Paroisse Pont-de-Veyle

St Jean-Baptiste : un modèle pour les Chrétiens.

 

L’Eglise tout entière est heureuse de célébrer ce 24 juin la Nativité de St Jean-Baptiste.

 

Il est celui qui tréssaille dans le ventre de sa mère, au moment où la Vierge Marie lui rend visite quelques heures après l’annonce de l’Ange Gabriel : «… quand j’ai entendu tes paroles de salutations, l’enfant a tressaillit d’allégresse au-dedans de moi ! » s’exclame Elisabeth.  Il est « la voix qui crie dans le désert », il est celui qui désigne le Christ en disant : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». Il est celui qui baptiste Jésus mais qui s’efface devant lui en disant : « Il faut qu’il grandisse et que moi je diminue… moi je vous baptise avec de l’eau, lui vous baptise dans l’Esprit-Saint ». Jean-Baptiste est encore celui qui rendra témoignage à la Lumière, c’est-à-dire au Christ, en acceptant le martyre. Enfin, Jésus lui-même a souligné le rôle hors pair de son Précurseur : « Parmi les enfants des femmes, nul ne s’est levé de plus grand que Jean-Baptiste ».

 

C’est dire l’importance que nous avons à célébrer sa naissance. Notons au passage que St Jean-Baptiste est le seul Saint, avec le Seigneur et la Vierge Marie bien sûr, dont nous célébrons la naissance. Habituellement quand nous fêtons un Saint, nous célébrons sa naissance au ciel. Cette Solennité a même la préséance sur le Dies Domini, le Jour du Seigneur.

 

Mais fêter St Jean-Baptiste c’est célébrer le Mystère du Christ puisque, dès le début de sa prédication, Jean a détourné les regards qui se portaient vers lui pour les orienter vers Jésus : « Celui auquel vous pensez, ce n’est pas moi ». La mission de Jean-Baptiste sera de convoquer le peuple, à travers le désert, jusqu’au Jourdain. C’est ici que sa mission s’arrête et il confie le peuple de Dieu au Christ lui-même : « Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales ».

 

C’est un exemple pour nous les chrétiens, disciples du Christ. D’une part nous accueillons l’invitation de St Jean-Baptiste : « Convertissez-vous car le Royaume de Dieu est tout proche ! ». Au moment où, dans notre paroisse, des enfants reçoivent Jésus-Hostie pour la 1ère fois, cet appel est pour vous, chers parents, chères familles, chers enfants. Il s’agit de laisser au Christ la première place dans notre vie quotidienne. Entendez l’appel du Précurseur qui vous convoque et vous exhorte à la rencontre de Jésus. Permettre à ces enfants de faire leur 1ère Communion, c’est leur ouvrir la porte du Ciel car, selon les mots de St Jean-Paul II « l’Eucharistie est une fenêtre ouverte sur l’Eternité ». Nous voulons ici redire l’importance du dimanche comme étant le jour du Seigneur, un jour pas ordinaire, un jour béni, un jour saint. On ne vit pas le dimanche comme on vit un jour de semaine. Entendre l’appel de St Jean-Baptiste, c’est peut-être en profiter pour revoir nos agendas. Dans le programme de ce que l’on appelle « le week-end », quelle place à la Messe Dominicale ? Est-elle prévue toutes les semaines au milieu des multiples occupations qui sont les nôtres ? Ou, plus précisément, est-ce bien en fonction de la Messe du Dimanche que l’on prévoit nos activités ? St Jean-Baptiste nous permet de remettre « les choses à l’endroit » ! D’autre part, comme Jean-Baptiste, le Chrétien est prophète. Il est chargé d’annoncer Jésus à ses frères et de préparer ses voies. Comme St Jean-Baptiste, il est sollicité d’adhérer à Jésus malgré toutes les interrogations qu’il peut avoir. Un chrétien est un missionnaire. C’est son identité propre ! Parfois, pour ne pas dire, souvent, le Chrétien est la voix qui crie dans le désert. Sa parole est unique. Le Chrétien, parce que disciple de Jésus, ne craint pas d’avoir une parole différente sur des sujets brûlants parce qu’il défend coûte que coûte la vérité. Nos frères chrétiens persécutés savent ce que peut coûter cette annonce du Christ Chemin, Vérité et Vie. Bonne aubaine alors que de célébrer cette belle figure de St Jean-Baptiste en ce dimanche des 1ères communions ! Puisse-t-il réveiller en nous la Foi et l’attachement au Christ notre Sauveur !       

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +

 

« Je me souviens bien du jour de ma première Communion. J’ai compris que Jésus était entré dans mon coeur, m’avait rendu visite, précisément à moi… j’ai compris que commençait alors une nouvelle étape de ma vie, j’avais 9 ans, et qu’il était à présent important de rester fidèle à cette rencontre, à cette Communion. J’ai promis au Seigneur, dans la mesure de mes possibilités:  « Je voudrais être toujours avec toi » et je l’ai prié:  « Mais toi, surtout, sois avec moi » » (Du Pape émérite Benoît XVI)