Paroisse Pont-de-Veyle

Pas de sainteté sans le Christ !

 

Souvent dans l’Evangile Jésus utilise des images. Il dit : « Je suis la porte, je suis la chemin, je suis le pain de vie, je suis le bon pasteur… ». Ce 5ème dimanche de Pâques, Il se présente à nous comme « la vraie vigne » et son Père comme « le vigneron ». Ainsi invite-t-Il ses auditeurs à vivre la réalité de cette image et à rester greffer à la vigne pour « porter beaucoup de fruit, car, en dehors de moi – dit Jésus vous ne pouvez rien faire ».

 

« Vivre comme le Christ, toujours livré à l’amour » chante-t-on parfois. Nous ne pouvons donc pas concevoir une vie chrétienne sans le Christ. « La Palice en aurait dit autant » me répondrez-vous mais il n’est pas certain que nos vies soient profondément chrétiennes. Sans cesse il nous faut vérifier si Dieu est bien à la place qui Lui revient « premier servi » dirait Ste Jeanne d’Arc. Le Seigneur nous promet que nous porterons des fruits en abondance si nous Lui restons fermement attachés. Ce qui revient à dire que nous devons, disciples de Jésus, être d’abord des hommes et des femmes de prière. « On vit comme on prie et l’on prie comme on vit » dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique. Ce qui fait que nous devenons Saint – c’est bien là notre objectif et c’est bien ce à quoi nous invite le Christ Lui-même « Soyez Saints comme votre Père est Saint » – à l’origine du fait d’être Saint, il y a la relation personnelle avec le Christ. Il est impossible de s’engager dans l’Evangélisation  si l’on n’a pas une âme de prière.

 

Sainte Térésa de Calcutta nous dit aussi : « Nous devons devenir Saints, non pas pour nous sentir en état de sainteté, mais pour que le Christ puisse pleinement  vivre en nous. Nous sommes appelés à devenir pleinement l’amour ». Le temps Pascal que nous célébrons est le couronnement de la marche que nous avons effectué pendant le Carême. Nous avons progressé spirituellement et peut-être même humainement aussi. Solennellement à la Veillée Pascale nous avons renoncé au péché et proclamer notre Foi. Dieu a fait en nous toutes choses nouvelles. Tout au long de ces jours de Pâques nous revisitons chacun des sacrements qui nous font vivre et croître dans la vie Divine. Profitons de ce temps de louange pour redire au Seigneur notre volonté de Lui être fidèle et de vivre avec Lui, par Lui et en Lui pour porter du fruit en abondance. Ce temps Pascal est l’image de ce que nous vivrons éternellement au Ciel. Désirons la Sainteté ! Vivons comme des Saints ! Soyons les disciples du Seigneur Ressuscité !

 

Le Souverain Pontife dans sa nouvelle Exhortation Apostolique « Gaudete et Exultate » écrit ceci : « Pour un chrétien, il n’est pas possible de penser à sa propre mission sur la terre sans la concevoir comme un chemin de sainteté, car voici quelle est la volonté de Dieu : c’est notre sanctification. Chaque Saint, écrit le Pape, est une mission ; il est un projet du Père pour refléter et incarner, à un moment déterminé de l’histoire, un aspect de l’Evangile. Cette mission trouve son sens plénier dans le Christ et ne se comprend qu’à partir de Lui. Au fond, la Sainteté c’est vivre les mystères de sa vie en union avec Lui. Elle consiste à s’associer à la mort et à la résurrection  du Seigneur d’une manière unique et personnelle, à mourir et à ressusciter constamment avec Lui… » (n°20) Et le Saint Père cite St Ignace de Loyola (normal pour un Jésuite !) : « Tout ce que le Christ a vécu, Il fait que nous puissions le vivre en Lui et qu’Il le vive en nous ».

 

« Porter beaucoup de fruit » doit être notre grand désir. Nous avons été créé afin que notre vie tout entière soit une immense action de grâce à Dieu notre Père. « Tu peux faire de ta vie un je t’aime ! » lançait St Jean-Paul II à Gerland en 1986. Dans l’ordre de la Sainteté, ayons le goût des grandeurs ! Visons haut, très haut ! Le monde n’a pas besoin de chrétien de seconde zone, de bas étage ! « Le monde attend le passage des Saints parce que là où les Saints passent, alors Dieu passe avec eux ! » disait St Jean-Marie Vianney. Le champ de la mission est tellement vaste que, d’une part, il y a de la place pour tout le monde. Chacun de nous peut apporter une part de lui-même et développer le charisme qui est le sien. Et d’autre part, notre responsabilité de mener les hommes de notre temps à Dieu est sans aucun doute le défi principal que nous nous devons de remporter. En ce mois de Mai, le mois de Marie, demandons à Notre Dame de la nouvelle Evangélisation, de désirer la Sainteté et de vivre en disciples de Jésus : « Ce qui fait la gloire de mon père c’est que vous portiez beaucoup de fruits et que vous soyez pour moi des disciples.        

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +