Paroisse Pont-de-Veyle

« Je mettrai en vous mon Esprit… ».

Cette parole du Prophète Ezéchiel (36, 27) accompagne notre chemin de Carême. Nous l’entendrons au soir de la Veillée Pascale en 4ème lecture. Notre marche vers Pâques est une ascension vers la Résurrection. Nous nous préparons à un renouveau, une nouvelle naissance, une nouvelle effusion de l’Esprit-Saint reçu à notre Baptême. Ce Baptême nous allons en renouveler les promesses au cours de cette même Veillée Pascale en renonçant au péché et en proclamant notre Foi au Dieu Vivant, Unique et 3 fois Saint. Notre jeune adulte, Sarah Legradi, qui sera baptisée au cours de cette Sainte Nuit Pascale, nous offre l’occasion de nous interroger et nous repositionner par rapport à notre vie chrétienne. Permettons au Seigneur de « mettre en nous son Esprit », permettons-Lui, au cours de ce Carême, de nous laisser transformer par Lui. L’Evangile du 2ème dimanche de Carême nous propose la méditation de l’événement de la Transfiguration. Avant de souffrir sa Passion, Jésus montre à ses disciples qu’Il ressortira Victorieux de la Croix. « Je mettrai en vous mon Esprit… » De la même manière, nous aussi, nous marchons vers la victoire. Certes, notre vie est émaillée de difficultés de tous genres. Le péché, d’abord, entrave notre existence. Nous nous débattons avec le vieil homme qui est en nous. Ces mauvaises habitudes qui nous rongent et nous font tomber sans cesse dans les mêmes travers. Cette langue bien pendue qui fait de nous des diviseurs au lieu d’être des artisans d’unité. Ces regards jaloux sur les biens d’autrui, ou même de concupiscence qui trahissent notre sacrement de mariage, par exemple.

La liste de nos péchés est longue et elle nous attriste… peut-être même  nous décourage-t-elle ? Nous aurions la tentation de tomber dans la désespérance. Or, elle est l’arme privilégiée du démon. L’Adversaire nous décourage. Le Seigneur, Lui, nous relève avec patience. Il nous dit : « Je mettrai en vous mon Esprit… ». Cette parole doit nous stimuler en ce temps de marche vers Pâques. Si nous nous laissons faire par Dieu en faisant sauter les verrous que nous avons-nous-mêmes mis en place, les Fêtes Pascales 2019 seront pour chacun une véritable Résurrection.

 

Il nous faut alors adopter les moyens qui aideront ce processus de renaissance. Dieu ne fera pas les choses sans nous, sans notre propre volonté, une volonté ferme de renoncer au péché. Ce Carême est un temps de grâce parce qu’il nous permet une véritable reprise en main. Sans tension ni angoisse, nous sommes invités à regarder les choses en face. Ce Carême nous permet comme une relecture de notre vie sur tous les tableaux et les facettes qui la composent. « Dressons donc 3 tentes ! » dit St Pierre à Jésus sur le mont Thabor. Autrement dit, arrêtons-nous un instant, faisons « pause sur image ».

Vivant ce Carême comme un temps de Retraite spirituelle, je vous invite à faire le point sur notre vie. Objectivement, regardons notre vie personnelle d’abord. Quelle est la place de Dieu dans une journée ? Quel temps est-ce que j’accorde à la prière personnelle ? Est-ce que je prends chaque jour le temps suffisant du coeur à coeur avec le Seigneur ? La place du silence dans une journée ? Est-ce que je lis et médite quotidiennement la Parole de Dieu ? Ai-je une lecture spirituelle (la vie d’un Saint, une Encyclique, un texte du Magistère…) ? Mais aussi, quelle est mon hygiène de vie ? Est-ce que je dors assez ? Ma nourriture est-elle équilibrée ? Est-ce que je pratique une activité physique régulièrement ? Nous connaissons l’expression latine « mens sana in corpore sano – un corps sain dans un esprit sain ! ». Nous devons aussi regarder notre vie sociale, notre vie professionnelle, notre vie familiale. Mes actes sont-ils en conformité avec la Foi que je professe ? Les commandements de Dieu sont-ils à la racine de mes décisions, mes prises de position ? Comment est-ce que je réagis face à telle actualité, tel fait de société, tel débat qui agite les médias ? Suis-je un instrument de paix, un artisan d’unité, un serviteur de la Vérité ? (…) Les questions peuvent se multiplier à l’infini et il nous faut prendre le temps, d’une part, de se les poser, d’autre part, d’y répondre pendant ce temps du Carême. Parce que le Seigneur veut répandre sur nous son Esprit, Il veut nous « donner un coeur nouveau et un esprit nouveau, mettre en nous son Esprit. Enlever notre coeur de pierre et nous donner un coeur de chair ». Ainsi, parvenus au terme du Carême nous « suivrons les commandements de Dieu et nous y serons fidèles… nous serons son peuple et Lui, sera notre Dieu » (Ezéchiel 36). Nous pourrons alors rayonner de la Gloire de Dieu, être des enfants de lumière car nous sommes fils de LA lumière ! Puisse Marie qui défait les noeuds nous aider à mettre de l’ordre dans notre vie ! Bon et Saint Carême !

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +