Paroisse Saint-Denis-lès-Bourg - Péronnas

Les chrétiens rigides et hypocrites

L’invitation à se méfier des chrétiens «rigides» et «hypocrites», uniquement préoccupés «d’apparaître» et «de se maquiller l’âme» a été au centre de l’homélie du Pape qui, à partir du passage liturgique de l’Evangile de Luc (11, 37-41), est parti du présupposé que «beaucoup de gens suivaient Jésus pour l’écouter parce que Jésus était attirant, il touchait les cœurs, il savait se faire aimer». Et enfin, «un peu aussi par intérêt, pour être guéris: ils apportaient leurs malades pour qu’il les guérisse». En réalité, «les gens suivaient Jésus parce qu’il disait la vérité, parce qu’il touchait les cœurs». Au contraire de ce que faisaient «ces docteurs de la loi, ces scribes, sadducéens, pharisiens, qui suivaient Jésus mais pas comme disciples : comme juges, de loin». Alors que «le peuple aimait Jésus», «ces gens n’aimaient pas Jésus; ils le détestaient même». Pourtant, «ceux-là étaient les “purs”, au point qu’ils conservaient toutes les règles: les règles de la loi, de la religion, de la liturgie». Ils étaient considérés «véritablement comme un modèle de formalité», mais «il leur manquait la vie. Ils étaient rigides». Et Jésus «connaissait leur âme».

 

L’Evangile raconte que le Seigneur «va chez l’un d’entre eux parce qu’il l’avait invité à déjeuner». En réalité, «ils ne l’invitaient pas parce qu’ils l’aimaient bien», mais «pour le prendre en faute. Ils étaient toujours derrière lui pour le mettre à l’épreuve». Quoi qu’il en soit, «Jésus accepte»: il «est libre», donc «il accepte et va; il entre et s’installe». Et quelle est la réaction du pharisien? Celui-ci “s’étonna” — une façon de dire “il se scandalisa” — que Jésus n’ait pas fait les ablutions avant le repas». A sa surprise, le Seigneur répond: «Vous pharisiens nettoyez l’extérieur du verre et du plat, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’avidité et de méchanceté». «Ce ne sont pas de belles paroles». Du reste, «Jésus parlait clairement. Il n’était pas hypocrite.