Catécoeur ! Jésus est mon trésor

Un rassemblement, c’est toujours une grande inconnue, donc un pari ! Toutes sortes d’interrogations pèsent sur son issue : – le climat, déjà : fera-t-il beau ? – Le nombre : se mobilisera-t-on ? – Le contexte : y aura-t-il, ce jour-là, des activités concurrentes ? – Le déroulement : suscitera-t-on l’intérêt ? En conclusion : repartira-t-on heureux dans un nouvel élan ?
Le pari a été réussi : près de 4.000 personnes, enfants et catéchistes, dans l’un des halls du Parc des Expositions de Bourg.
Le projet n’a pas été le fruit du hasard. Minutieusement préparé pendant des mois, il a provoqué de multiples rencontres dans les paroisses, dans les secteurs, entre les catéchistes et les prêtres, avec bien des parents et même des grand-parents !
Au final, pour parler comme au rugby, « l’essai a été transformé » !
* * *
Dans un recueillement impressionnant, la prière du Notre Père a été reprise par les 4.000 voix présentes tandis que les foulards de toutes couleurs, prolongés par les mains qui se joignaient, formaient une chaîne où se lisait la communion de tout un diocèse !
Qu’il me soit permis de remercier d’abord, au nom de tout le diocèse, les membres du Service diocésain de la catéchèse qui ont travaillé d’arrache-pied pendant des mois, sous la responsabilité de Madame Anne Roussel.
Merci aux prêtres et aux catéchistes venus accompagner les jeunes. Merci aux nombreux bénévoles, parmi lesquels j’ai remarqué les scouts, les guides, les séminaristes. Merci à tant de visages amis venus donner de leur temps et apporter leur savoir-faire, leur générosité, venus éclairer la rencontre de leur sourire. Merci à tous les Services de sécurité et aux Responsables du Parc des Expositions.
Merci au clown Papi, merci aux chanteurs et aux instrumentistes. J’ai vu de mes yeux, cet après-midi-là, le visage d’un diocèse en mouvement, joyeux de se rassembler et de montrer sans peur sa foi !
* * *
Et après ? C’est la question qui vient spontanément à l’esprit. Que va-t-il se passer maintenant ? Quatre consignes ont été laissées à ces enfants avant leur départ :
? Continue d’aller au « Caté » : c’est là que tu apprendras à mieux connaître Jésus, l’Unique Trésor ;
? Va à la Messe le dimanche et tu découvriras d’autres chrétiens rassemblés en Son Nom ;
? N’oublie pas de prier : la prière est le moment où tu parles à Jésus et où tu laisses Jésus te parler.
? Développe en toi le sens du partage, en mettant en ton coeur la bonté de Jésus.
Nul ne sait comment ces appels s’enracineront dans les coeurs et s’inscriront dans la durée. Une chose est sûre, c’est que ces enfants ont été les premiers stupéfaits de se découvrir aussi nombreux à aller au « Caté » ! Les petits ruisseaux paraissent bien maigres quand leurs eaux coulent séparément ; mais quand leur est offerte l’occasion de se réunir, ils finissent par former une belle rivière.
Tout compte fait, si la joie était à l’évidence au rendez-vous, c’était peut-être l’étonnement qui, à l’arrière-plan, pointait le bout de son nez : »Tiens, c’était donc possible !  » La condition première d’une telle réalisation, c’est que toutes les forces acceptent de s’unir pour converger vers le même but. Ainsi se donne à voir la réalité d’un diocèse. Quand l’événement se produit, le premier à s’en étonner, c’est le diocèse lui-même. Il ne se savait pas vivant de cette façon. Ce rassemblement est un message d’espérance et ce sont des enfants qui nous le transmettent. Merci, grand merci à tous ceux qui ont cru que c’était possible !

Mgr Guy-Marie Bagnard, 22 octobre 2004