Saint Pierre-Julien Eymard, apôtre de l’Eucharistie

Pierre-Julien Eymard naît en Isère en 1811. Il devient prêtre en 1834 – il est ordonné dans la même chapelle que Jean-Marie Vianney, à Grenoble – et exerce son ministère comme vicaire, puis comme curé.

 

En 1839, il entre chez les Maristes, et devient directeur spirituel au collège de Belley, l’actuelle Institution Lamartine. Il reste quatre ans dans la ville épiscopale, avant d’exercer d’autres charges chez les maristes : supérieur provincial puis visiteur général.

 

Malgré sa santé fragile, il se dépense sans compter pour accomplir ces missions. Mais en plus grandit en lui l’attrait pour l’Eucharistie, notamment après un « appel » entendu à Fourvière en 1851. Il souhaite encourager de plus en plus l’adoration du Saint-Sacrement, et il veut créer un ordre religieux pour promouvoir le culte de l’Eucharistie, et reçoit pour cela les encouragements du curé d’Ars.

 

Il quitte pour cela les Maristes et fonde à Paris le 13 mai 1856 la Société du Saint-Sacrement. Jusqu’à sa mort en 1868, il travaillera à répandre cet amour pour l’Eucharistie, malgré les oppositions.

 

Canonisé par Jean XXIII en 1962, saint Pierre-Julien Eymard est fêté le 2 août.

 

 

Jusqu’ici,
le soleil de l’ Eucharistie
ne s’était pas levé encore.
Mais toutes les grandes richesses eucharistiques
s’ouvrent devant nous.
Il y a de quoi stupéfier.
Nous n’en voyons qu’un rayon,
qu’en sera-t-il plus tard ?