La chapelle Notre-Dame-de-l’Unité à Bourg dans le quartier du Peloux : 1962

« Ce que Bressan veut, Dieu le veut »

Dans les années 1950, le Père Jean Mondésert, curé du Sacré-Coeur de 1950 à 1971, lança une souscription qui permit l’acquisition d’un terrain de 6.000 m2 au Peloux en 1953, à raison de 600F le mètre carré. Le quartier « au-delà du pont de Lyon » est alors en pleine expansion avec l’ouverture de l’école Sainte-Marie, le nouveau stade mais aussi « la Câblerie avec ses cités, les H.B.M. de la SNCF, les anciennes et nouvelles cités de la Ville, les établissements Pingeon, Guillemaud, le T.A., Streichenberger, La Mure, le nouveau Moulin coopératif et la nouvelle usine de tournerie ». « Des milliers de foyers sont à 20 ou 25 minutes de leur église paroissiale. (…) Ce provisoire ne peut plus durer. (…) Un terrain s’offre, bien placé : 6.000 m2. Il faut l’acheter coûte que coûte. (…) Mètre par mètre, c’est possible ! Je vais prendre mon bâton de pèlerin, vous prendrez le vôtre. (…) A tout pris on y arrivera. Ce que Bressan veut, Dieu le veut » (1).

Répondant à l’appel de leur pasteur, les hommes de la paroisse se transforment en terrassiers et manoeuvres pour créer une salle de catéchisme et de réunion, fidèles au mode d’action souhaité par le Père Mondésert (2). Elle fut terminée en 1956. L’Association d’Education Populaire (A.E.P.) du Peloux, organisa alors la kermesse annuelle qui remporta un énorme succès et dont les bénéfices permirent de financer tout ce qui fut construit au Peloux.

 

Photo_2chapelle_du_Peloux

La chapelle et ses bâtisseurs 1959-1962

Restait à construire une chapelle d’environ 400 places. En 1957, la Sécurité Sociale décide de s’équiper de nouveaux locaux Place de la Grenouillère et met en vente son bâtiment en pré-fabriqué du Mail. Le Père Mondésert, avec l’accord de ses deux vicaires, le Père Edouard Passot et le Père Jacquiot, décident d’acheter et d’entreprendre la démolition ces pré-fabriqués, afin de les reconstruire aux Vennes et au Peloux ; la charpente en partie au Peloux et tout le pré-fabriqué aux Vennes.

 

Photo_3-2

 

Tous les samedis de septembre 1959 à 1962, des dizaines de bénévoles aident à la construction du Peloux sous la direction du maître d’oeuvre Marius Charbon. Les entreprises Barberot, Savy, Maillard et Duclos participèrent à la construction en fournissant du matériel (ciment, prêt de la bétonnière…). M. Jean Brevet se chargea de l’électricité, M. René Verne du chauffage, M. Duraffour de la menuiserie, M. J. Bresson des fenêtres, et J. Cantin de l’autel. « Autre souvenir, la chappe du sol de la chapelle coulée en une journée du matin au soir, les seaux, les brouettes abondaient, Marius, rené, Michel ont tiré sur le béton et les 30 gars qui approvisionnaient dans la bonne humeur. Quelle journée ! Le Père Passot avec nous et très souvent en bleu, oui, c’était sympa ! » raconte Gilbert Morel qui a participé à la construction (3). Afin de leur rendre hommage, M. Marius Charbon scella dans le béton une bouteille contenant un parchemin sur lequel figurent les noms de tous les constructeurs, au nombre de 75 d’après le journal Voix de l’Ain du 12/10/1962.

A deux reprises, en 1960 puis en août 1962, le Cardinal Maurice Feltin, archevêque de Paris, visite le chantier accompagné de son frère Etienne, négociant en bois et président de l’A.E.P du Peloux. La presse rapporte qu’il « ne cacha pas l’intérêt qu’il attachait à cette heureuse initiative et félicita tous ceux qui, depuis septembre 1959, ont apporté leur concours bénévole à cette tâche » (4).

On peut noter qu’en 1964, les bénévoles finalisèrent l’ensemble paroissial avec la construction de la salle dite de gymnastique, achevée en 1966 après seulement 18 mois de travaux.

 

photo1-3

 

Inauguration par Mgr Fourrey le 7 octobre 1962

De forme rectangulaire, la chapelle qui s’étend sur 22m de long, est construite en béton avec une charpente métallique et un toit en tôles ondulées à l’origine, repris par l’entreprise Juillard J.C. & Fils en tuiles mécaniques en 2004. Les murs intérieurs sont peints dans les tons lilas tirant sur le gris tout comme le revêtement du sol. Un rideau orange est suspendu en fond de ch?ur avec devant, sur une estrade de bois, le mobilier liturgique simple comprenant un autel en pierre contre le mur, supportant le tabernacle, un autel en bois devant, un pupitre et une grande croix. Enfin, un rideau sépare l’avant de la chapelle réservé au sanctuaire d’une pièce à l’arrière servant à divers usages.

Pour l’inauguration de la chapelle le 7 octobre 1962, « tous les constructeurs accueillirent alignés depuis la rue Montholon jusqu’à la chapelle, Mgr Feltin, Archevêque de Paris, avec son frère notre Président de l’A.E.P. Etienne Feltin, Mgr René Fourrey, évêque de Belley, le Père Passot avec le Père Jacquiot et tous les prêtres de Bourg-en-Bresse autour du Père Mondésert, notre curé constructeur et de son illustre frère Mgr Mondésert. (…) Que de monde il y avait ce jour-là ! » (5).

 

La chapelle Notre-Dame-de-l’Unité

Dans son projet de construction plus tardif de la chapelle des Vennes daté du 1er/12/1963, le Chanoine Jean Mondésert indique que la chapelle du Peloux a été inaugurée la veille de l’ouverture du Concile et qu’elle est de ce fait dédiée à Notre-Dame-de-l’Unité, tandis que celle des Vennes sera placée en 1965 « sous le vocable de Notre-Dame-de-la-Paix (Pacem in terris)».

Le Père Mondésert se félicitera ainsi de la création de la chapelle en 1964 : « Au Peloux, plus de 70 hommes ont, pendant 2 ans, construit leur chapelle : c’est bien la leur, celle de leur quartier, le fruit de leur équipe de travail, appelant à l’unité et au regroupement tous les gens du quartier. C’est leur église et par cette église, c’est toute une communauté qui est en construction » (6).

S’inscrivant dans la tradition des oeuvres d’éducation populaire, un Patronage de garçons a été mis en place dans les locaux et espaces attenants depuis septembre 2008. Au service des familles, des religieux y proposent des loisirs (jeux et sports) et un suivi éducatif destinés à tous, avec une attention particulière aux enfants socialement défavorisés ou en difficulté, ainsi qu’une aide aux devoirs et un soutien scolaire personnalisés. Autant d’atouts qui expliquent le succès de cette formule : le Patro accueille déjà une vingtaine d’enfants après tout juste une année de fonctionnement (7).

 

Photo_5-3

Violaine Savereux, Chargée du patrimoine mobilier diocésain

Service diocésain de l’Art Sacré

Conservateur délégué des Antiquités et Objets d’Art de l’Ain (CDAOA)

Notes :

1 Extrait de la plaquette élaborée pour la souscription paroissiale par le Père Jean Mondésert et imprimée par l’Imprimerie Jeanne d’Arc.

2 Nous renvoyons les lecteurs à la parution précédente concernant la Chapelle Notre-Dame-de-la-Paix du quartier des Vennes, dans laquelle est détaillé le mode d’action de la « pastorale de contact » souhaité par le Père Jean Mondésert, que l’on peut résumer ainsi : achat de terrains pour créer un bloc de catéchismes, affectation d’un vicaire de quartier, organisation d’un comité de quartier, mise en place de conférences d’Avent ou de Carême, de rassemblements pour les enfants le jeudi avec formation liturgique et préparation de la messe du dimanche, puis structuration progressive de patronages, groupes scouts… et enfin construction d’une chapelle pour « rassembler tous les chrétiens militants et donner un visage d’église à cette vie apostolique ».

3 D’après les notes (non datées) de M. Gilbert Morel ayant participé à la construction (archives paroissiales du Peloux)

4 « Aux quatre coins de la cité bressane : Une deuxième visite de S. Em. Le Cardinal Feltin, archevêque de Paris, à la future chapelle du Peloux », in Le Dauphiné Libéré, août 1962.

5 Extraits des Notes de Gilbert Morel.

6 Réponse du Père Mondésert au questionnaire envoyé par le Comité National des Constructions d’Eglises du 1er/04/1964 pour préparer un colloque d’Urbanisme religieux prévu fin 1964 ou début 1965 sous la présidence de Mgr G. de Vaumas, Vicaire général de Paris et Directeur Général des Chantiers du Cardinal de Paris.

7 Pour plus d’informations, consulter le site internet du patro

 

Peloux