L’Esprit Saint assure la communion dans le respect de la différence

 

Vous souvenez-vous de Pentecôte 2012 ? 8 000 personnes au parc des expositions de Bourg-en-Bresse pour fêter les 1 600 ans de présence chrétienne dans notre région, seize siècles de transmission de l’Évangile. Lors de ce rassemblement, nous avons vu l’Esprit Saint à l’œuvre au cours de la confirmation des 612 jeunes et adultes, et dans le cœur de tous ceux qui ont demandé à être renouvelés.

 

Alexandra, Betty, Didier et Jean-Marie, résidents de la Maison d’Accueil Spécialisée pour personnes adultes handicapées physiques « Le Villajoie », se sont préparés et ont cheminé vers le sacrement de confirmation, don de l’Esprit. Un itinéraire de foi, une vie spirituelle, est en effet possible pour tout homme, quel que soit son handicap.

 

 

La foi chrétienne est une expérience, une relation avec Dieu et entre croyants. Les sacrements sont le signe visible de l’amour de Dieu pour les hommes : préparer aux sacrements une personne handicapée, c’est tout simplement la préparer à accueillir ce don gratuit. Pour accompagner Alexandra, Betty, Didier et Jean-Marie, il nous aura fallu du temps, pour ouvrir un espace de communication, riche et créatif.

 

Il est par exemple difficile, parfois, de comprendre les métaphores des paraboles de l’Évangile. Il nous faut alors nous appuyer sur le concret. Pour l’Esprit Saint, l’image de la colombe est trop lointaine, contrairement à celle du souffle, que la personne peut ressentir sur son visage.

 

Nous avons cherché à multiplier les supports – visuels, gestuels – pour améliorer la communication. Nous avons donc utilisé les pictogrammes pour qu’ils puissent exprimer leur désir de recevoir ce sacrement à notre évêque. Les pictogrammes sont de simples dessins, mais des dessins qui ont un sens et qui équivalent à des mots écrits. Par exemple, les deux groupes de pictogrammes ci-dessous représentent « l’alliance avec Jésus » et « la force de Jésus ».

 

 

Chaque rencontre était rythmée par une bougie allumée, symbolisant la démarche de l’équipe vers le sacrement de confirmation et un chant adapté au thème choisi.

 

Ensuite, venait le temps de la Parole, un temps où la Bible était transmise de mains en mains, ou bien posée sur les genoux suivant le handicap, pour permettre une intériorisation avant la proclamation. Un exemple : pour leur première rencontre, nous leur avons proposé de lire le premier livre de Samuel (16, 1-13) : « Le Seigneur dit à Samuel : ‘‘Ne regarde pas seulement la hauteur de la taille, la force des bras, la beauté du visage. Moi, Dieu, je ne regarde pas comme vous les hommes. Vous, les hommes, vous regardez l’apparence. Moi, Dieu, je regarde le cœur.’’ »

 

Cette séance était axée sur Dieu qui m’appelle, me reconnaît, et me choisit, comme il a choisi David. David n’a pas été choisi sur sa taille, sur son âge, mais sur la capacité de son cœur à toujours faire confiance à Dieu et à toujours aimer Dieu.

 

A chaque rencontre, un échange était proposé autour de la Parole. Un échange où intervenaient les cinq sens : en Pédagogie Catéchétique Spécialisée, il faut donner à voir, à entendre, mais aussi à toucher, à sentir, à goûter. C’est une pédagogie de la relation et un parcours personnalisé, par étapes, qui construit un rapport différent au temps et à la Parole biblique.

 

De même qu’il nous faut du temps pour créer des liens d’amitié, il faut du temps pour construire notre relation à Dieu et reconnaître sa présence. La relation à Dieu passe par la relation à l’autre et se cultive dans la prière. Il est difficile de communiquer avec les hommes comme avec Dieu. En Pédagogie Catéchétique Spécialisée, en particulier, la communication passe par l’expérience du « vivre avec ».

 

Damienne Van Beek