Edito : Sur les traces de saint Paul : le Forum de l’évangélisation – 9 janvier 2009

Le sa­me­di 24 jan­vier se tien­dra, au rez de jar­din du Parc des Ex­po­si­tions à Bourg-en-Bresse, le Fo­rum de l’évan­gé­li­sa­tion. Plus de 50 grou­pes se sont déjà ins­crits par­mi les Pa­rois­ses, Ser­vi­ces et Mou­ve­ments. Cette ini­tia­tive fait suite à la re­mise des Ac­tes des Apô­tres en no­vem­bre 2007 et à l’ac­cueil de la croix de l’évan­gé­li­sa­tion à la Pen­te­côte 2008. Elle mar­que une nou­velle étape dans la mar­che mis­sion­naire du dio­cèse.
wCAOA_0530214N
Saint Paul y sera tout na­tu­rel­le­ment pré­sent en cette an­née qui lui est con­sa­crée. D’au­tant que le len­de­main, 25 jan­vier, la li­tur­gie cé­lé­bre­ra l’évé­ne­ment de sa con­ver­sion. Chez cet évan­gé­li­sa­teur hors du com­mun, les chré­tiens de tou­tes les épo­ques ont pui­sé des en­sei­gne­ments qui res­tent d’une grande ac­tua­li­té.
Le pre­mier de ces en­sei­gne­ments, c’est la vo­lon­té de l’Apô­tre de tou­jours si­tuer son ac­tion au sein de l’Eglise nais­sante. Bien qu’il ait été tou­ché di­rec­te­ment par Jé­sus sur le che­min de Da­mas, sans au­cun in­ter­mé­diaire, la Voix qui le ter­rasse l’in­vite à se ren­dre dans la mai­son d’un chré­tien, Ana­nie, pour ap­pren­dre ce qu’il aura à faire ! Un peu plus tard, il ren­con­tre Pierre : « Je suis mon­té à Jé­ru­sa­lem pour faire la con­nais­sance de Pierre et je suis res­té quinze jours avec lui. » Gal 1,18). Et, au mo­ment de par­tir en mis­sion. : « Ayant re­con­nu la grâce qui m’a été don­née, Jac­ques, Pierre et Jean nous ont ten­du la main, à Bar­na­bé et à moi, en si­gne de com­mu­nion . » En­fin, Paul ex­pli­que que sa pré­di­ca­tion n’est que le fruit de ce qu’il a reçu : « Je vous ai trans­mis ce que j’ai moi-même reçu. » (1 Co 15,3). Au­tre­ment dit, si ex­cep­tion­nel­les que soient les qua­li­tés de l’Apô­tre, ce­lui-ci ne tire ja­mais de son pro­pre fonds le con­te­nu de sa pré­di­ca­tion. L’évan­gé­li­sa­tion est tou­jours un acte d’Eglise qui le re­lie au Christ et l’éta­blit dans la com­mu­nion avec la fa­mille de ses dis­ci­ples.
Le Fo­rum du 24 jan­vier veut jus­te­ment don­ner à no­tre ef­fort mis­sion­naire sa di­men­sion plei­ne­ment ec­clé­siale. En par­ta­geant les ini­tia­ti­ves déjà pri­ses dans les dif­fé­ren­tes com­mu­nau­tés de vie, en pré­sen­tant les pro­jets en cours d’éla­bo­ra­tion, en fai­sant re­mon­ter à no­tre mé­moire l’ex­pé­rience de nos aî­nés, sans crain­dre d’y pui­ser no­tre ins­pi­ra­tion, nous ins­tau­rons en­tre tous une com­mu­nion dans la mis­sion. La con­science d’être en­voyés en­sem­ble con­so­lide en cha­cun la force mis­sion­naire et le pro­tège du ris­que de l’iso­le­ment et de la so­li­tude. Qui ne res­sent en lui-même le puis­sant sti­mu­lant d’une ac­tion me­née en com­mun !
Car, face à l’an­nonce de l’Evan­gile, la grande ten­ta­tion est le sen­ti­ment d’im­puis­sance et le dé­cou­ra­ge­ment. Com­bien fa­ci­le­ment nous nous lais­sons en­va­hir par toute sorte de rai­son­ne­ments – ins­pi­rés soit-di­sant par « le bon sens » – et qui tuent en nous l’élan de la mar­che en avant !

– Je ne suis pas ca­pa­ble !

– On va se mo­quer de moi.

– Ma vie est déjà rem­plie d’oc­cu­pa­tions ur­gen­tes.
– Si je le fais, ça ne ser­vi­ra à rien !
– C’est si ri­di­cu­le­ment pe­tit, ce que je fais, qu’il vaut mieux que je m’ar­rête !
– J’en ai bien as­sez fait ; quand les au­tres en au­ront fait au­tant que moi !
Ain­si se pro­page le doute – A quoi bon ! – ce qui fi­nit par neu­tra­li­ser toute ini­tia­tive !
La fi­gure de l’évan­gé­li­sa­teur hors pair qu’est saint Paul est là pour ra­ni­mer en nous le feu in­té­rieur. Ce n’est pas pour rien qu’on le re­pré­sente avec une épée. Saint Pierre a reçu les clés, mais lui tient en main le glaive de la Pa­role de Dieu ; Elle est dans sa bou­che comme une flamme qui vient brû­ler le coeur de ceux qui l’écou­tent ! Rien de guer­rier dans ce glaive, mais seu­le­ment le rap­pel de la puis­sance de la Pa­role de Jé­sus, ca­pa­ble de faire le­ver le grain sur des ter­rains com­plè­te­ment ari­des. Saint Paul est une dé­mons­tra­tion vi­vante de la force de l’Evan­gile. Il met en lu­mière la pa­ra­bole du grain de sé­ne­vé qui, de « rien » fait sur­gir un ar­bre ! Rien n’est im­pos­si­ble à Dieu ! C’est sa foi, son amour de Jé­sus qui donne à l’Apô­tre tou­tes les au­da­ces ! Rien ne l’ar­rête ! Même quand il est em­pri­son­né à Rome, il con­ti­nue en­core de trans­met­tre le Mes­sage.
Que ce Fo­rum nous aide à mar­cher sur les tra­ces de saint Paul, le plus grand évan­gé­li­sa­teur que l’Église ait con­nu dans toute son his­toire !

? Père Guy Ba­gnard, Évê­que de Bel­ley-Ars, 9 janvier 2009