Deuxième Journée Mondiale des Pauvres

 

 

 

La 2e journée mondiale des pauvres : c’est ce dimanche, le 18 novembre.

 

On pourrait se dire que c’est une journée mondiale comme les autres, une occasion de penser, au moins un jour dans l’année, à une cause particulière : il y a la journée mondiale de l’eau, celle des droits des femmes, on vient de passer la journée mondiale du diabète, et de la même manière, il y a la journée mondiale des pauvres. Avouons le, un certain nombre de ces journées sont un moyen pour notre société de se donner bonne conscience… Dans les semaines qui suivent ces journées mondiales, on a souvent vite fait d’oublier cette cause qui paraissait si importante…

 

Pour la journée mondiale des pauvres, est-ce ce qui se passe ? Est-ce que le Pape François l’a instituée, il y a maintenant 2 ans, pour rappeler aux chrétiens, une fois dans l’année, qu’ils doivent penser aux pauvres de temps en temps ? Evidemment non, l’Eglise doit, tout au long de l’année, avoir une option préférentielle pour les pauvres. C’est-à-dire que chaque chrétien doit avoir à coeur d’aider en priorité les plus pauvres. C’est ce que font nombre de chrétiens tout au long de l’année, c’est ce que font des paroisses, des mouvements, notamment le Secours Catholique. Et on peut noter que ce dimanche est aussi la journée du Secours Catholique !

 

Mais cette journée va plus loin que simplement aider les pauvres. C’est avant tout un moment de fraternité. Notre évêque nous le redit souvent, la fraternité est un pilier essentiel pour nos communautés chrétiennes. En vivant ensemble, en échangeant, en apprenant à nous connaître, nous nous aidons mutuellement, nous nous enrichissons les uns les autres, nous nous rapprochons du Christ. Même les plus pauvres nous enrichissent ! Et donc, en partant de cette nécessité de vivre en frères, tous ensemble, il y a de nombreuses paroisses où, ce dimanche, on va organiser des rencontres, des temps d’échange, du covoiturage pour ceux qui veulent venir à la messe, des repas partagés…  tout cela pour se connaître et s’aimer comme des frères et des soeurs.

 

 

 

De la même façon, le Secours catholique a mis en place depuis plusieurs mois un Repas guinguette : tous les jeudis midi, un repas est organisé au centre du Secours catholique à Bourg, avec des produits récupérés la veille à la fin du marché, donnés par des commerçants ou par la Banque alimentaire, des bénévoles font la cuisine, et tous ceux qui le veulent viennent déjeuner ensemble. On y croise des personnes de tous âges, de toutes conditions sociales, des travailleurs, des chômeurs et des retraités… chacun met la main à la pâte, chacun donne ce qu’il veut (ou ce qu’il peut) pour payer son repas : 1€, ou un peu moins, ou un peu plus, et c’est un beau moment de vie fraternelle, chaque jeudi, tout au long de l’année !

 

Le but n’est pas tellement de venir en aide au plus pauvre, au plus faible, à celui qui est délaissé… Même si, évidemment, c’est aussi une bonne chose ! Mais le but est vraiment de vivre une vraie fraternité avec tous, avec ceux que l’on croise tous les jours sans forcément faire attention à eux ! La fraternité comme remède à l’indifférence et à l’individualisme.

 

Mais au-delà d’aider les plus faibles, au-delà même de la fraternité, le but de cette journée mondiale des pauvres est d’évangéliser. Mais attention : pas d’évangéliser les pauvres ! Non, au contraire : nous laisser évangéliser par les pauvres. C’est ce que le Pape François nous dit dans son message pour cette journée : “ Les pauvres nous évangélisent, en nous aidant à découvrir chaque jour la beauté de l’Evangile. Ne passons pas à côté de cette occasion de grâce. En nous tendant la main les uns et les autres, on progresse avec sûreté sur le chemin où le Seigneur vient à notre rencontre.”



Alors nous vous souhaitons un beau temps d’échanges et de fraternité pour cette journée mondiale des pauvres, un beau temps d’évangélisation aussi. Et il ne tient qu’à nous, ensuite, de vivre chaque jour la journée mondiale des pauvres.

 

Parole aux Eglises du 16 novembre, RCF PAys de l’Ain