LETTRE de l’évêque de Belley-Ars aux prêtres du diocèse

Cher Père,
Je vous envoie le texte ci-joint que vous pourriez distribuer à tous les paroissiens au moment où nous allons nous engager dans le Carême.
Vous avez dû recevoir, d’autre part, la plaquette du CCFD concernant le Carême 2004. On y trouve, entre autres, des éléments pour une célébration pénitentielle. On y présente l’absolution générale comme un des éléments de cette célébration. Cela est en totale contradiction avec ce qui nous est demandé par l’Église. Nul n’est propriétaire des sacrements. Evêque et prêtres, nous en sommes les ministres. Concernant le Sacrement de la réconciliation, il faut se rappeler que le pardon sacrementel n’est donné que si ont eu lieu la confession individuelle et l’absolution personnelle. Telle est la doctrine de notre Église, rappelée depuis des années par le Pape et les Évêques dans une multitude de textes.
Je demande donc à tous les prêtres du diocèse de ne pas tenir compte de la proposition liturgique contenue dans la plaquette du CCFD. Celui-ci est mandaté pour la collecte de Carême, mais il n’a reçu aucun mandat en matière liturgique. Du reste, la Commission épiscopale nationale de liturgie « conteste » ouvertement cette proposition dans sa revue « Célébrer » de février 2004, page 64.
Je souhaite que la campagne de Carême 2004, organisée par le CCFD, continue d’apporter une preuve significative de la vive conscience chez les baptisés de l’importance du partage. Nous sommes, en effet, dans un monde où le fossé entre les riches et les pauvres continue de s’approfondir de façon souvent dramatique.
Je vous redis, cher Père, toute mon amitié et l’assurance de ma prière fraternelle.

Mgr Guy-Marie Bagnard, 20 février 2004