Installation des nouveaux curés

En cette période de rentrée scolaire et pastorale, certains prêtres rejoignent une nouvelle paroisse, dans laquelle ils exerceront leur ministère dans les années à venir. Dimanche dernier avaient lieu l’accueil du P. Roger Futi dans les groupements paroissiaux de Saint-André-de-Corcy et Ambérieux-en-Dombes, et l’accueil  du P. Dieudonné Mayambika  comme administrateur du groupement paroissial de Nantua.

 

Les deux dimanches à venir, ce sont 4 nouveaux curés qui seront installés dans une nouvelle paroisse :

Dimanche 9 septembre

• le P. Adrien Diakiodi sera installé comme curé de Pont-d’Ain par Mgr Roland

• le P. Laurent Roudil sera installé comme curé de  Saint-Genis-Pouilly par le P. Pelletier

Dimanche 16 septembre

• le P. Aimé-Fulbert Owah sera installé comme curé de Feillens et Pont-de-Vaux par Mgr Roland, à Feillens

• le P. André Ntoni sera installé comme curé de Marboz par le P. Pelletier.

 

 

Qu’est-ce qu’une paroisse ?

 

La paroisse est la communauté précise de fidèles qui est constituée d’une manière stable dans l’Eglise particulière, et dont la charge pastorale est confiée au curé, comme à son pasteur propre, sous l’autorité de l’Evêque diocésain. (Code de Droit Canonique, 515 § 1)

« Une communauté », c’est-à-dire des personnes ; « une communauté précise », dont les contours sont précis, qu’ils soient géographiques ou sociologiques (pour des étudiants, des militaires…). « Constituée d’une manière stable » : dans la durée, et non de façon éphémère. « Dans l’Eglise particulière », c’est-à-dire dans le diocèse.

 

Qu’est-ce qu’un curé ?

 

Le curé est le pasteur propre de la paroisse qui lui est remise en exerçant sous l’autorité de l’Evêque diocésain dont il a été appelé à partager le ministère du Christ, la charge pastorale de la communauté qui lui a été confiée, afin d’accomplir pour cette communauté les fonctions d’enseigner, de sanctifier et de gouverner avec la collaboration éventuelle d’autres prêtres ou de diacres, et avec l’aide apportée par les laïcs selon le droit. (Code de Droit Canonique, 519)

 

 

Comment se passe l’installation d’un curé ?

 

Voici ce que Mgr Roland disait de l’installation des nouveaux curés en 2013 :

Cette célébration n’a rien de formel. Comme on peut l’observer, elle est particulièrement riche, car elle manifeste clairement que celui qui est curé participe au ministère de l’évêque et ne s’attribue pas sa mission. Elle met en relief les divers aspects de la charge curiale et les responsabilités propres du curé.

Une telle célébration est non seulement l’occasion pour le curé de prendre conscience de la belle est lourde mission qui lui est confiée. Elle permet également aux paroissiens d’apprécier le don que Dieu leur fait à travers celui qu’il charge d’être leur bon berger.

 

La célébration débute avant la messe, par la lecture de la nomination du nouveau curé. Ensuite, l’évêque (ou le prêtre qu’il a délégué) remet les clefs de l’église au nouveau curé, pour rappeler sa mission : faire entrer les fidèles dans la maison de Dieu. Le nouveau curé prononce alors la Profession de Foi, puis prête serment de fidélité en posant la main sur la Bible.

 

 

Ensuite, l’évêque conduit le nouveau curé dans l’église, pour que celui-ci encense les éléments du mobilier liturgique qui manifestent sa mission : le baptistère, le confessionnal, l’autel, le tabernacle, l’ambon où est lue la Parole de Dieu, le siège de présidence, et enfin les cloches, que l’on fait sonner pour appeler les chrétiens à se rassembler.

 

 

L’Eucharistie est ensuite célébrée, et c’est le nouveau curé qui proclame l’Evangile à ses paroissiens. A la fin de la messe, il peut adresser un mot à l’assemblée, et éventuellement, se rendre au cimetière pour prier pour les défunts de la paroisse.