Le dimanche, jour de repos

Certaines sociétés sécularisées ont perdu le sens chrétien du dimanche illuminé par l’Eucharistie. Quel dommage ! Il faut raviver cette conscience pour retrouver le sens de la fête, de la joie, de la communauté paroissiale, de la solidarité, du repos qui restaure l’âme et le corps. Le fait de ne pas travailler le dimanche n’existait pas à l’origine, c’est un apport spécifique du christianisme. C’est l’esprit chrétien, animé par l’Eucharistie, qui consiste à vivre comme des enfants et non comme des esclaves, qui a fait du dimanche un jour de repos, de façon quasi universelle.

Sans le Christ, nous sommes condamnés à être soumis à la fatigue du quotidien, avec ses préoccupations, ainsi qu’à la peur du lendemain. La rencontre dominicale avec le Seigneur nous donne la force de vivre le présent avec confiance et courage, et d’aller de l’avant avec espérance.

Pape François
Audience du 13 décembre 2017

 

 

Entrer dans l’intimité de Dieu suppose que nous acceptions l’idée qu’il se rend présent dans nos vies, qu’il vient à nous et nous tend une main qu’il nous appartient de saisir. La rencontre avec le Christ est toujours possible, quels que soient les obstacles, même s’il prend parfois des voies insolites: « Ils montèrent sur la terrasse et, à travers les tuiles, ils le descendirent avec sa civière, au milieu, devant Jésus » (Lc 5, 19) Prenons le temps de laisser s’alléger le poids des jours, pour ne retenir que l’essentiel, dans lequel alors se révèlent la discrète marque de Dieu et sa présence.

Damienne Van Beek