Bonne Route ! – Edito Juillet 2012

C’est le dernier message que je vous envoie, à vous les abonnés et lecteurs du Bulletin diocésain. Certes, je serai là pendant quelques semaines encore, mais ce numéro est le dernier qui paraîtra avant mon départ !

J’ai fait mes adieux aux paroissiens de la Cathédrale de Belley, hier, premier juillet, où se célébrait la Confirmation d’un jeune qui n’avait pas pu participer à la « Pentecôte 2012 ». C’était également la fête de saint Anthelme, l’apôtre du Bugey.

Copie_de_IMG_4030

Après le 4 août à Ars, il y aura une dernière célébration à la co-cathédrale Notre-Dame de Bourg-en-Bresse ; ce sera le dimanche 2 septembre. L’accueil du nouvel Évêque, Mgr Pascal Roland, se fera au même lieu, le dimanche suivant 9 septembre à 15 h 30, puis à Belley, le dimanche 16 septembre.

***

Bonne route !! Ce sont les mots qui me viennent spontanément sur les lèvres au moment où je quitte le diocèse. Il s’agit, en effet, de regarder le chemin qui est devant soi et sur lequel notre marche est engagée, plutôt que de s’attarder au passé. Et c’est bien pourquoi, souhaiter une « bonne route » est une invitation amicale à aller de l’avant ! C’est aussi vouloir que la marche se déroule dans les meilleures conditions pour ceux qui s’avancent sur le chemin !

Car de fait la route présente parfois de tels obstacles que le courage peut manquer pour les surmonter ! Il arrive même que le ressort intérieur se détende et que la longueur du chemin devienne elle-même un frein pour avancer !

Pourtant, l’épreuve la plus rude n’est pas dans l’affrontement des obstacles. Elle se trouve plus profondément dans le sentiment que le chemin ne mènerait nulle part, qu’au bout de la route, il n’y a personne qui attend ! S’apercevoir, comme dit saint Paul, qu’on a « couru pour rien », comme un train roule sans aucune destination. C’est l’épreuve qu’ont connue tous les saints dans des moments de grande purification intérieure ! Mère Térésa en est l’un des témoins les plus notoires pour notre époque. Dès maintenant, il faut avancer avec la foi : Dieu est notre compagnon fidèle. Vivre avec Lui et pour Lui, chaque jour, pour Le retrouver Lui-même au terme de notre course !

C’est pourquoi j’emprunte au Livre des Nombres (6,25-26) cette salutation que Saint François d’Assise aimait redire. Je l’adresse à chacun d’entre vous :

Que le Seigneur te bénisse et te garde !
Que Le Seigneur te découvre sa face et te prenne en pitié !
Qu’il tourne vers toi son visage et te donne la Paix !

Nous nous retrouverons quand nous descendrons… à la Gare de Dieu !

? Père Guy-Marie Bagnard
Administrateur apostolique de Belley-Ars