Paroisse Pont-d'Ain

Évangile à l’impératif

  De l’évangile de ce dimanche, nous pourrions parler d’un évangile à l’impératif, avec le caractère impérieux du texte que Luc nous présente. Mais qui accepterait, aujourd’hui, que des ordres lui soient donnés pour aimer ses ennemis, faire du bien à ceux qui le haïssent, prier pour ceux qui le calomnient, prêter ou donner sans rien espérer en retour ? Est-ce donc à ce prix-là que nous serons semblables à Dieu le Père ? Faut-il vraiment que, pour imiter la bonté du Père, nous nous exposions à toutes sortes de déboires ? Pourtant ! Pourquoi ne pas se risquer à penser que les attitudes suggérées par l’Évangile sont la seule manière de démasquer la loi du donnant-donnant que fait valoir notre monde capitaliste. Il s’agit alors d’aller au-delà de ce qui est raisonnablement juste, de dépasser le monde de l’équivalence des bienfaits, pour faire vivre la « grâce », celle qui vient de Dieu. Car, finalement, nous recevons souvent plus que nous ne donnons. Ne sommes-nous pas, en quelque sorte, nous pauvres pécheurs, des ingrats graciés ? Nous devons donc vivre gracieusement. Au fond, les attitudes excessives que l’évangile de l’impératif nous enseigne, nous permettent de nous révéler à nous-mêmes qui nous sommes (pécheurs), qui nous devons être (miséricordieux) et ce qu’est le nom de Dieu (Miséricorde).

Bénéficiaires de la grâce de Dieu, nous voici convoqués à donner chair à la grâce du Père miséricordieux, à son infinie bonté, l’incarner, lui donner une expression d’humanité, en vivant comme Jésus nous commande de vivre. Mission difficile, mais pas impossible ! Elle comporte même une forme de noblesse qui nous rend plus proche des autres et de Dieu.

  (Prions en Eglise)

Feuille Paroissiale

PtdAin FP 24 Fev 2019 (double « clic » gauche pour ouvrir le fichier)