Noël, jour de lumière et de renaissance

Message de Noël de Mgr Pascal Roland, Evêque de Belley-Ars

La fête de Noël est généralement dominée par les deux thématiques de la famille et de la solidarité. C’est, pratiquement pour tout le monde, d’une part, la joie d’un rassemblement familial et amical autour d’une table garnie et de cadeaux échangés. C’est, d’autre part, un temps fort de la solidarité, qui se traduit par bon nombre de gestes charitables : accueil ou visite de personnes habituellement seules, partage avec les plus démunis.

Nous observons que Noël marque en profondeur notre monde, qu’on le veuille ou non, puisque qu’il suscite de multiples gestes de paix, de justice, de fraternité universelle et de solidarité. Force est de constater que l’événement de Noël a provoqué une révolution sans précédent, puisqu’à partir de lui les compteurs de l’histoire ont été remis à zéro : nous nous situons aujourd’hui en 2012 par rapport à cet événement fondateur ! Aussi est-il légitime de s’interroger sur la signification profonde de Noël !

« Souvent, dans le passé, Dieu a parlé à nos pères par les prophètes sous des formes fragmentaires et variées; mais dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par ce Fils », dit la lettre aux Hébreux (1, 1-2). A Noël, en effet, Dieu nous adresse la parole définitive. Paradoxalement, cette parole déterminante ne consiste pas en de grands discours, mais nous la découvrons dans les vagissements du nouveau-né de Bethléem, comme plus tard nous aurons à la reconnaître dans le silence du supplicié du Golgotha !

Cette Parole dépasse ce que nous attendons, ce que nous osons espérer et même ce que nous pouvons imaginer. A Noël, en effet, Dieu se donne à connaître d’une manière inouïe : voici que le Fils de Dieu descend du Ciel et prend chair afin de nous rencontrer dans notre condition humaine. Comme le souligne bien l’apôtre saint Jean, la Parole entendue devient Parole visible : le Verbe peut être non seulement entendu, mais également vu, contemplé, touché (cf. 1Jean 1, 1) « Le Verbe s’est fait chair. Et il a habité parmi nous » (Jean 1, 14).

P32_photo_1

Tout d’abord, en Jésus Christ venu en notre chair, il nous est donc donné de connaître le vrai visage de Dieu : c’est toute la lumière de Dieu qui brille sur la terre ! « La grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c’est lui qui a conduit à le connaître (…). Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique plein de grâce et de vérité. » (Prologue de l’évangile de saint Jean). Car ce Fils est « reflet resplendissant de la gloire du Père, expression profonde de son être. » (Hébreux 1, 3).

Noël, c’est Dieu qui se révèle ! Mais ce n’est pas tout : si Dieu se fait proche, s’il se donne à connaître, ce n’est pas simplement parce qu’il est expert en communication ni pour satisfaire notre curiosité intellectuelle. Si le Verbe se fait « Emmanuel », Dieu-avec-nous, c’est pour nous sauver. C’est-à-dire pour nous faire entrer au coeur de l’amour véritable.  » Le Verbe de Dieu s’est fait homme, le Fils de Dieu s’est fait homme, pour que l’homme uni au Verbe reçoive l’adoption et devienne fils de Dieu. » écrivait saint Irénée de Lyon. « Il s’est fait ce que nous sommes afin de nous rendre participants de tout ce qu’il est » disait aussi saint Cyrille d’Alexandrie.

A Noël, nous célébrons donc le triomphe de Dieu qui vient nous sauver. Vous savez sans doute qu’au 4e siècle, la fête de Noël a été instituée le 25 décembre, jour du solstice d’hiver, jour de la fête païenne du « Natalis Solis invicti », jour de la fête du soleil renaissant et invaincu. Pourquoi ? Parce qu’en ce jour où les ténèbres commencent à diminuer et où la lumière progresse, faisant petit à petit reculer les limites de la nuit, nous accueillons celui qui est la vraie lumière du monde, celui qui est « la lumière des hommes », celui qui « éclaire les hommes en venant en ce monde », celui qu’annonçait le prophète Isaïe en déclarant « sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi ». A Noël, c’est Dieu qui illumine nos ténèbres, et transfigure notre existence en nous faisant participer à sa vie divine. Aussi saisissons-nous que cet événement nous engage dans une vie nouvelle. Aussi cette naissance de Jésus est-elle renaissance pour chacun de nous. Est-ce que, ce Noël sera vraiment pour chacun et chacune de nous un jour de lumière et un jour de renaissance ? C’est ce que je vous souhaite de tout coeur !

Copie_de_2012-09-16_-_Belley_2

+ Pascal ROLAND
Evêque de Belley-Ars

Message_de_Noel