« L’Adoration des bergers » de l’église de Coligny

Un tableau classé monument historique : « L’Adoration des bergers »

C’est l’histoire d’un tableau qui attire le regard du Service diocésain de l’Art Sacré dans l’église Saint-Martin de Coligny en 2008… Quelques recherches et procédures plus tard, le voilà classé Monument Historique par arrêté ministériel du 6 octobre dernier. Retour sur cette oeuvre dont le thème résonne particulièrement en cette fin d’année.

w310308_634

Inventaire du tableau
Le tableau qui nous intéresse est peint à l’huile sur une toile de grande dimension, entourée d’un large cadre en bois doré. Il représente l’Adoration des Bergers et, d’emblée, interpelle par ses ressemblances avec le style du Caravage, peintre romain sulfureux du 17e siècle, notamment dans l’usage du clair-obscur. Dans une pièce sombre, la Vierge agenouillée apparait à droite vêtue de blanc dans un halo de lumière blanche. Elle porte l’Enfant Jésus allongé sur ses genoux qui regarde vers les visiteurs se distinguant à peine de la pénombre qui envahit la partie gauche du tableau. Cette mise en lumière particulière, à la manière d’un projecteur au théâtre, ajoutée aux postures des personnages, renforcent l’impression que la scène se passe sous nos yeux et que d’un instant à l’autre, tout peut se remettre en mouvement. La Vierge figurée pieds nus, les deux bergers se présentant torse nu et légèrement vêtus, rappellent le réalisme exacerbé du peintre romain qui choisissait pour modèle des personnages de la rue, suscitant de vives polémiques de la part de l’Eglise et de ses contemporains !

w310308_646

Paul de la Boulaye, peintre originaire de Bourg-en-Bresse
La signature apposée en bas à droite « De La Boulaye 78 » nous renseigne sur l’auteur de cette toile : Paul de la Boulaye né à Bourg-en-Bresse en 1849 et mort en 1926 à Moulins où il était venu s’établir après son mariage. Elève de Léon Bonnat chez qui il apprend « le goût des effets simples et puissants », La Boulaye apporte à son oeuvre une coloration régionaliste d’abord bressane puis bourbonnaise. Le musée des Pays de l’Ain conserve deux oeuvres de l’artiste, Au sermon, souvenir de Bresse et Scènes de bavardages, tandis que le musée de Brou accueille un dépôt de l’Etat depuis 1926 dans une version du tableau Au sermon, souvenir de Bresse, présentée et acquise au Salon de 1879. Auteur de sujets religieux, il exécute aussi des oeuvres profanes et reçoit la médaille à l’Exposition Universelle de 1889 pour Les marchandes de volailles de Bresse !

w310308_638

Une restitution en 1905
Ce tableau, daté de 1878, avait été inventorié en 1905 comme étant propriété de la commune et avait été inscrit Monument Historique en 1996 avec la même mention de propriété. De récentes recherches dans les archives de la Loi de séparation ont permis de retrouver l’arrêté préfectoral de restitution du 30/10/1909, rendant le tableau au peintre qui le réclamait. Ce dernier avait profité des dispositions prévues par la loi de 1905, permettant aux propriétaires privés de réclamer leurs objets conservés dans l’église en apportant la preuve de leur propriété : factures à leurs noms… Charles-Antoine-Paul-Georgette du Buisson de la Boulaye, de son nom complet, fera donc valoir la présence de sa signature sur l’oeuvre réclamée ainsi que la délibération du Conseil de Fabrique de Coligny en date du 3 juillet 1881 acceptant le don du tableau. Le conseil municipal donnera alors un avis favorable à cette restitution qui sera prononcée par le Préfet de l’Ain comme le prévoyait la loi. Redevenu la propriété privée du peintre, le tableau a par la suite été redonné à la paroisse de Coligny et appartient donc juridiquement à la toute jeune Association diocésaine de Belley, créée en 1926.

w310308_642

Un classement monument historique récent
Un premier arrêté préfectoral d’inscription Monument historique pris en 2008 a rectifié la propriété de l’objet dans un premier temps. La Conservatrice des Antiquités et Objets d’Arts de l’Ain, Madame Catherine Penez, a souhaité proposer cette oeuvre au classement Monument historique, du fait de sa qualité et de son intérêt dans le courant de peintures à thèmes paysans de la seconde moitié du 19e siècle dans laquelle il s’inscrit. Monseigneur Bagnard, évêque de Belley-Ars et Président de l’Association diocésaine de Belley-Ars propriétaire, a donné son accord pour que cet objet privé soir présenté devant la commission de classement. Après avis favorable de celle-ci, le ministre de la Culture a signé l’arrêté de classement le 6 octobre dernier en arrêtant définitivement par la même occasion la propriété diocésaine du tableau au vu des pièces justificatives apportées par le diocèse.

Fraîchement reconnu d’intérêt national, ce tableau va continuer à orner les murs de l’église de Coligny et à accompagner de nombreuses années encore, les festivités de la Nativité toute proche. Bon Avent et joyeuses fêtes de Noël !

Violaine Savereux, Chargée du patrimoine mobilier diocésain
Service diocésain de l’Art Sacré
Conservateur délégué des Antiquités et Objets d’Art (CDAOA) de l’Ain