et les continents. Bien souvent, nous vivons dans le souci premier de l’image que nous donnons de nous-mêmes. Fréquemment, nous sommes préoccupés du paraître ; nous sommes inquiets de sauvegarder les apparences ; nous agissons en fonction du regard d’autrui, nous sommes conditionnés par ce que les autres vont penser de nous.

Récemment quelqu’un a même forgé le concept d’eximité, opposé à celui d’intimité (du latin intimus : ce qui est le plus intérieur) pour désigner le comportement répandu qui consiste à s’exposer constamment sur les réseaux sociaux, comme Facebook. Derrière cette notion d’eximité, réside l’idée plus ou moins inconsciente que l’on n’existe que par le regard des autres, et qu’il est nécessaire de s’exposer pour être reconnu. Un principe que l’on pourrait traduire par la formule suivante : « Je m’expose, donc je suis ! »

IMG_6337-2

« Dans le secret »

Jésus nous enseigne que nous ne devons pas chercher la reconnaissance des hommes. Nous ne devons pas chercher à leur plaire. Nous devons même nous méfier de la quête de reconnaissance, affective, sociale, ecclésiale… qui nous fait vivre dans l’esclavage. Dans le secret, nous savons que notre Père du Ciel nous connaît et nous reconnaît. A chaque instant, tout comme il reconnaît Jésus, le Père nous reconnaît comme ses enfants bien aimés. Sur chacun d’entre nous, comme sur le Fils unique, le Père déverse constamment la totalité de son amour. Nous sommes donc certains de ne jamais manquer d’amour. Rien n’a plus de prix que cet amour plein, inconditionnel et inépuisable.

Vous avez entendu que par trois fois, Jésus déclare : Ceux-là ont touché leur récompense, à propos des personnes qui agissent devant les hommes, en se montrant, en se donnant en spectacle ; à propos de ceux qui agissent de manière à se faire remarquer. Ceux-là ont touché leur récompense. Littéralement et pour être plus précis, il conviendrait de traduire : ils ont reçu leur salaire. Autrement dit, ils ont reçu leur dû. Ils ont reçu une reconnaissance sociale des hommes, sous le regard desquels ils ont agi ; ils sont satisfaits de la reconnaissance immédiate des hommes pour lesquels ils se sont donnés en spectacle. Ils n’ont donc plus rien d’autre à recevoir. Jésus, lui, nous apprend à agir sous le seul regard de notre Père du Ciel.

N’oublions surtout pas, derrière les propos de Jésus, que cette recommandation du Seigneur prend corps dans sa propre pratique. Est-ce que vous voyez Jésus se soucier de l’impression qu’il va faire sur les autres ? Ni sur Marie et Joseph, ni sur ses apôtres, ni sur la foule… ni sur les autorités religieuses, ni sur les autorités civiles… Pensez par exemple lorsque Jésus, à 12 ans, s’attarde au Temple de Jérusalem. Pensez encore au comportement de Jésus face aux docteurs de la Loi qui lui sont hostiles. Ou bien, au moment de sa passion, lorsqu’il est traduit devant le Sanhédrin, puis comparaît devant Pilate. Jésus agit toujours sous le seul regard de son Père. De ce fait, vous pouvez constater combien Jésus est libre.

C’est ainsi qu’agissent, à sa suite, ceux qui sont ses disciples. Par exemple saint Paul, qui déclare aux Thessaloniciens (1 Th 2, 4-7) : « Nous parlons pour plaire non pas aux hommes, mais à Dieu. Jamais, vous le savez, nous n’avons eu un mot de flatterie, jamais de motifs intéressés, Dieu en est témoin ; jamais nous n’avons recherché les honneurs, ni auprès de vous, ni auprès des autres hommes, alors que nous aurions pu nous imposer en qualité d’apôtres du Christ… »

IMG_6400

Nous enrichir de la pauvreté du Christ

En ce temps de carême, Jésus ne nous demande donc pas une démarche morale, ni un surcroît d’activités. Mais il nous demande de nous exercer à accomplir autrement ce que nous faisons en matière d’aumône, de prière et de jeûne. Il ne s’agit pas tant d’ajouter quelque chose, mais, comme nous y invite le pape François, dans son message de carême, de nous enrichir de la pauvreté du Christ. « La pauvreté du Christ est la plus grande richesse : Jésus est riche de sa confiance sans limite envers le Père, de pouvoir compter sur lui à tout moment, en cherchant toujours et seulement la volonté et la gloire du Père. Il est riche comme est riche en enfant qui se sent aimé et qui aime ses parents et ne doute pas un seul instant de leur amour et de leur tendresse. La richesse de Jésus, c’est d’être le Fils… »

Le temps du Carême, vous le savez, est un temps qui nous prépare à renouveler notre adhésion au Christ mort et ressuscité : un temps qui nous prépare à vivre toujours davantage en enfants de Dieu. Avec Jésus, apprenons à vivre en enfants de Dieu ! Avec Jésus, retirons-nous dans le secret, faisons silence, et apprenons à vivre sous le regard aimant du Père ! Avec Jésus, renonçons à posséder et à thésauriser, et apprenons à vivre le partage fraternel authentique dans la discrétion. Avec Jésus, ne craignons pas de jeûner dans le secret et montrons la joie de l’Evangile ! Avec Jésus, renonçons à exister par le regard des autres ! Avec Jésus, apprenons à vivre pour les autres !

+ Pascal ROLAND
Evêque de Belley-Ars

IMG_6428