Paroisse Lagnieu

Le Père Christian Chessel, martyr en Algérie, béatifié le 8 décembre

De 1994 à août 1996, 19 chrétiens, évêque, prêtres, religieuses et religieux ont donné leurs vies pour Dieu en Algérie. Le diocèse d’Alger a engagé un processus de béatification englobant ces 19 martyrs.De 1994 à août 1996, 19 chrétiens, évêque, prêtres, religieuses et religieux ont donné leurs vies pour Dieu en Algérie. Le diocèse d’Alger a engagé un processus de béatification englobant ces 19 martyrs.

 

Le 26 janvier dernier, le pape François a autorisé la signature du décret de béatification de Mgr Pierre Claverie et ses 18 compagnes et compagnons en qualité de martyrs. La cérémonie de béatification aura lieu à Oran samedi 8 décembre, au sanctuaire de Notre-Dame de Santa Cruz, présidée par le cardinal Giovanni Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour la cause des saints.

 

Le samedi 8 décembre 2018 à 10h, au moment où seront béatifiés ces 19 martyrs, une messe sera célébrée avec la communauté chrétienne du groupement paroissial de Lagnieu dans l’église de Villebois, ville où fut enterré le Père Christian Chessel, assassiné le 27 décembre 1994.

 

 

Le Père Christian Chessel

Christian Chessel est né à Digne le 27 octobre 1958. Après une jeunesse à Antibes, il fait des études d’ingénieur et une licence de lettres modernes. Animé d’une foi profonde, il fréquente assidûment l’aumônerie. Pour son service militaire, il choisit d’être coopérant en Côte-d’Ivoire. Il en revient fasciné par l’Afrique et conforté dans sa foi.

 

Il entre au séminaire d’Avignon en 1983, pour le diocèse de Nice. Sa vocation missionnaire mûrit, ce qui le conduit à demander son admission chez les Pères Blancs en 1985.

 

« Je crois que c’est en Afrique plus spécialement que Dieu m’appelle à me mettre au service de l’Église. Cet appel a pris pour moi la forme de trois appels plus particuliers. Tout d’abord, celui de rejoindre les plus pauvres, de vivre avec eux et pour eux, et d’être ainsi, comme chrétien, témoin fraternel d’une Église pour une autre Église. Ensuite celui de me mettre comme prêtre au service de cette Église d’Afrique en pleine croissance et pourtant encore fragile […]. Enfin, un appel plus spécifiquement pour les Pères Blancs dont les orientations pour le dialogue avec l’islam, pour la connaissance et le respect des cultures, mais aussi pour la vie fraternelle m’ont beaucoup interpellé ».

 

Après son noviciat à Fribourg, il choisit d’être envoyé en Algérie en 1986. A Tizi-Ouzou, il étudie l’arabe, le kabyle et il s’inscrit à l’université de Tizi-Ouzou pour être plus près des jeunes. Il s’occupe aussi de la catéchèse dans la paroisse et accompagne des étudiants. Ses confrères sont frappés par la qualité de sa vie spirituelle : régularité de sa vie d’oraison, piété profonde, lectures spirituelles, goût pour le silence et la contemplation…

 

Etudiant à l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie à Rome, il est ordonné diacre par Mgr Henri Teissier, archevêque d’Alger le 30 novembre, puis prêtre le 28 juin 1992 à Nice. « Devenir prêtre missionnaire, c’est être appelé à témoigner plus particulièrement de cet aspect universel de la Mission de l’Église ; se faire proche de ceux qui sont loin, que ce soit géographiquement ou spirituellement, pour dire à tous qu’en Jésus-Christ Dieu s’est à jamais fait proche de l’homme jusqu’à devenir l’un de nous ; et qu’il s’est fait proche de tous, hommes et femmes de toute race, langue, peuple, culture, dans une telle proximité d’amour et de vie qu’elle nous ouvre à jamais le chemin d’une communion d’amour avec Dieu ».

 

Après la fin de ses études, en 1993, il revient à Tizi-Ouzou, heureux de retrouver cette ville où il compte de nombreux amis. Mais l’Algérie est en proie aux violences. Malgré cela, il va là où l’appellent les charges de son ministère, notamment auprès des communautés de Sœurs Blanches qui demeurent dans des villages isolés. Les sœurs apprécient sa jeunesse, sa fraternité et son humilité. Elles voient en lui un homme donné, prêt à faire tout ce qui lui est demandé pour être au service de la communauté chrétienne.

 

Il cherche à développer une vraie vie paroissiale et communautaire avec les quelques chrétiens restés à Tizi-Ouzou, célébrant la messe en arabe et en kabyle afin que ceux qui cheminent vers la foi chrétienne puissent y prendre part. Il travaille aussi à construire une bibliothèque pour les étudiants de la ville : il collecte des centaines de livres, en arabe, berbère, français et anglais, fait des démarches pour obtenir un permis de construire, recherche des financements… En juin 1994, il devint supérieur de sa communauté. Il adhère au groupe Ribât-es-Salam, le Lien de la Paix, à Tibhirine, pour vivre une convivialité spirituelle plus incarnée avec les musulmans.

 

Sa mission avait son fondement dans l’amour gratuit et universel de Dieu. Le P. Christian Chessel croyait que cet amour était toujours présent, en dépit du déchaînement du mal et de la souffrance du peuple algérien. Dans cet amour, il a livré sa vie, assassiné à 36 ans par une rafale de mitraillette avec ses trois confrères, le 27 décembre 1994 dans la cour de la mission des Pères Blancs à Tizi-Ouzou. Il fut inhumé le 3 janvier 1995 à Villebois, dans l’Ain, selon la demande de sa famille.

 

 

 

 

 

Les 19 martyrs d’Algérie

 

• 8 mai 1994 : assassinat du F. Henri Vergès, mariste, et de Sr Paul-Hélène Saint-Raymond, Petite Sœur de l’Assomption

• 23 octobre 1994 : assassinat de Sr Esther Paniagua Alonso et Sr Caridad Álvarez Martín, Sœurs augustines missionnaires espagnoles

• 27 décembre 1994 : assassinat des Pères Blancs à Tizi Ouzou : P. Charles Deckers, P. Jean Chevillard, P. Alain Dieulangard et P. Christian Chessel

• 3 septembre 1995 : assassinat de Sr Angèle-Marie Littlejohn et Sr Bibiane Leclercq, Sœurs de Notre-Dame des Apôtres

• 10 novembre 1995 : assassinat de Sr Odette Prévost, Petite sœur du Sacré-Coeur

• 27 mars 1996 : enlèvement de six des huit moines cisterciens de la communauté de Tibhirine (P. Christian de Chergé, F. Luc Dochier P. Christophe Lebreton, F. Michel Fleury, P. Célestin Ringeard, F. Paul Favre-Miville) et du P. Bruno Lemarchand, cistercien au Maroc.

• 1er août 1996 : Assassinat de Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran

 

A lire : Nos vies sont déjà données ! : 19 vies pour Dieu et l’Algérie, par Thomas Georgeon, ocso, et Christophe Henning, éditions Bayard, 17,90 €.

 

Le P. Chessel, image du diocèse de Nice qui a publié un dossier sur le P. Christian Chessel