Paroisse Pont-de-Veyle

« Il te renouvellera par son amour ! »

Ces mots sont ceux du Prophète Sophonie dans la 1ère lecture du 3ème dimanche de l’Avent. Dimanche appelé « Gaudete » reprenant l’antienne d’ouverture « Gaudete in Domino… Soyez dans la joie du Seigneur… ».

 

Le Seigneur « te renouvellera par son amour ». Voilà une parole pleine d’espérance et qui doit nous combler de joie. La joie qui traverse ce temps de l’Avent. La joie qui grandit au fur et à mesure que nous nous approchons de la Solennité de la Nativité du Seigneur. La joie de Dieu en nous, malgré les turpitudes de nos vies, d’un coeur renouvelé, converti, transformé que nous désirons pour nous-mêmes et pour ceux que nous aimons, et pour le monde entier. Le temps de l’Avent est un temps de conversion joyeuse. Un temps où nous permettons à Jésus de faire en nous « toutes choses nouvelles ». L’Avent est un nouveau commencement parce que nous nous apprêtons à accueillir, pour aujourd’hui, ce cri qui résonnera dans la Nuit de Noël : « Aujourd’hui il vous est né un Sauveur ! ».

 

La Fête de Noël désormais toute proche doit nous permettre cette nouvelle naissance. Dieu veut nous renouveler par son amour. Pour cela il nous faut quitter ce vieil homme qui sommeille en nous et qui rumine, qui râle, qui récrimine, qui tempête, qui broie du noir sur toutes les situations, qui s’enlise dans son péché, qui aime son péché. L’Avent nous offre la grâce de « surfer sur la vague » des événements qui bousculent l’humanité ! Il ne s’agit pas de fuite mais d’un regard nouveau ! Il ne s’agit d’idéaliser mais de tout mettre en Dieu !

 

Etre renouveler par l’amour du Seigneur c’est prendre ou reprendre conscience, d’une part, que je suis aimé de Dieu d’une manière personnelle et unique. Dieu n’attend qu’une chose : que je lâche-prise ! Mon bonheur se trouve en Lui et en Lui seul ! Dieu me demande de Lui faire confiance comme Saint Pierre qu’Il invite à Le rejoindre sur le lac de Tibériade. Ce temps de l’Avent me convie à me jeter à l’eau de la grâce. Comment ? En vivant le Sacrement de la Réconciliation. Par la confession de mes péchés, par l’aveu de mes fautes dans le moindre détail, Jésus viendra me renouveler par son Amour. En prenant la ferme décision de couper définitivement avec ce péché qui revient, qui me persécute, qui me rend triste ; en faisant comme un pacte avec Dieu « Je décide qu’à partir de ce Noël 2018, tel péché – le nommer- ne fera plus partie de ma vie » – Ainsi, oui, Dieu me renouvellera par son amour. Toi, qui lis ces mots en ce moment, accepte de répondre à ces 2 questions : A quelle date iras-tu te confesser avant Noël ? Quel est le péché que tu t’engages à faire totalement disparaitre de ta vie à partir de ce Noël ? Avant d’aller plus loin dans la lecture de ce Bulletin Paroissial, répond ! Ne te dérobe pas ! il en va de ton bonheur et de ton ciel !

Etre renouveler par l’amour du Seigneur c’est, d’autre part, prendre conscience que mes frères et soeurs en humanité sont aimés, eux aussi, de Dieu d’une manière personnelle et unique. Puisque notre paroisse s’est engagée à appendre le Magnificat par coeur, tournons-nous vers Marie ! C’est précisément lorsqu’Elle se rend chez sa cousine Elisabeth qui, elle-même, est enceinte de Saint Jean-Baptiste, que Marie exulte de joie. Elle exulte pour elle bien-sûr, Marie rend grâce pour le Sauveur qu’Elle porte en son sein virginal. Mais Elle rend grâce aussi pour Elisabeth qui est, elle aussi, l’objet de la bénédiction de Dieu. Il en va pour nous comme pour la Vierge Marie. Nous nous laisserons renouveler par l’amour du Seigneur quand nous porterons sur ceux qui nous entourent ce regard d’action de grâce pour les merveilles de Dieu dans leur vie. Il est indispensable pendant ce temps de l’Avent que nous nous entrainions les uns et les autres à regarder mutuellement ce que le Seigneur fait en nous : des merveilles ! Il est indispensable pour accueillir à Noël le Prince de la Paix que nous prenions, dans les jours qui précèdent cette fête, le temps de demander et de se donner les pardons indispensables à un climat de paix. Nous ne pouvons prétendre célébrer dignement la Nativité du Seigneur si nous entretenons rancunes et colères.

Au début de l’Avent nous avions 24 jours pour retrouver la joie… il n’en reste que 9 ! Le temps d’une Neuvaine finalement !!! Peut-être une neuvaine à Notre Dame qui défait les noeuds ? Une Neuvaine pour demander à Marie d’être renouveler profondément par l’amour du Seigneur… Bonne préparation à Noël… dans la joie !

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +