Paroisse Pont-d'Ain

Mot du curé

Nous venons de passer quatre dimanches en compagnie de Jean, à contempler le mystère du Christ, Pain de Vie. En retrouvant  aujourd’hui  l’évangile de Marc, nous rencontrons Jésus aux prises avec les scribes et les pharisiens, en train de parler d’ablutions et de vaisselle : « lavage de coupes, de cruches et de plats » ! Même s’il  s’agit d’ablutions et de vaisselle rituelle ! Ce bavardage peut nous paraître bien mesquin…il semble en tout cas énerver Jésus « qui vole dans les plumes » des pharisiens ! Sa réaction concerne les croyants et les religieux de tous les temps. Méfiez-vous, nous dit-il, de mélanger l’essentiel de l’accessoire, l’extérieur et l’intérieur, les rites et l’essentiel de la foi qui doit passer par notre cœur et faire l’unité en nous. Sur le fond, le Christ n’a rien contre les rites de purification des juifs ; il ne remet pas en cause la tradition de ses pères…il demande simplement que le cœur et les actes s’accordent. Rien de pire que de respecter à la lettre les observances religieuses et de vivre comme si la foi ne changeait pas la vie.

C’est bien vrai, nous devons toujours nous méfier de l’hypocrisie religieuse qui dénature la foi en la déviant vers des attitudes et des « dorures » purement extérieures :  de la « poudre aux yeux »religieuse, les illusions de la foi dont parle l’apôtre Jacques dans la deuxième lecture. Lui aussi nous invite avec force à donner de la consistance à notre foi et à nous unifier intérieurement. Devant Dieu notre Père, la manière pure et irréprochable de pratiquer la religion, c’est de venir en aide aux orphelins et aux veuves dans le malheur, et se garder propre au milieu du monde.

La charité en acte, celle que l’on puise dans l’écoute de la Parole et dans les sacrements, et la rectitude de vie dans un monde de profit, de magouille et d’égoïsme, c’est infiniment plus important pour dire et vivre le message de l’Evangile que des bondieuseries et des tracasseries rituelles, purement extérieures…et toujours menacées par l’hypocrisie. Force est de constater que certaines nostalgies intégristes et même traditionnalistes  ne sont pas à l’abri d’une telle menace aujourd’hui.

Pour trouver les gestes vrais pour traduire notre foi en Dieu dans un authentique sens de l’autre et pour rester propre au milieu de notre monde, heureux sommes-nous d’entendre, dimanche après dimanche, l’interpellation de la Parole de Dieu ! C’est bon à entendre au moment où l’on va recommencer une nouvelle année ! Bonne rentrée à tous.

Père Aimé Fulbert OWAH, Curé

Feuille Paroissiale

PtdAin FP 2 Sept 2018 (double « clic » gauche pour ouvrir le fichier)