Edito : Une toile de fond peu commune… pour une fin d’année ordinaire ! 3 juillet 2009

Chers dio­cé­sains,
Voi­ci l’ul­time nu­mé­ro de la re­vue dio­cé­saine. Il clô­ture l’an­née pas­to­rale 2008-2009. L’évé­ne­ment mar­quant de cette der­nière se­maine a été, bien évi­dem­ment, la cé­lé­bra­tion des or­di­na­tions, ce di­man­che 28 juin, à l’église No­tre-Dame de la Mi­sé­ri­corde à Ars. Point d’or­gue dans la vie d’un sé­mi­naire et joie dans le coeur des chré­tiens du dio­cèse !
Quel­ques jours au­pa­ra­vant, avait eu lieu à Saint Pierre de Rome l’ou­ver­ture par le Pape de l’An­née sa­cer­do­tale, ins­ti­tuée à l’oc­ca­sion du 150e an­ni­ver­saire de la mort du Saint Curé d’Ars. La veille de ce jour – par­ti­cu­liè­re­ment mar­quant pour no­tre dio­cèse – le re­li­quaire de saint Jean-Ma­rie Vian­ney avait été trans­por­té du vil­lage d’Ars à la Ba­si­li­que Saint-Pierre, un voyage qui res­te­ra dans les an­na­les d’Ars, et sans doute aus­si, pour mé­moire, dans cel­les de Rome. En 1986, le Pape était venu à Ars ; en 2009, c’est le Curé d’Ars qui est allé chez lui !
Avant que ne com­mence le chant des vê­pres, ce ven­dre­di 19 juin – Fête du Sa­cré Coeur et Jour­née mon­diale de prière pour les prê­tres – le re­li­quaire avait été con­duit so­len­nel­le­ment en pro­ces­sion dans la ba­si­li­que ; il y avait une foule de prê­tres, une cen­taine d’évê­ques, une tren­taine de car­di­naux et beau­coup de fi­dè­les. Après que le re­li­quaire ait été dé­po­sé dans une cha­pelle la­té­rale, le Pape est venu le vé­né­rer. La cé­lé­bra­tion s’est pour­sui­vie avec le chant des psau­mes et par un temps d’ado­ra­tion.
Le point mar­quant a été l’ho­mé­lie du pape, dans le pro­lon­ge­ment de la lec­ture de la Pa­role de Dieu. Chers frè­res prê­tres, a-t-il dit, en­tre au­tre, « je vous en­cou­rage à faire de cette an­née une oc­ca­sion pro­pice pour croî­tre dans l’in­ti­mi­té avec Jé­sus, qui comp­te sur nous, ses mi­nis­tres, pour dif­fu­ser et con­so­li­der son Royaume, pour dif­fu­ser son amour et sa vé­ri­té. » Ce des­sein « se réa­lise dans l’his­toire à me­sure que Jé­sus de­vient le Coeur des coeurs hu­mains, en com­men­çant par ceux qui sont ap­pe­lés à être les plus pro­ches de lui, pré­ci­sé­ment les prê­tres. »
Cette in­vi­ta­tion à croî­tre dans l’in­ti­mi­té du Christ, je vou­drais la trans­met­tre à tous les prê­tres du dio­cèse, car dans ce temps d’évan­gé­li­sa­tion où nous som­mes en­trés de­puis trois ans, nous nous rap­pe­lons que c’est en rai­son de no­tre ap­par­te­nance au Christ-Ber­ger que nous pou­vons nous met­tre au ser­vice des hom­mes.
J’ai pu sa­luer le Pape, au nom de tout le dio­cèse, et lui dire qu’une con­cé­lé­bra­tion avait lieu à Ars, le même jour, dans l’église du Saint Curé, avec les prê­tres du dio­cèse. Il s’en est ré­joui, en me di­sant com­bien nous pou­vions être fiers d’avoir le Curé d’Ars comme « con­frère » et que cela nous don­nait aus­si une res­pon­sa­bi­li­té dans l’Église.
Voi­là bien une fin d’an­née pas­to­rale peu com­mune pour le dio­cèse de Bel­ley-Ars.
? Père Guy Ba­gnard, Évê­que de Bel­ley-Ars