Le dimanche, jour du don de l’Esprit

Apparaissant aux Apôtres le soir de Pâques, Jésus souffla sur eux et dit: « Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (Jn 20,22-23). L’effusion de l’Esprit fut le grand don du Ressuscité à ses disciples le dimanche de Pâques. C’est encore un dimanche que, cinquante jours après la résurrection, l’Esprit descendit avec puissance, comme « un vent violent » et comme « un feu » (Actes 2,2-3), sur les Apôtres réunis avec Marie.

Saint Jean-Paul II
Dies Domini, § 28

 

 

Le sens de Pâques ne s’arrête pas à la résurrection du Christ, puisque la liturgie fait durer le temps pascal pendant cinquante jours, au terme desquels nous célébrons le don de l’Esprit Saint. Celui-ci mène à sa perfection ce que le Christ a fait pour nous en mourant et ressuscitant. « Pour accomplir jusqu’au bout le mystère de la Pâque, tu as répandu aujourd’hui l’Esprit Saint sur ceux dont tu as fait tes fils en les unissant à ton Fils unique », dit la préface de la Pentecôte.

Saint Séraphim de Sarov, un grand maître de la tradition orientale, a affirmé que « Le but de la vie chrétienne, c’est l’acquisition du Saint-Esprit ». S’il faut accueillir le Saint-Esprit et se laisser conduire par lui, c’est parce que celui-ci, comme écrit saint Irénée de Lyon, « nous adapte à Dieu ». La célébration de la Pentecôte vise à nous rendre plus réceptifs à cet hôte intérieur qui « veut ce que Dieu veut » (Rm 8, 27) et nous accoutume à vivre selon les valeurs universelles et éternelles proposées par Dieu et non selon les critères subjectifs et changeants de la société ambiante.

Mgr Roland

Lettre pastorale – Pentecôte 2013