Paroisse Viriat

« CROIRE AU DIEU DE LA VIE »

Aujourd’hui se clôture l’année pastorale 2017-2018. C’est pour moi l’occasion de rendre grâce au Seigneur pour le temps de ministère accompli dans cette communauté de Viriat-Saint Pierre Chanel qui m’a accueilli avec joie. Deux ans pourraient paraître très insignifiants en terme de durée mais devant le Seigneur, c’est un temps bien accompli chargé de bonheur et de joie avec des paroissiens ouverts, toujours à l’écoute. Des femmes, des hommes, des enfants m’ont aidé à m’adapter et à me mettre en route. Ils n’ont pas tenu compte de mes tâtonnements de néophyte nouvellement arrivé en terre étrangère. J’ai bénéficié de près ou de loin, des services très efficaces de personnes très aimables ; je risque d’en oublier d’autres si je me livre à les citer toutes ici. Je vous porte tous dans mon cœur comme vous m’avez porté. J’ai vécu dans une famille. L’esprit du quartier m’habite désormais. La disponibilité des uns des autres pour assurer mes déplacements, les invitations aux repas en famille, des séances de prière à domicile, m’ont beaucoup marqué. Dans ma sensibilité de pasteur, je retourne dans mon pays, avec le sentiment d’avoir été bien accompagné dans l’accomplissement de ma mission pastorale en France dans le diocèse de Belley-Ars plus particulièrement à Viriat-Saint Pierre Chanel. Que Dieu vous le rende au centuple.

 

« CROIRE AU DIEU DE LA VIE »

 

C’est le thème de méditation de ce 13ème dimanche ordinaire.

« Dieu a créé l’homme pour une existence impérissable, il a fait de lui une image
de ce qu’il est en lui-même. »

Dieu a fait l’homme pour la vie. Il nous saisit la main pour nous lancer sur la route de la vie. Tout cela, il l’a fait pour la malade qui cherchait à l’approcher et pour la jeune fille morte. Il continue de le faire aujourd’hui dans son Eglise par l’intermédiaire de signes et des mains humaines, devenues membres de son corps. Toute l’action de Dieu est une entreprise de vie. Dans une humanité cernée par le mal et la mort, Dieu fait retentir sa Parole de vie. Il n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants qu’il a créés.

BON DIMANCHE.

 

Père Joachim