Dieu est-Il un gros caillou ?

 

Un professeur propose une expérience à ses étudiants, pour leur apprendre à bien gérer leur agenda : il prend un grand pot de verre, puis ils dépose dedans une douzaine de gros cailloux. Lorsqu’il n’est pas possible d’ajouter un caillou de plus, il demande : « Est-ce que ce pot est plein ? » Tous répondent : « Oui ».

 

Alors, il sort un récipient plein de gravier. Il le verse dans le pot et le gravier s’infiltre entre les cailloux… Quand il ne peut plus ajouter de gravier, il demande à nouveau : « Est-ce que ce pot est plein ? » Les élèves commencent à comprendre son manège, et répondent : « Probablement pas ! »

 

Le professeur prend alors un seau de sable qu’il verse de la même manière, jusqu’en haut. « Est-ce que ce pot est plein ? » « Non ! » Il verse alors une bouteille d’eau dans le pot. Puis il regarde son auditoire : « Que peut-on apprendre de cette expérience ? »

 

Un élève répond : « On voit que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut encore y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire ».

 

« Pas du tout, répond le professeur. La grande vérité que nous démontre cette expérience, c’est que si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais tout y faire entrer. »

 

 

Mais ne croyez pas que cette expérience ne parle que de la bonne manière de gérer un agenda : elle parle de votre vie. Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? La famille ? Les amis ? Travailler ? Défendre une cause ? Réaliser vos rêves ? Vous reposer ? Autre chose ? L’important est de choisir ces gros cailloux, et de les mettre en premier dans votre vie. Si vous commencez par mettre les choses moins importantes – le gravier, le sable -, vous remplirez vos vies avec des peccadilles et vous n’aurez plus assez de temps à consacrer à ce qui importe vraiment.

 

Alors bien sûr, les gros cailloux ne sont pas forcément ce qui nous prend le plus de temps, ce sont simplement les choses sans lesquelles nous ne pourrions pas vivre. Mais tout de même, si un élément de ma vie est si important que cela, ne mérite-t-il pas que je lui consacre le temps nécessaire ?

 

Et Dieu dans tout ça ? Est-Il pour nous un « gros caillou » ? Quelle importance Lui donnons-nous dans nos vies ? Est-Il prioritaire, ou est-Il la « dernière chose » que nous essayons de faire entrer dans notre emploi du temps ? De quelle manière Lui accordons-nous du temps ? Nous contentons-nous de Lui donner une petite heure le dimanche, quelques minutes chaque jour ? Ou osons-nous Lui consacrer davantage ? Et si nous choisissions même de Lui offrir tout notre temps, toutes nos actions, toute notre vie ? Et si Dieu n’était pas un caillou, mais l’eau qui remplit totalement nos cœurs, jusqu’à les faire déborder ?