Petit guide de lecture de l’encylique « L’ÉGLISE VIT DE L’EUCHARISTIE » – 6 janvier 2009

« L’ÉGLISE VIT DE L’EUCHARISTIE » Petit guide de lecture de l’encyclique de Jean-Paul II par Mgr Guy Bagnard

On peut lire ci-dessous les principaux points abordés par Mgr Bagnard dans son exposé au Conseil Diocésain de Pastorale. Ce canevas peut éventuellement aider la lecture personnelle ou l’étude en groupe de l’encyclique.
A. Son titre : L’Église vit de l’Eucharistie
Le titre est toujours une indication importante.
? Le texte ne porte pas sur le Sacrement de l’Eucharistie en lui-même. Il n’est pas un traité de l’Eucharistie rappelant en détail son histoire, son évolution, décrivant les rites liturgiques, expliquant leur symbolisme et la signification des différentes parties de la Messe.
? Il porte principalement sur l’Église qui vit de l’Eucharistie : elle la reçoit, elle la fait, elle s’en nourrit, elle y puise l’élan missionnaire…
B. Vue panoramique du texte
ÿ Le mystère de la foi : ce qu’il est
? une Présence réelle et sacrificielle (n. 11) – « Le sacrifice de la croix qui se perpétue au long des siècles » – L’amour qui va jusqu’au bout.
? Une attente de la résurrection (nn. 18 et 19) – Une nourriture qui nous donne d’assimiler le secret de la Résurrection (n. 18) – Un coin du ciel qui s’ouvre sur la terre. (n. 19)
? Un stimulant de notre responsabilité vis à vis de la terre (n. 20) – Construire le monde selon l’esprit de l’Évangile. – Le Lavement des pieds – au cours de la Cène – en est une icône
ÿ L’Eucharistie édifie l’Église
? une efficacité unificatrice (n. 23) – « Force génératrice d’unité du Corps du Christ » (n. 24) – « La multitude que nous sommes est un seul Corps car nous avons tous par à un seul Pain ». (n. 23)
? L’adoration en dehors de la Messe
ÿ Apostolicité de l’Eucharistie et de l’Église
? Le Sacrement de l’Ordre (n. 28) – Nécessité du prêtre pour « faire » l’Eucharistie : conséquences par rapport à la Réforme protestante. – « L’Eucharistie raison d’être principale et centrale du Sacrement du Sacerdoce ». (n. 31)
? Deux dangers – Le non-respect de l’apostolicité comme frein à l’?cuménisme : des initiatives ambiguës (intercommunion) finiraient par « retarder la marche vers la pleine unité visible » (n. 30 et n. 10) – L’oubli du caractère central de l’Eucharistie dans la vie de l’apôtre : le prêtre menacé de dispersion (n. 31) + Sens de la célébration quotidienne + susciter la faim de l’Eucharistie.
ÿ Eucharistie et communion ecclésiale
? Disposition intérieure, personnelle (n. 36-37) (état de grâce). ? Adhésion à la Foi de l’Église (n. 38-39) (nécessité du Baptême) ? Eucharistie et ?cuménisme (nn. 43 et 44)
ÿ Dignité de la célébration eucharistique
? Le parfum précieux (Mt 26, 8) (n. 47) ? L’Église n’a pas craint de gaspiller pour un tel trésor (n. 48) ? Respect de la liturgie : la responsabilité particulière du prêtre (n. 52) ? Nul n’en est propriétaire (n. 52)
ª Marie, Femme eucharistique
? Le « Fiat » de Marie et l’« Amen » des chrétiens (n. 55) ? Le premier tabernacle de l’histoire (n. 55) ? La dimension sacrificielle de l’Eucharistie vécue par Marie (n. 56)
Conclusion ? « Lève-toi et mange, autrement, le chemin sera trop long pour toi. » (1 Rois 19, 7) (n. 61) ? « Mettons-nous à l’école des saints ». (n. 62) ? Le Christ marche avec nous (n. 62).